Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2018

Etudes postcolonales et décoloniales: repères

études postcoloniales,études décoloniales,colonisation,décolonisation,sciences sociales,jean-françois bayart,pascal blanchard,la découverte,livre,capucine boidin,houria bouteldjaPour aller plus loin sur les enjeux posés par les études postcoloniales et décoloniales, rappelons d'abord l'écart entre la militance associative (avec ses points forts mais aussi ses dérives, cf. discours sectaires et racialistes de Houria Bouteldja) et la recherche. Cette dernière a vocation à produire de l'analyse, du recul, en s'affranchissant des discours préconstruits et des idées reçues. En sciences sociales, l'angle postcolonial et décolonial, lorsqu'il évite le dérapage militant et ouvre au débat, peut permettre aujourd'hui de mieux penser nos objets d'étude.

Voici quatre références (parmi bien d'autres) pour s'y retrouver. Capucine Boidin, en 2009, avait signé un bel article intitulé "Etudes décoloniales et postcoloniales dans les débats français" (lien). Un an plus tard, un article de Sciences Humaines "Faut-il brûler les études postcoloniales" (lien) mettait en dialogue Jean-François Bayart, auteur d'un livre très critique (lien), et l'ouvrage collectif Ruptures postcoloniales (ed. La Découverte), qui invite à la nuance et à l'enquête de terrain (lien).

24/04/2015

Rendre à Dieu ce qui revient à César ? La cité cultuelle

la-cite-cultuelle-rendre-a-dieu-ce-qui-revient-a-cesar.jpg"Rendre à Dieu ce qui revient à César ?" C'est par ce sous-titre provoquant et fort bien vu que se présente "La cité cultuelle" (Khartala, 2015), ouvrage collectif sous la direction de JF. Bayart et A. Zambiras. "Reposant sur des recherches intensives de terrain ou l’étude minutieuse des archives, cet ouvrage démontre, de manière érudite et ironique, que Dieu et César agissent souvent comme larrons en foire, une fois qu’on leur a rendu ce qui leur revient. Il propose un nouveau paradigme des relations entre religion et politique: celui de la cité cultuelle, qui naît des pratiques rituelles, de plus ou moins forte intensité religieuse, et parfois sécularisées, autant que des idéologies et des politiques publiques".

Un ouvrage qui peut nourrir le débat sur la laïcité à partir de nouveaux matériaux de recherche et de nouvelles hypothèses. Lien.