Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2017

Marine Le Pen et l'idolâtrie de la nation

FN_MLP_5.jpg

Dans des commentaires récents à la fois sur l'histoire des juifs de France et celle des protestants de France, Marine Le Pen, qualifiée pour le Second Tour des élections présidentielles 2017, a tenu des propos d'une remarquable cohérence.

A chaque fois, c'est la nation française qui se trouve exemptée de reproche, comme si, en quelque sorte, cette "nation de France" constituait une divinité parfaite à servir par dessus tout. Quels que soient les contenus des programmes que l'on peut, par ailleurs, discuter (sur les forums spécialisés, pas ici), cette quasi divinisation de la nation renvoie à l'histoire du nationalisme en Europe.

Beaucoup d'historiens l'ont rapprochée d'un néopaganisme qui voit "LA nation" remplacer tantôt Dieu, tantôt le socle de valeurs qui fonde la République.

Réflexion à lire à ce sujet dans l'hebdomadaire protestant Réforme de cette semaine (lien).

09/07/2016

Volkswagen: l'intérêt commercial avant l'atavisme national

414ZVN9FCBL._SX332_BO1,204,203,200_.jpgUne certaine logorrhée sur le "néolibéralisme" brode parfois sur le déclin de l'Etat. L'historien rappellera cependant qu'en cent ans, l'emprise de l'Etat sur la vie des individus, dans la plupart des pays, n'a cessé de croître, à la fois en matière de prélèvements obligatoires, de contrôle tatillon, de surveillance et (parfois) de punition (Cf. Foucault). L'Etat glouton se trouve cependant en tension avec l'essor de multinationales parfois plus puissantes aujourd'hui que certains Etats-nations.

Avec des conflits d'intérêt, et de légitimité, comme l'explique notamment Pierre Bauchet dans Concentration des multinationales et mutation des pouvoirs de l'Etat (CNRS éditions). Un exemple amusant nous a été donné avant-hier, avec ces publicités totalement surréalistes, sur Twitter, clamant notamment "On ramène les Allemands chez eux. On connaît le chemin", suite à la victoire de la France sur l'Allemagne à l'Euro 2016...

Qui a bien pu réaliser et diffuser ces pubs légèrement anti-germaniques, dont on verra un aperçu ci-dessous? Je vous le donne en mille: il s'agit de Volkswagen, multinationale dont l'origine et l'histoire est intimement liée, pourtant, à l'Etat-nation allemand.

Lire la suite

06/05/2016

Place de la République, entre mémoire et espoir (album photo)

26763479081_b5dbbdae67_k.jpg

Mémorial des attentats de 2015 et pôle de mobilisation "Nuit debout" au printemps 2016, la Place de la République, à Paris (France), concentre mémoire et espoir. La "Mosaïque France" d'aujourd'hui doute, cherche, déraille parfois, construit l'avenir.

La Place de la République est un révélateur, et peut-être aussi un laboratoire, de tout cela.

Retour en images (photos prises par votre serviteur mercredi 4 mai 2016).

Lien.

20/01/2015

Ulrich Beck (1944-2015), penseur du cosmopolitisme

ulrick beck,notice nécrologique,sciences humaines,sciences sociales,sciences sociales des religions,cosmopolitisme,europe,nation,nationalisme méthodologiqueLe sociologue allemand Ulrich Beck s'est éteint il y a quelques jours à l'âge de 70 ans. C'est une figure majeure du débat en sciences sociales qui nous quitte, mais ses oeuvres restent. Penseur des sociétés post-nationales, critique de l'Etat-nation, théoricien des "sociétés du risque", il a beaucoup apporté aux sciences sociales des religions, même si on pourra juger que sa réception, en France, n'a pas été (pour l'instant?) à la hauteur de son apport objectif.

On lira notamment avec profit la notice publiée par Nicolas Weill dans le quotidien Le Monde, mais surtout, ce dossier 2011 du mensuel Sciences Humaines (avec un entretien substantiel), qui permet de découvrir plus en profondeur sa réflexion sur le cosmopolitisme (lien).