Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2018

Billy Graham (1918-2018), l'unique

billy graham, ruth graham, billy graham evangelistic association, etats-unis, évangélisation, christianisme, oecuménisme, protestantisme, évangéliques, notice nécrologique, religion et politique, politique et religion, religion civile, religion civile américaine, evangile

Décédé au matin du 21 février 2018 dans sa 100e année, l'évangéliste Billy Graham est unique.

Tout le monde l'est, naturellement! Mais par sa trajectoire, il l'était un peu plus.

Unique par l'ampleur de son audience "live", unique par son influence spirituelle et politique, unique par sa capacité à surprendre, unique par sa popularité.


Cet évangéliste hors normes, auquel j'ai eu l'occasion de consacrer un livre de 310 pages aux éditions Albin Michel (Billy Graham, pape protestant? 2002), sera l'objet dans les prochains jours de nombreux hommages et/ou textes de synthèse.

Je participerai, avec beaucoup d'autres, à l'apport d'éclairages sur ce 'prophète sage' habité par l'offre de conversion à Jésus-Christ, Bible en main. Il cumulait les figures du pèlerin globe-trotter et du converti (cf. l'ouvrage éponyme de Danièle Hervieu-Léger). On se limitera pour l'heure à ces quatre rappels.

 

billy graham, ruth graham, billy graham evangelistic association, etats-unis, évangélisation, christianisme, oecuménisme, protestantisme, évangéliques, notice nécrologique, religion et politique, politique et religion, religion civile, religion civile américaine, evangileUNIQUE PAR SON AUDIENCE

En touchant plus de 210 millions d'auditeurs en "live", c'est-à-dire physiquement présents pour écouter son message délivré sur place, Billy Graham est sans doute l'homme qui a atteint par ce biais le plus d'individus depuis les débuts du christianisme. Aucun pape catholique n'a atteint autant de monde en "live". Aucun autre évangéliste non plus, quelle que soit sa confession. A l'âge de la sécularisation galopante du monde occidental, il a consacré sa vie à recentrer les foules sur le message chrétien via la prédication de masse (relayée ensuite par la télévision, la presse, puis, tardivement, par internet).

La durée de sa carrière active d'évangéliste planétaire (plus de 60 ans), sa dimension précocement internationale, son ambition qualitative, portée par un charisme phénoménal et par l'efficacité de la Billy Graham Evangelistic Association (BGEA), expliquent l'exceptionnalité de son audience.

 

billy graham, ruth graham, billy graham evangelistic association, etats-unis, évangélisation, christianisme, oecuménisme, protestantisme, évangéliques, notice nécrologique, religion et politique, politique et religion, religion civile, religion civile américaine, evangileUNIQUE PAR SON INFLUENCE SPIRITUELLE ET POLITIQUE

En se montrant proche, et souvent confident, de tous les présidents des Etats-Unis depuis Eisenhower jusqu'à Barack Obama, Billy Graham a par ailleurs développé une relation sans pareille avec les grands de son siècle, y compris avec le Négus (empereur) d'Ethiopie, Hailé Selassié, dont il était assez proche.

Il est la personnalité religieuse la plus influente en continu sur la Maison Blanche dans la seconde moitié du XXe siècle.

Aux Etats-Unis, il a alimenté et orienté dans un sens évangélique ce que les historiens et sociologues du christianisme et du Politique appellent une "religion civile". C'est-à-dire une religiosité générique, rassembleuse, sans étiquette confessionnelle. Au risque d'être parfois utilisé, à l'étranger, par le Département d'Etat, à l'époque de la Guerre Froide. Mais avec comme dividendes un impact spirituel et culturel durable qui a contribué à transformer le paysage états-unien, et parfois au-delà.

 

billy graham, ruth graham, billy graham evangelistic association, etats-unis, évangélisation, christianisme, oecuménisme, protestantisme, évangéliques, notice nécrologique, religion et politique, politique et religion, religion civile, religion civile américaine, evangileUNIQUE PAR SA CAPACITE A SURPRENDRE

Une autre caractéristique étonnante de Billy Graham est sa capacité exceptionnelle à surprendre. Au fil de près d'un siècle d'itinéraire, il a brouillé les cartes, fait démentir les Cassandre qui le rangeaient définitivement dans une catégorie. En voici trois exemples:

-Venu d'un milieu fondamentaliste séparatiste et 'antipapiste', Billy Graham est ainsi devenu l'ami du pape catholique Jean-Paul II, familier des collaborations avec les catholiques (dès les années 1950), ouvrant des voies oecuméniques qui nul n'aurait pu prévoir.

-Issu d'un milieu marqué par la culture de la ségrégation et le "Jim Crow seating" (aux Noirs les moins bonnes places lors des meetings), il a aidé Martin Luther King à faire bouger les lignes, et précocement refusé la pratique (courante à l'époque) de séparer Noirs et Blancs lors des croisades.

-Gagné à la Droite conservatrice, allié objectif des intérêts politiques les plus anticommunistes, il a viré de bord à la fin des années 1970 pour plaider pour le désarmement, l'ouverture au Bloc de l'Est, allant jusqu'à rencontrer à deux reprises, au début des années 1990, le despote stalinien de Corée du Nord (pour lui offrir une Bible).

 

billy graham, ruth graham, billy graham evangelistic association, etats-unis, évangélisation, christianisme, oecuménisme, protestantisme, évangéliques, notice nécrologique, religion et politique, politique et religion, religion civile, religion civile américaine, evangileUNIQUE PAR SA POPULARITE

Enfin, Billy Graham, aux côtés de son épouse, Ruth Graham (1920-2007), restera pour longtemps l'homme qui a su cristalliser le plus longtemps l'amour des Américain(e)s. Il a ainsi figuré à 61 reprises dans le Top 10 des personnalités les plus aimées outre-Atlantique (baromètre Gallup annuel).

Bien au-delà de 50 mentions, c'est un score qui dépasse presque l'entendement, et dont on ne trouve l'équivalent nulle part, même pas en France avec l'abbé Pierre.

Nul doute que ses funérailles rappelleront au monde entier l'impact unique de cet homme, élevé dans une ferme de Caroline du Nord, qui avait le génie de la simplicité.

Avec sa disparition, c'est une grande page de l'histoire religieuse, spirituelle, politique et culturelle de l'Amérique, et au-delà, qui se tourne.

Commentaires

Merci pour cet article, cher Sébastien. Il ne faut pas négliger non plus son influence sur la reine Elizabeth II qui l'a reçu plus d'une fois et l'a entendu prêcher plusieurs fois. Un épisode de la série récente sur Netflix, "The Crown", a longuement évoqué cela.

Écrit par : David Boydell | 22/02/2018

Bof bof, un playboy de plus qui se prend pour pasteur

Écrit par : Denis JF | 22/02/2018

Merci pour cet excellent article

Écrit par : Daniel Mall | 22/02/2018

Je suis réformé et vraiment peu enclin à apprécier le concept télé-évangélisme, et pourtant cet homme, malgré les erreurs inhérentes à notre condition, est quelqu'un qui m'a beaucoup touché.

Difficile de trouver un successeur, merci pour ce très bel article.

Écrit par : jpeg | 22/02/2018

Remarquable. On trouve sa bio sur wikipedia, pas ça; merci

Écrit par : Christiane | 22/02/2018

Je suis en désaccord sur l'utilisation du terme "évangéliste" qui est réservé aux auteurs des évangiles. Billy Graham est un "évangélisateur" ou un prédicateur évangélique.

Écrit par : Henri | 22/02/2018

L'été 1974 j'étais à Arbroath, en Ecosse et nous écoutions chaque soir B.G. dont les réunions du Royal Albert Hall à Londres étaient retransmises par les télécom britanniques dans tout le royaume. Le dernier jour de sa "campagne" rendez-vous était donné au Wembley Stadium, 90'000 places. J'y suis descendu avec quelques jeunes. Les métros londoniens résonnaient des cantiques de ceux qui s'y rendaient en masse. La tribune de l'évangéliste se trouvait au milieu de la pelouse du stade. Mais quand celui-ci fut rempli, des milliers de personnes s'amassaient encore à l'extérieur. Alors Billy Graham donna l'ordre de les faire entrer sur la pelouse. Après sa prédication il avait l'habitude de faire avancer devant lui ceux qui se décidaient pour Christ. Mais comme cela était impossible, à cause de la foule, il demanda à ceux qui le voulaient d'agiter un mouchoir blanc pour indiquer leur décision. Des milliers de points blancs apparurent alors dans toutes les tribunes du Stade.
Concernant son rapport avec les Noirs, on peut mentionner qu'il avait "osé" prendre des Noirs au sein même de son équipe, ce qui en effet était tout à fait novateur. L'un d'eux a d'ailleurs écrit un petit ouvrage dont le titre est hautement significatif "Shall we overcome ?"

Écrit par : Grandjean André | 23/02/2018

Un grand homme de Dieu qui n'est pas mort... mais qui a juste changé d'adresse!
Sans vouloir entrer dans la guerre des chiffres, je pense qu'aujourd'hui d'autres prédicateurs ont une influence et un impact aussi grand qu'à eux en son temps Billy Graham. Je pense par exemple à Reinhard Bonnke... et la campagne d'évangélisation à Lagos (Nigéria) qui a rassemblé 1.650.000.
Un grand merci pour votre travail.

Écrit par : Pierre Demaude | 24/02/2018

Billy Graham est bien un "évangéliste" par définition biblique :

"C'est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants." Éphésiens 4v11

(il n'y a aucune mention de l'idée "d'évangélisation/teur" dans la Bible)

Évangéliste n'indique pas le fait d'être d'une branche "évangélique" (les médias on du travail), et non du fait d'avoir écrit un "évangile", le mot lui-même veut dire "bonne nouvelle", le plan de Dieu accomplit et achevé par l'oeuvre de Jésus-Christ.

Évangéliste est un don, un ministère donné à certains, dans l'Église, qui est d'annoncer la bonne nouvelle de manière bien plus directe, intentionnelle et audible que la majorité des croyants.

- ce qui est bien dommage parfois, c'est que le service (ministère) principal de ce don (don - personne) est principalement donné pour ??? :

"v12 Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l'édification du corps de Christ"

Ce qui n'empêche pas d'avoir des exceptions, comme Billy Graham, qui vulgarisent tellement bien l'évangile d'une manière simple et claire, qu'ils sont très demandés - et itinérant.

Mais est-ce que bien l'exception qui confirme la règle ? Combien d'évangélistes forment les croyant dans leur propres Églises ?

Écrit par : Nicolas | 24/02/2018

Très bon article. Merci Sébastien.
Billy Graham était effectivement un évangéliste hors du commun. Il n'était absolument pas sectaire. Il a su parler à des millions de personnes, de toutes races, cultures, ethnies et leur annoncer l'évangile du Christ. Il a su encourager aussi la population lors d'attentats terroristes, population qui était touchée et lui a manifesté une "standing ovation" lors de l'un de ces attentats.
Que sa mémoire reste vive dans ce monde qui manque d'espérance, que les chrétiens soient nombreux à suivre son exemple en matière d'évangélisation.

Écrit par : Patrick B | 25/02/2018

C'était un grand de serviteur de Dieu au même titre qu'un David Wilkerson par exemple. Il est maintenant dans la paix du Seigneur.

P.S.: merci à Nicolas pour sa remise à niveau des termes: évangéliste, évangélique etc... Je n'aurais pas pu expliquer mieux.

Écrit par : SamuelB | 01/03/2018

Je ne connaissais pas BIlly Graham, ça m'a donnée envie d'en savoir plus

Écrit par : Bérengère A. | 05/03/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.