Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2015

Représentants protestants français à Bangui (RCA)

centrafrique-.jpg

Vu sur les sites de la FPF et du DEFAP, l'annonce d'une visite, en cours, de responsables protestants français à Bangui, capitale de la République Centrafricaine (RCA). La Fédération protestante est représentée par François Clavairoly, Christiane Enamé, vice-présidente, et Marc Deroeux, secrétaire général de la FEEBF; le Défap est représenté quant à lui par Jean-Arnold de Clermont.

L'occasion de rappeler que la RCA, dont une large moitié de la population est protestante (essentiellement évangélique), a connu une histoire religieuse complexe où la cohabitation islam-christianisme s'inscrit sur fond de croyances sorcellaires et de tensions ethniques, comme l'illustre notamment l'excellent livre, déjà évoqué dans ce blog, d'Andrea Ceriana Mayneri (lire recension sur Afrique Contemporaine).

02/03/2015

Comprendre la crise centrafricaine, un rapport de l'observatoire Pharos

rca,centrafrique,afrique,francophonie,observatoire pharos,liberté,liberté religieuse,pluralisme,jean-arnold de clermont,réforme,protestantisme,defap,valérie thorinOn attendait peut-être trop de l'observatoire Pharos, créé en 2012, avec financement public, pour scruter le pluralisme religieux et culturel dans le monde. Pour des approches globales, il faudra attendre.... En revanche, il faut saluer le remarquable rapport d'expertise rendu public il y a deux semaines sur la situation en République Centrafricaine. Intitulé Comprendre la crise centrafricaine, il bénéficie du savoir des meilleurs spécialistes, dont le pasteur (et président du DEFAP) Jean-Arnold de Clermont qui a vécu en RCA durant plusieurs années.

Ce rapport très éclairant est téléchargeable gratuitement ici (lien), et pourra être complété par les fort utiles commentaires de Valérie Thorin dans l'hebdomadaire Réforme (lien).

03/11/2014

Dossier sur la RCA (Centrafrique) et l'enjeu de la "violence extrême"

image_preview_2.jpgSouvent résumé à un conflit interreligieux ou à des images ultraviolentes, l'imbroglio centrafricain appelle à une analyse plus distanciée, à partir d'un contact approfondi avec les acteurs locaux. 

C’est pour «comprendre les racines de la violence extrême» qu’une délégation de religieux et intellectuels français s’est rendue à Bangui du 22 au 25 octobre 2014. Emmenée par le pasteur Jean-Arnold de Clermont, elle comptait notamment dans ses rangs Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes et président de Pax Christi France, l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou, ainsi que des universitaires et intellectuels comme l’historien Jacques Sémelin, le magistrat Antoine Garapon, ou encore la sociologue Françoise Parmentier, présidente de l’association d’intellectuels chrétiens Confrontations.
Le dossier complet, signalé sur Regardsprotestants, est consultable sur le portail du DEFAP (lien).

01/08/2014

Lumières sur l'imbroglio centrafricain

AFCO_248_L204.jpgAlors que l'accord de cessez-le-feu en Centrafrique, signé la semaine dernière, est déjà menacé (lien), il est bon de décrypter en profondeur, grâce au recul de l'expert, l'imbroglio dans lequel est plongé ce pays meurtri. Emmanuel Chauvin et Christian Seignobos nous y aident grâce à un riche article de fond publié dans le dernier numéro (248) de la revue Afrique Contemporaine

Il est intitulé "L'imbroglio centrafricain, Etat, rebelles et bandits", et se lit des pages 119 à 148. 

 

Lien.

21/05/2014

Bangui en vie : Didier Kassaï illustre le quotidien centrafricain

Didier Kassaï.jpgIl s'appelle Didier Kassaï. Avec un sens du trait que je situerais un peu à mi-chemin entre Clément Oubrerie (illustrateur de Aya de Yopougon) et Joann Sfar (illustrateur du Chat du rabbin, dont on attend désespérément le tome 6), cet illustrateur centrafricain décrit avec un formidable talent l'actualité ô combien mouvementée de la République Centrafricaine.

Un trait juste et sans concessions, qui nous rappelle qu'au-delà des tragédies qui font les gros titres, Bangui reste en vie.

Didier Kassaï, né le 20 avril 1974 à Sibut (Centrafrique), est présenté dans La Revue Dessinée.

Lire la suite

12/05/2014

Efforts de médiation en Centrafrique: soutien protestant sur le terrain

rca.jpgAlors que l'anarchie se poursuit dans la République Centrafricaine, où l'on continue à tuer quotidiennement par vengeance ou pour le contrôle des ressources (cf. cet article de Jeune Afrique sur l'enjeu des mines d'or clandestines, lien), les Eglises s'impliquent pour bâtir des ponts.

A noter, dans le numéro de l'hebdomadaire Réforme du 1er mai 2014, une belle enquête sur le "soutien des protestants", à verser au dossier des sources "Religions et société en RCA". On y apprend notamment que la médiation protestante a permis au Réseau des femmes croyantes et médiatrices de paix d’entrer en contact avec les forces Sangaris. 

Lien ici vers l'article de Réforme.

18/03/2014

Centrafrique: "Du déni des religions et de ses risques" (P.Vermeren)

french-president-francois-hollande-speaks-next-to-qatar-s-attorney-general-ali-bin-mohsen-bin-fetais-al-marri-at-the-opening-of-the-lycee-franco-qatarien-voltaire-school-in-doha_2478268.jpg"Bien qu'il combatte le djihadisme au Mali, l'Etat français reste ambigu vis-à-vis de l'islam politique, ce qui brouille son action internationale.

A trop projeter sur l'autre la "mort de Dieu", il tient pour secondaires d'extrêmes manifestations de violence. Au Soudan, à l'est de la RCA, les chrétiens du sud ont lutté dans d'atroces guerres durant des décennies contre Khartoum. Dans le proche Nigéria, les milices islamistes de Boko Haram commettent de furieux massacres antichrétiens".... (suite)

Le reste de cette chronique d'expert, à laquelle je souscris entièrement, est à lire sur le site de L'Express (13 mars 2014), où l'historien Pierre Vermeren traite "Du déni des religions et de ses risques". 

Lire la suite

28/02/2014

Parution de Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique

Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique.jpegAndrea Ceriana Mayneri est anthropologue, membre de l’Institut des Mondes Africains (IMA).

Spécialiste de la Centrafrique, il poursuit ses recherches sur les représentations de la sorcellerie en Afrique centrale et les violences sociales qui y sont associées, et nous propose, dans cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions Karthala, une analyse en profondeur de l’histoire de l’entreprise missionnaire en RCA. Il illustre, à la lumière de la trajectoire de mouvements prophétiques de la région, les changements intervenus dans les représentations de la sorcellerie, des débuts de la rencontre coloniale à l’insécurité et à la violence qui règnent aujourd’hui en Centrafrique.

Soulignons aussi tout l'intérêt, sur le thème d'étude de la sorcellerie, des travaux en cours de l'ANR EINSA, l'Etat et les institutions face à la sorcellerie dans l'Afrique contemporaine: http://einsa.hypotheses.org/

25/02/2014

Anti-balaka: "anti-balles AK?" L'actu en RCA sur le site du DEFAP

soldats-Seleka-patrouillent-rues-Bangui.jpgPour éclairer les enjeux de géopolitique religieuse du conflit intérieur en Centrafrique, le DEFAP (service protestant de mission) nous propose un "site ressource" à consulter absolument.

Au lien suivant (lien), on trouvera nombre d'informations récentes et très bien documentées, rassemblées notamment par Franck Lefebvre-Billiez.

Un seul exemple: l'explication du nom donné au groupe d'auto-défense, "anti-balaka". Est-ce vraiment anti-machettes (puisque balaka veut dire machette en sango, la langue nationale). Faux, rétorque un Centrafricain, qui explique que le mot veut dire: anti-balle AK.

Citation: "En fait les amulettes ou les gris-gris qu'ils arborent sont censés les rendre imperméables aux balles des AK 47. Soit, une autre raison de voir clairement qu'ils sont plus dans le fétichisme que dans la foi chrétienne". A lire ici.