Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

France : requiem pour la "rose mafia" socialiste

51IFpWpuj8L._SX314_BO1,204,203,200_.jpgJ'ai souvenir que ma professeure d'histoire sociale, l'excellente Annie Fourcault, rappelait que dans les années 1930, le PFC se moquait de la SFIO en transformant le sens de ses initiales en Se Fout Intégralement des Ouvriers (SFIO).

Que dire du Parti Socialiste actuel? Les 6% du candidat Benoit Hamon sont cruels pour l'homme lui-même, plutôt touchant dans sa naïveté, et doté d'un programme intéressant sur certains points (écologie, économie solidaire, autorisation de travail pour les demandeurs d'asile). Mais ces 6% sont très très généreux pour un parti naufragé, déconsidéré, failli, rongé par l'esprit mafieux, encombré d'élus corrompus, de repris de justice parfois multirécidivistes, de notables cupides, jusqu'à son responsable lui-même, Jean-Christophe Cambadélis, condamné à plusieurs reprises par la justice (emploi fictif etc).

Vu son passif judiciaire, il serait considéré comme inéligible et privé de droits civiques dans de nombreux pays...

Pas en France, où il est resté à la tête du PS jusqu'à la déroute de 2017, maître ès-leçon de morale, et largement responsable de la lepénisation des esprits.


Les médias et le monde de la culture, perfusés de subventions et liés par de multiples liens incestueux avec le pouvoir (à quand la séparation de la culture et de l'Etat?), ont été beaucoup trop indulgents ces dernières années avec cette "rose mafia" (titre des deux tomes d'une série accablante de Gérard Dalongeville sur la dérive mafieuse du Parti Socialiste dans le Nord-Pas de Calais). Le PS compte naturellement quelques élus vertueux, dévoués, responsables. Des figures parfois remarquables, et très respectables. Mais la tête du parti est pourrie depuis trop d'années, et a gâté tout le corps.

Si Marine Le Pen et son néopaganisme nationaliste haineux est aujourd'hui arrivée au 2e tour des Présidentielles françaises, c'est en large partie à cause de ce parti au pouvoir (et des médias complaisants et vassalisés, à l'image de Libération, fantôme de qu'il fut, ou de Télérama, gentille 'pravda des bobos', à des années lumières des difficultés de la "France d'en-bas").

Ce Parti Socialiste, à la dérive aujourd'hui, a trahi le peuple, déshonoré la République avec ses Cahuzac, Désir, Cambadelis, Huchon, Thévenoud, Guérini (tous traduits en justice). Il a pris les Français(e)s pour des imbéciles durant trop d'années, refusant d'affronter les vrais défis, préférant niveler par le bas et nourrir sa clientèle sur le dos des enfants de ce pays, confrontés aujourd'hui à un chômage des jeunes particulièrement élevé.

51JDqMbk4NL._SX301_BO1,204,203,200_.jpgLa solution (sic) Le Pen n'en est pas une. Elle mettrait fin à la devise républicaine, et ouvrirait la porte à la guerre civile que DAECH espère.

Mais comment ne pas comprendre l'immense colère du peuple français contre la clique Hollande & consors qui va, dans quelques jours, se recaser dans la Haute Fonction Publique ou les grandes entreprises du CAC 40, pendant que des millions de Français(e)s et d'immigrés méprisés se débattent dans la pauvreté et le chômage.

 

Qu'on me permette ce point de vue de citoyen engagé, qui a vécu 19 ans en Picardie rurale et 3 ans en Seine-Saint-Denis (où je réside toujours), au contact du pays réel:

Il est urgentissime d'assainir le marigot, non seulement en exigeant le casier judiciaire vierge pour les candidats, en réduisant la voilure des privilèges aux élus, mais aussi en mettant fin aux 'petits arrangements entre amis' qui lient monde de la culture et monde politique, afin de se reconnecter au pays réel.

 

Pour aller plus loin, lire notamment Jean Garrigues, Les Scandales de la République. De Panama à l'affaire Cahuzac, Nouveau Monde Editions, 2013

Et : Rose mafia 1 (lien) et Rose mafia 2 (lien).

Commentaires

"autorisation de travail pour les demandeurs d'asile"

Écrit par : De pire en pis | 28/04/2017

Oui, autoriser les demandeurs d'asile à travailler (comme c'est le cas en Allemagne) serait une excellente mesure. Pour quatre raisons:
-c'est un facteur d'intégration et de dignité, réclamé par les migrants eux-mêmes
-c'est une contribution à la création de richesse
-c'est moins coûteux en argent public (car le migrant assure lui-même son revenu au lieu de dépendre entièrement de l'Etat)
-c'est un frein à l'économie parallèle et aux réseaux (drogue, prostitution etc.) qui se nourrit actuellement de l'inactivité forcée des demandeurs d'asile en France; mieux vaut leur permettre un travail légal que les contraindre à attendre, percevoir l'obole publique, au risque qu'ils se tournent vers l'illégalité

Écrit par : SF | 29/04/2017

Elle est où la démission de Cambadellis? Une autocritique du PS serait bienvenue avant sa dissolution

Écrit par : BernardG | 07/05/2017

D'ailleurs les demandeurs d'asile avaient le droit de travailler jusque vers 1990 , je ne sais plus exactement quand ce droit leur a été supprimé .. je le sais parce qu'à partir de 1991 je suis devenue traductrice assermentée ( pour le roumain ) et on me précisait de bien insister là-dessus dans les foyers pour demandeurs d'asile où j'ai été amenée à intervenir parce que, justement, la loi avait été changée peu de temps auparavant ...
Je suis d'accord avec Sébastien Fath : leur interdire de travailler légalement les pousse à le faire ... illégalement ..

Écrit par : Françoise | 07/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.