Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2014

Centrafrique: "Du déni des religions et de ses risques" (P.Vermeren)

french-president-francois-hollande-speaks-next-to-qatar-s-attorney-general-ali-bin-mohsen-bin-fetais-al-marri-at-the-opening-of-the-lycee-franco-qatarien-voltaire-school-in-doha_2478268.jpg"Bien qu'il combatte le djihadisme au Mali, l'Etat français reste ambigu vis-à-vis de l'islam politique, ce qui brouille son action internationale.

A trop projeter sur l'autre la "mort de Dieu", il tient pour secondaires d'extrêmes manifestations de violence. Au Soudan, à l'est de la RCA, les chrétiens du sud ont lutté dans d'atroces guerres durant des décennies contre Khartoum. Dans le proche Nigéria, les milices islamistes de Boko Haram commettent de furieux massacres antichrétiens".... (suite)

Le reste de cette chronique d'expert, à laquelle je souscris entièrement, est à lire sur le site de L'Express (13 mars 2014), où l'historien Pierre Vermeren traite "Du déni des religions et de ses risques". 


Depuis ses brillantes études à Nancy (Lycée Poincaré) puis à l'ENS, Pierre Vermeren est devenu un des plus grands spécialistes du monde arabo-musulman (Afrique du Nord en particulier).

géopolitique,islam,christianisme,géopolitique des religions,géopolitique religieuse,france,qatar,diplomatie,religion,laïcité,rca,pierre vermeren,lycée henri poincaré à nancy,nancy,l'express,université de paris 1Professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Paris I, il brosse ici une analyse précieuse et sans concessions des impasses dans lesquelles la sous-évaluation quasi systématique du fait religieux par la diplomatie française, mais aussi par l'intelligentsia hexagonale, contribue à laisser des coudées franches aux extrêmismes prédateurs et fanatiques.

Il explique comment on est arrivé à laisser exploser la poudrière centrafricaine, à partir de mèches allumées par la politique de terreur (confessionnelle) de la SELECA et de ses soutiens (Khartoum et Tchad).

Avec, en arrière plan, l'enjeu du financement par les pétrodollars, notamment en provenance du "vilain petit Qatar" wahhabite et intolérant (dixit, voir cet autre article du même auteur dans L'Express).

Les commentaires sont fermés.