Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2016

Volkswagen: l'intérêt commercial avant l'atavisme national

414ZVN9FCBL._SX332_BO1,204,203,200_.jpgUne certaine logorrhée sur le "néolibéralisme" brode parfois sur le déclin de l'Etat. L'historien rappellera cependant qu'en cent ans, l'emprise de l'Etat sur la vie des individus, dans la plupart des pays, n'a cessé de croître, à la fois en matière de prélèvements obligatoires, de contrôle tatillon, de surveillance et (parfois) de punition (Cf. Foucault). L'Etat glouton se trouve cependant en tension avec l'essor de multinationales parfois plus puissantes aujourd'hui que certains Etats-nations.

Avec des conflits d'intérêt, et de légitimité, comme l'explique notamment Pierre Bauchet dans Concentration des multinationales et mutation des pouvoirs de l'Etat (CNRS éditions). Un exemple amusant nous a été donné avant-hier, avec ces publicités totalement surréalistes, sur Twitter, clamant notamment "On ramène les Allemands chez eux. On connaît le chemin", suite à la victoire de la France sur l'Allemagne à l'Euro 2016...

Qui a bien pu réaliser et diffuser ces pubs légèrement anti-germaniques, dont on verra un aperçu ci-dessous? Je vous le donne en mille: il s'agit de Volkswagen, multinationale dont l'origine et l'histoire est intimement liée, pourtant, à l'Etat-nation allemand.

Lire la suite