Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2011

Boko Haram, l'épouvantail islamiste du Nord Nigéria

_56495241_nigeria_damaturu_1111.gifAlors que le ministre français des Affaires Etrangères, Alain Juppé, entame une visite en Afrique du Sud et au Nigéria, qui connait, dans le monde francophone, Boko Haram?

Non, ce n'est pas une marque de bonbons à la coco, ou le dernier groupe de world music à la mode. Il s'agit d'un mouvement islamiste nigérian particulièrement meurtrier, qui sévit dans l'indifférence de la plupart des médias francophones.


Basé au Nord du Nigéria, immense Etat fédéral convoité pour ses ressources pétrolières, Boko Haram a été annoncé plusieurs fois sur le déclin. Il est en réalité plus puissant que jamais, comme le rappellent régulièrement, ces derniers mois, d'excellents reportages proposés par la BBC.

Jonah Fisher, il y a une semaine, écrit par exemple que "loin de disparaître, les militants islamistes du Nigéria se renforcent".

L'ambition des tueurs de Boko Haram est simple: instaurer par la violence un Etat islamique, faire régner la Charia sur tout le pays (et pas seulement dans le Nord où elle est déjà appliquée) et rejeter tout ce qui vient de l'Occident. Boko Haram signifie littéralement: éducation occidentale = péché. Quant à la concurrence confessionnelle? La solution est simple: contraindre les chrétiens à la défensive, à la fuite ou à la conversion forcée.

boko-haram.jpg

Parfois comparé à une secte, Boko Haram repose sur un islamisme dur, qui comprend le Djihad non pas seulement de manière spirituelle, mais de manière très concrètement guerrière, cautionnant jusqu'au massacre de civils, en particulier chrétiens.

Depuis cet été, plusieurs massacres ont été perpétrés, principalement en direction d'institutions gouvernementales (y compris des écoles), avec plus de 500 morts et des milliers de blessés. Une ou deux mosquées ont été brûlées, lorsqu'elles apparaissent soutenir le gouvernement.

Quant aux églises détruites ou endommagées, c'est par dizaines qu'on les compte, principalement catholiques et évangéliques (20% de la population nigériane serait évangélique).

 

Chrétiens ciblés dans les attaques?

CM Capture 1.jpgLe dernier massacre en date s'est produit à Damaturu, avec au moins 63 morts, au début de ce mois de novembre. Soupçonné de soutiens extérieurs (et de bases en Somalie, ce qui paraît un peu surprenant), ce mouvement a été accusé cette semaine par l'organisation International Christian Concern (ICC) de cibler systématiquement les chrétiens. Les éléments d'accusation?

Une enquête locale, fondée sur des interviews, dont celui d'Idris Garba, de l'Etat de Yobe (où s'est produit le dernier massacre). "Ils demandaient si l'on était chrétien, ou musulman. Si l'on répondait chrétien, on était tué", rapporte-t-il. Parmi les nombreuses victimes, surtout des catholiques et des protestants évangéliques.

 

 Eradication confessionnelle

Rappelons que le schéma ethnopolitique du Nigéria est d'une extrême complexité, que les relations islamo-chrétiennes y sont souvent bonnes, et que si l'islamisme politique dérape dans la violence, les chrétiens sont loins d'être tous des enfants de coeurs. On compte aussi, dans l'histoire récente du Nigéria, quelques massacres de musulmans par des chrétiens.

Mais ces massacres sont asymétriques, et il est un peu facile de renvoyer tout le monde dos à dos. En l'ocurrence, des groupes comme Boko Haram n'ont pas d'équivalent, au Nigéria, côté chrétien.

nigéria,boko haram,islamisme,liberté religieuse,afriquePar leur politique d'éradication confessionnelle, ils contribuent, certes marginalement, à nourrir des logiques diasporiques. La forte montée en puissance en Europe (y compris en Italie) d'Eglises évangéliques nigérianes ne doit certes que très peu à ces phénomènes. Mais on aurait tort de les considérer pour autant comme négligeables, tant ils participent à une polarisation aux effets géopolitiques imprévisibles.

Commentaires

Un grand merci à vous pour cet article très intéressant. En effet, je ne connaissais pas ce groupuscule islamiste. Il y a des jours où l'on peut remercier Dieu d'être né du bon côté de la barrière. Mais que dire pour nos frères et soeurs vivant là-bas. Je suis horrifié! Prions Dieu qu'il donne la force et la foi à ces derniers.

Écrit par : Olivier Peel | 12/11/2011

Merci Sébastien pour cet article. Les médias occidentaux passent ces massacres sous silence, ou alors ils mettent un entrefilet dans lequel ils disent "affrontement entre chrétiens et musulmans". Ce faisant, ils les renvoient dos à dos comme vous dites.
Des organismes comme "Portes Ouvertes" évoquent ces persécutions depuis longtemps.
Mais tant que les occidentaux n'y voient pas d'intérêt pour leur économie, ils ne bougeront pas.

Écrit par : Patrick B | 14/11/2011

Merci pour cet article, qui contribue à faire connaître le danger que représentent ces mouvements extrémistes islamistes (d'ailleurs, qui les finance, à qui profite le crime ?) et à informer objectivement sur ce qui se passe là-bas. A noter qu'en Europe sévit une grande désinformation à ce sujet, comme le dit bien Patrick B, et que l'indifférence quasi-générale va de pair avec la déchristianisation galopante dans nos contrées européennes. Heureusement qu'il y a Portes Ouvertes, Aide à l’Église en Détresse, Aide aux Églises dans le Monde pour s'occuper des victimes de ces persécutions antichrétiennes. Et comme le rappelle Olivier Peel, il faut prier Dieu sans relâche pour celles et ceux qui sont nos frères et sœurs dans la foi en Christ et dont les souffrances dans tous ces pays sont un témoignage de chaque jour dont nous ferions bien de nous inspirer quand nous nous plaignons de certaines choses chez nous.
A noter comme un fait (et non comme une opinion personnelle) que, d'après l'indice mondial de persécution 2011 publié par Portes Ouvertes, la quasi totalité des persécutions contre les chrétiens se déroule dans des pays où la religion dominante, voire d'état, est l'islam, hormis en Corée du Nord, en Russie, en Inde, au Myanmar (Birmanie), au Laos, au Vietnam, en Chine, à Cuba... soit seulement 8 pays sur les 50 premiers répertoriés ! Et remarque significative de Portes Ouvertes : "Dans seulement 7 des 30 premiers pays de la liste, l'extrémisme islamique n’est pas le principal persécuteur de l’Église". Et les 84 % restants... De quoi donner à réfléchir...

Écrit par : Eric LISBONNE | 14/11/2011

Oui, coté Europe on discoure sur le coté "Chrétiens nos frères voyez comme ils sont attaqués soyons solidaires personne n'en parle etc".

Du coup on favorise un discours d'incompris assiégés etc, ce qui est pas bon non plus. Concernant les extrémistes musulmans, il me semble que les premières victimes en sont les musulmans eux mêmes, et de très loin. Le discours "Chrétiens nos frères" évoque ce point par dédouanement, pour mieux repartir sur son propre cas, c'est tout.

Et aussi, je taperai sur les évangéliques en affirmant que ce discours masque chez eux leur peu de motivation pour participer au mouvement oecuménique, avec des chrétiens d'un niveau économique similaire au leur. (par "oecuménique", je veux dire entre catholique-protestant-etc, pas entre églises évangéliques seules, il faut malheureusement le préciser).

Bref ; mais alors comment faire, comment dire ?

De mon opinion, déjà, laisser tomber le coté "personne n'en parle" ; ce point est l'argument majeur pour excuser un repliement de l'église sur elle même, au prétexte que c'est grave et très loin, qu'elle est seule à en parler ; il y a des tas de choses dont on parle ou dont on ne parle pas ; vous voulez en parler ? parlez-en, c'est tout.

Ensuite, laisser tomber aussi le coté "centré-chrétien" ; il est complètement piégé, de tous les cotés. Il faut comprendre ces événements dans le cadre général, faire un travail d'historien, géographe, sociologue, journaliste... la gravité des événements n'empêche nullement l'approche pluridisciplinaire, approche qui n'empêche nullement une réponse dans l'urgence. C'est ce qui est train de se produire, me semble-t-il, et heureusement, pour le problème du viol arme de guerre, au congo par exemple. (mais je rêve peut être, je l'admets).

Et la solidarité entre chrétiens, me direz-vous peut être ?... et bien, je pense qu'il faut apprendre à être solidaire entre chrétiens, sans être centré-chrétien, et voilà.

Cordialement.

Écrit par : ista | 16/11/2011

@ Ista
Lorsque vous dites
"je taperai sur les évangéliques en affirmant que ce discours masque chez eux leur peu de motivation pour participer au mouvement oecuménique, avec des chrétiens d'un niveau économique similaire au leur. (par "oecuménique", je veux dire entre catholique-protestant-etc, pas entre églises évangéliques seules, il faut malheureusement le préciser)"
vous ne croyez pas que vous généralisez un peu hâtivement ?
Je n'ignore pas qu'il existe des mouvements évangéliques réfractaires à toute forme d'ouverture. Certaines unions se comportent parfois comme si les autres n'existaient pas. Mais il ne faut pas généraliser : il y a des mouvements ou des Eglises qui sont ouverts aux luthéro-réformés ET aux catholiques. Il y a des lieux où de telles rencontres se produisent notamment lors de la semaine de l'Unité (courant janvier) mais pas seulement.

Et puis il y en a d'autres où les relations sont plus embryonnaires, et ce n'est pas nécessairement du côté évangélique que cela coince, croyez-moi! Je parle d'expérience. Dans certains cas, ce sont même des évangéliques qui prennent l'initiative.

Écrit par : Patrick B | 16/11/2011

Réponse à ista / 16.11.2011 :

Dans mon propre commentaire, j'ai bien pris la peine de citer en tant que ONG dédiées au secours des chrétiens persécutés : Portes Ouvertes (protestante évangélique) Aide à l’Église en Détresse (protestante luthérienne) et Aide aux Églises dans le Monde (catholique romaine).

Il y en a peut-être d'autres, mais je ne les connais pas personnellement, je ne pense donc pas qu'il y ait là matière à un procès d'intention.

Alors de grâce, merci de nous épargner cette dialectique convenue sur l’œcuménisme et sur les raisonnements biaisés qui en sont souvent le corollaire (centré-chrétien, etc.) et ne constituent que des approximations hâtives, voire naïves.
Personnellement, si je n'adhère pas à l’œcuménisme pour des raisons doctrinales (c'est mon choix à titre individuel et confessionnel, et je ne vois pas en quoi ce choix ne serait pas aussi respectable que le vôtre), ça ne signifie pas pour autant que sur des plans précis (caritatif notamment) certaines actions ne soient pas possibles entre dénominations diverses.
Quant à (je cite l'extrait) : "...je taperai sur les évangéliques en affirmant que ce discours masque chez eux leur peu de motivation pour participer au mouvement oecuménique, avec des chrétiens d'un niveau économique similaire au leur. (par "oecuménique", je veux dire entre catholique-protestant-etc, pas entre églises évangéliques seules, il faut malheureusement le préciser).",
je tenais juste à vous signaler parmi bien d'autres ce lien :
http://arretonsloecumenisme.blog.lemonde.fr/2011/07/17/arretons-loecumenisme-par-irene-droit-acces-direct-au-texte-integral/
pour vous montrer qu'il n'y a pas que les "vilains évangéliques" qui remettent en cause - et toujours pour des raisons doctrinales principalement - le fameux œcuménisme. Chez les réformés aussi, voyez-vous ; et pour l'allusion au niveau économique similaire, quel rapport ???
Alors, encore une fois, attention aux présupposés faciles, aux amalgames, aux généralités en tous genres et aux approximations diverses et variées.
Quant à dire que des musulmans eux-mêmes sont les victimes dans leurs propres pays respectifs des exactions de leurs propres compatriotes (ou d'autres) et coreligionnaires mais de tendance extrémiste islamiste, je n'ai pour ma part jamais dit le contraire !
Cordialement et ista la vista.

Écrit par : Eric LISBONNE | 16/11/2011

@évangéliques et oecuménisme

Je n'ai effectivement pas la chance de disposer de statistiques, d'où le fait qu'on puisse facilement me reprocher d'avoir une vision trop étroite, toujours est-il que de ce que je vois les évangéliques sont à la traîne sur ces questions.

J'admets qu'on voit des fois des individus qui se risquent, ou même des pasteurs... malheureusement, ça reste anecdotique.... une démarche individuelle, comme on dit.

Vous dites que je ne vois pas tout, je généralise hâtivement ? oui peut être, mais je ne crois pas. Je fréquente 5 églises évangéliques, si vous voulez savoir. Et je lis encore plus de trucs, car le mouvement évangélique est un mouvement qui m'intéresse. Mais, évidemment, c'est peu pour la généralisation, vous avez raison.

Vous avez trouvé des réformés farouchement contre l'oecuménisme ?... Bravo ! (ça n'a pas été trop dur ?... )

(nota : je connaissais déjà ce texte :-)

Vous êtes contre l'oecuménisme à titre individuel, mais concevez que, pour certaines actions, il est bon de le faire ?... je n'y vois pas le moindre inconvénient, et aimerait d'ailleurs connaître ces "actions" qui auraient la faveur des conceptions oeucuméniques évangéliques... vous citez la solidarité, mais je ne vois nulle part d'évangéliques dans les actions de ce type dans mon coin. J'admets qu'ils exercent une forme de solidarité par eux mêmes, ça c'est tout à fait exact. C'est déjà très bien.

Bon bref, et pour ce que je dis aussi : la dramatisation de la solidarité aux églises persécutées masque la pauvreté des actions avec les autres confessions locales, qu'en pensez-vous ?

Je participe à l'Acat... des chrétiens persécutés, on en parle et on prie régulièrement. Jamais vu d'évangélique dans mon groupe, et je cotoie régulièrement le responsable régional, il n'a jamais vu d'évangéliques non plus... c'est quoi qui dérange ?... On les accueille mal ?...

Vous citez notamment la semaine de l'unité : ça tombe bien, je travaille dessus avec mon groupe Acat ; mais il y a une semaine de l'unité pour les protestants/catho, et une autre pour les évangéliques, semble-t-il. (ou alors c'est la même) (rien compris, je l'admets). Enfin bref on a choisit cette année l'unité version évangélique, et ils ont accepté qu'on ait un stand à leur fête de l'unité.

(et donc je vais bientôt côtoyer une vingtaine d'églises évangéliques, aussi je vous ferai remarquer que ça va être de plus en plus difficile de raconter que je fais des généralisations abusives, alors profitez-en maintenant).

Heureusement : quand nous on demande à être accueillis chez eux, pour organiser une prière ou autre, ils acceptent. Les évangéliques, au moins, accueillent volontiers, et ils le font très bien.

Mais, là aussi, je ne sais pas ce que disent les statistiques :-)

Écrit par : ista | 16/11/2011

@ Ista
Vous vous adressez à qui ? à Eric LISBONNE ou à moi Patrick B ?
Oui il y a deux "semaines", en 2012 la première dite de l'Alliance évangélique (maintenant CNEF) du 8 au 15 janvier, et la deuxième dite "de l'Unité" invariablement du 18 au 24 janvier. Cette dernière est réellement oecuménique, avec des luthéro-réformés et des catholiques.
Et il y a des lieux où les évangéliques sont pleinement participants et depuis longtemps. Certes, ces lieux ne sont pas majoritaires dans le paysage "chrétien" français.
Pour l'ACAT, je peux vous assurer qu'il y a des groupes auxquels participent des évangéliques. J'en connais personnellement. Là encore, je pense qu'ils ne sont pas forcément nombreux, mais pas inexistants. Et puis, tout le monde ne peut pas être partout non plus.
De façon générale, je n'aime pas les phrases du genre : "les évangéliques ne sont pas ouverts à l'oecuménisme". C'est là que je parle de généralisation hâtive. J'ai eu bien souvent l'occasion de discuter oecuménisme avec des évangéliques. Certains sont fermés ou difficiles à convaincre, mais d'autres sont ouverts.

Écrit par : Patrick B | 17/11/2011

Réponse à ista / 16.11.2011 :
Il ne faut pas s'égarer ni extrapoler et oublier que le sujet de l'article de Sébastien FATH, ci-dessus, c'est l'usage de la violence tous azimuts par des groupes islamistes extrémistes à l'encontre de chrétiens, ici au Nigeria en l’occurrence, point barre.
Le point de départ n'est pas un débat tendant à faire la promotion ni à dénoncer l’œcuménisme, que je sache!
Par ailleurs, pour agir avec d'autres chrétiens, je n'ai personnellement pas besoin de tout ce discours ni de concept œcuménique ou autre, ni de me faire adouber par une quelconque organisation que ce soit, qu'elle soit évangélique d'ailleurs ou ce que vous voudrez. De mon point de vue, il s'agit de conscience personnelle, point barre, et ça n'engage que moi, pas le voisin, pas un mouvement quelconque. Je n'ai jamais cru de mon côté qu'on abattrait les barrières en créant des compromis qui ne font que masquer les différences, soit dit au passage. Libre à vous de penser le contraire ou différemment. Et quand un chrétien souffre pour sa foi dans le reste du monde, je ne lui demande pas ce qu'il pense de tout ce débat que j'estime alors stérile, je ne lui demande pas non plus son étiquette ou ce qu'il pense des musulmans persécutés par leurs coreligionnaires parce que ce n'est pas le sujet dans le cas présent et dans l'urgence, tout simplement!

Personnellement, je ne vois pas l'utilité de faire étalage par ailleurs du nombre d'églises qu'on fréquente (!) ni de cette "lourde" ironie qui tend à la suffisance (Vous avez trouvé des réformés farouchement contre l’œcuménisme?... Bravo! (ça n'a pas été trop dur?... ) ; de plus quand je réponds à quelqu'un, je m'adresse DIRECTEMENT à la personne concernée au début de mon commentaire et j'ai choisi d'utiliser mon vrai prénom et mon vrai nom, comme ça la clarté et la franchise sont totales, si vous voyez ce que je veux dire (enfin, je l'espère).

J'avais déjà noté que sur l'article passé concernant l'avenir des réformés suisses, vous ne m'aviez pas répondu au final, et pourtant je VOUS posais des questions précises. Fermons la parenthèse.

"la dramatisation de la solidarité aux églises persécutées masque la pauvreté des actions avec les autres confessions locales, qu'en pensez-vous?" (je vous cite) : Quelle ânerie! je crois que vous confondez les choses et que vous êtes à côté de la plaque, si je puis me permettre. Encore faut-il savoir laquelle... de plaque.

Et le mot n'est pas drame, le mot c'est tragédie, par exemple pour le pasteur Youcef NADARKHANI qui attend en ce moment en Iran dans le couloir des condamnés à mort. Marié, deux enfants en bas âge. Et NOUS AUTRES qui discourrons en jésuites, pendant ce temps là, ah ah ah... Je ne sais s'il faut en rire ou en pleurer.

Sur la question de l’œcuménisme, puisque vous semblez "focaliser" là-dessus, je vous le dis clairement: pour moi, c'est NON, au passé, au présent et à l'avenir. Vous voulez savoir pourquoi ? Alors relisez l'article d'Irène DROIT cité plus haut en lien, puisque vous dites que vous le connaissez déjà; elle vous répondra mieux que moi-même et avec infiniment plus de talent pamphlétaire. De plus, l'Ecriture n'est pas une grande surface au service de consommateurs qui choisissent ce qui leur plaît ou convient et qui laissent en rayon ce qui leur déplaît.

L'Acat : Merci d'expliquer la signification des sigles pour les autres, vous voyez, en matière de "centré-chrétien" (quel jargon indigeste!), peut mieux faire... Je n'ai pas la science infuse, elle qui est soi-disant le mieux à-même d'expliquer la foi (ne dites pas en Christ, ça fait sectaire) comme chacun sait.

Et je ne vais pas vous citer la Bible, ça pourrait vous tenter de ne plus être poli, comme vous me l'aviez répondu une fois (commentaire d'article sur les réformés suisses).

Et ce n'est pas parce qu'on est contre l’œcuménisme pour motif DOCTRINAL (rappel pour mise au point) que ça nous empêche d'aider notre prochain ou de prier pour lui (y compris le musulman), et à plus forte raison, si je puis dire, s'il confesse Jésus-Christ, car jusqu'à preuve du contraire c'est cela à la base être chrétien ou plutôt s'efforcer d'être digne de Ses attentes à notre égard.

Et tant pis pour les petits fours dans les salons œcuméniques et le politiquement correct selon le monde actuel ou les contes et légendes du Vatican racontés aux grands enfants que nous sommes parfois.
Je persiste et je signe,
Éric LISBONNE

Écrit par : Eric LISBONNE | 17/11/2011

@Patrick B

À qui est-ce que je m'adressais ? À vous deux :-) Mais, apparemment, selon ce que dit Eric Lisbonne, ce n'est pas une bonne méthode. Je changerai, dorénavant, et stipulerai explicitement. Perso je trouvais que c'était mieux de discuter ensemble, en groupe, et non pas d'entamer de multiples discussions bipolaires, mais enfin...

Merci pour les explications sur la (les) semaines de l'unité.

Je ne comprends pas pourquoi vous n'aimez pas les phrases "les évangéliques ne sont pas ouverts à l'oecuménisme"... ? C'est ce que vous observez aussi, non ? C'est une généralisation, oui, mais pas hâtive, il me semble ?... cela est bien fidèle à l'état d'esprit général ?


@Eric LISBONNE

Oui, sur Internet, j'avance masqué, la plupart du temps. Et souvent dans la vraie vie aussi.

Et en plus ce que je dis n'a aucune prétention à la clarté, ni même à la franchise. Et je ne réponds qu'exeptionnellement aux questions qu'on me pose, même dans la vraie vie.

Pour l'oecuménisme, on attendra un billet de Sebastien Fath sur le sujet pour en discuter, donc. Merci à lui par avance :-)

Cordialement.

Écrit par : ista | 18/11/2011

@ Ista - et ce sera ma dernière réponse sur le sujet.
J'ai tenté de vous expliquer que non, tous les évangéliques ne sont pas fermé à l'oecuménisme, même si certains le sont. J'ai eu l'occasion de dire sur un autre fil que les évangéliques c'est comme la politique : cela va de l'extrême droite à l'extrême gauche, et il y a une multitude de nuances. Donc, je répète, il ne faut pas généraliser. Tout comme il existe des Eglises largement congrégationalistes, d'autres au contraire, sont très pyramidales, voire autoritaires (je parle au sens général, pas de l'oecuménisme en particulier).
En ce qui me concerne, je me situe en "bon protestant", non pas bon dans le sens "meilleur que les autres", mais comme celui qui, se laissant instruire par la Bible, aime la liberté et assume ses responsabilités. En ce sens, je n'accepterai la critique, ni de ceux qui trouvent que je suis trop ouvert à tel aspect de la vie chrétienne (oecuménisme, charismes et je ne sais quels isthmes), ni de ceux qui trouvent que je ne le suis pas assez.

C'est ma dernière réponse sur le sujet, aussi parce que précisément, nous sommes hors sujet et je ne souhaite pas abuser de ce blog. Merci à Sébastien Fath déjà de tolérer de tels échanges.

Pour revenir dans le sujet, oui j'essaie d'être solidaire au mieux des chrétiens persécutés.

Écrit par : Patrick B | 18/11/2011

Réponse à ista / 18.11.2011 :
Personnellement, j'ai dit tout ce que j'avais à dire sur le thème de l’œcuménisme. Je ne vois pas de mon point de vue l'utilité de discuter ici à n'en plus finir sur ce sujet. Et Sébastien FATH m'a déjà fait remarquer fort justement que son blog n'est pas dédié à des questions spécifiquement confessionnelles (voir l'article sur "l'avenir des réformés suisses").
Quant à la teneur de votre dernier commentaire, ça me rappelle la boutade de Coluche "Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire" et ça ne peut pas ne pas me refaire penser à l’article d'Irène DROIT, encore une fois (chapitre 3, les lieux communs œcuméniques et leur réfutation).
Je ne fais aucune différence entre Internet et la "vraie" vie. Internet n'est qu'un outil de communication qui fait partie de la vie tout court, point. Toutes ces histoires de "vraie" vie, de "vrais" gens ne sont que des artifices de langage, bien en phase avec les modes dominantes en vigueur dans le monde actuel, et qui ne reflètent pour moi que des tendances à fonctionner par "prêt à penser".
Et comme dit Patrick B avec pertinence, merci à Sébastien FATH de supporter de tels échanges.
Cordialement et bonne continuation.

Écrit par : Eric LISBONNE | 21/11/2011

Hé bien ça y est : maintenant les médias français ont parlé de Boko Haram. Hélas.
Merci pour ce billet.

Écrit par : Albocicade | 26/12/2011

Comment les chrétiens peuvent ils accepter l'inacceptable ? encore combien de temps les minorités chrétiennes éparpillées dans le monde pourront ils encore tenir et prier sereinement la paix dans le monde ?
Seuls, nous sommes impuissants face à la réalité morbide de ces actions destructrices ; mais ensemble, combattons l'aveugle face du terrorisme !
Je compatis bien sincèrement à la douleur des chrétiens touchés dans leur chair comme dans leur intellect.

Écrit par : de Natoni | 28/12/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.