25/12/2011

Nativités décentrées

011a II_8_090319_Koukou__012-66.jpgPour beaucoup d'Occidentaux, les fêtes de Noël se célèbrent bien au chaud, sous un toit, entre sédentaires. Mais ce monde globalisé compte aussi beaucoup de réfugiés.

Autour de 16 millions officiellement, selon le HCR. Quarante millions, selon Catherine Withold de Wenden (Atlas des minorités, 2011, p.140).

67 millions de déracinés, selon Olivier Brachet (Atlas des migrations, p.74).

Et 75 millions, selon l'anthropologue Michel Agier, spécialiste du sujet.


Du point de vue des sciences sociales des religions, est-il utile de rappeler que les acteurs chrétiens ne sont pas les derniers à se mobiliser auprès des réfugiés, aux côtés et parmi les associations humanitaires?

023571.jpgOn l'a déjà signalé à bien d'autres reprises dans ce blog: après avoir longtemps souffert d'un certain tropisme occidental, dans le "basculement contemporain du monde", le christianisme d'aujourd'hui fait bouger les lignes et les codes, comme en témoignent les nombreuses nativités décentrées proposées par les églises.

En ce temps où les chrétiens fêtent Noël, les anglophones liront avec intérêt, à titre de source (ou plus, si affinité) cette méditation signée par Gary Smith, un jésuite qui travaille pour le Jesuit Refugee Service, une ONG catholique qui réalise, depuis plus de 30 ans, un travail remarquable.

 

Nativité décentrée

L'auteur raconte une scène préparant la célébration de Noël dans un camp de réfugiés de Soudanais (le Sud Soudan, depuis, a conquis son indépendance, "cadeau" politique majeur et événement de l'année 2011 pour une population particulièrement martyrisée).

En substance, il explique aux chrétiens qu'il ne faut pas chercher l'enfant Jésus dans les jolies figurines de nos crêches de Noël, mais dans les camps de réfugiés.

 011a II_8_090319_Koukou__012-66.jpg

Commentaires

Oui, exact, j'approuve. Toutefois, des enfants dans les camps de réfugiés, il y en a beaucoup !

Sur la photo la maman aussi, est jolie. Et pas que sur la photo ; en vrai elle est aussi jolie.

Ah ! Et le père, cet éternel problème, où est-il ?!

Écrit par : ista | 25/12/2011

Belle méditation que celle de ce Jésuite. Merci. Elle me ramène et éclaire ma propre méditation en ce jour de Noël: "... c'est de ce côté là de l'humanité qu'il se range..." Alors que dans la petite assistance se trouvait deux réfugiés : un ruandais et un nigérian... Le Christ était là.

Écrit par : PdM | 26/12/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.