Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Scandales. Les défis de l'Eglise catholique

scandales-les-defis-de-leglise-catholique.jpgAlors que dans l'entre-deux tours des présidentielles 2017, les évêques catholiques de France se sont plutôt distingués par.... leur silence, refusant de faire barrage à l'extrême-droite xénophobe, il faut signaler le livre courageux, intelligent et documenté de Christian Delahaye sur les silences et radicalisations de l'Eglise catholique de France, confrontée à une crise sans précédent.

Qu'on partage ou non ses thèses, il faut reconnaître à ce livre important, publié aux éditions Empreinte, la vertu d'ouvrir un espace de parole sur des enjeux trop souvent "mis sous le tapis".

Recensé pour l'instant dans le Quotidien du médecin (lien), ce livre évoque notamment une dérive droitière et nostalgique d'un clergé rappelé à ses devoirs dans une tribune incisive publiée dans Le Monde, dans l'entre-deux tours des Présidentielles.

Christian Delahaye y pointe le manque de réaction des évêques catholiques face au néopaganisme nationaliste du Front National. Lien.

 

08/05/2017

Il s'appelle Emmanuel...

 liberté,égalité,fraternité,france,république,emmanuel macron,messianisme,présidentielles 2017,démocratie,religion,politique,politique et religion

... Mais il ne se prend pas pour le messie.

L'élection hier soir à la Présidence de la République d'Emmanuel Macron tourne la page d'un long chapitre marqué par la tentation française des "politiques du salut séculier".

La France s'est longtemps distinguée par un messianisme politique qui fait de l'Etat une quasi Eglise de substitution. François Hollande, avant son élection en 2012, avait une nouvelle fois réactivé cette "politique enchantée" dans son fameux discours du Bourget (le "rêve français" etc). Mais les flots de promesses intenables se sont heurtés à une réalité massivement constatée par les citoyennes et citoyens; au lieu de "changer la vie", les politiques ont navigué à vue, et se sont parfois servis dans la caisse. Ils ont fait la démonstration, mandat après mandat, de l'imposture du messianisme politique.

En se réclamant souvent de la "bienveillance", de l'"humilité", du refus du sectarisme (il est le seul à toujours avoir refusé de faire siffler ses adversaires), Emmanuel Macron désenchante la politique. Moins de grandes promesses, plus de pragmatisme. Moins de prêchi-prêcha, plus d'écoute des compétences de la société civile.

A l'hebdomadaire protestant Réforme qui l'interrogeait, il y a quelques semaines, Emmanuel Macron affirmait: «Je ne promets ni le bonheur, ni la transcendance. Je laisse cela aux religions. Autrement, ce seraient des projets totalitaires.» (lien)

Face à une Marine Le Pen qui s'inscrivait dans la continuité du messianisme politique français (avec une inflexion frontiste orientée vers une quasi religion nationaliste), Emmanuel Macron marque une rupture choisie par presque deux électeurs sur trois. En marche.

29/04/2017

Analyse du vote protestant au Premier Tour des Présidentielles 2017

sondage-macron-devance-le-pen-melenchon-devant-fillon-au-second-tour.jpgComment ont voté les protestants au premier tour des élections Présidentielles 2017?

Un sondage IFOP exclusif pour Pèlerin Magazine permet d'en avoir une idée (lien).

 Décryptage.

Lire la suite

08/03/2017

La politique, parlons-en! (dir. E. Van de Poll)

protestantisme, évangéliques, présidentielles 2017, France, cahiers de l'école pastorale, evert van de poll, croire publications, politique et religionEn ce contexte de campagne présidentielle 2017 en France, à noter ce livre collectif, édité par Croire-Publications dans le cadre des Cahiers de l'école pastorale, La politique, parlons-en! (208p, Hors Série n°18).

Ecrit par des auteurs très majoritairement évangéliques, cet ouvrage instructif éclaire sur les questions que se posent ces derniers, à l'image de l'éthicien Louis Schweitzer, qui relève:

"(...) Le risque est de se décider sur un seul critère qui nous semble essentiel: la sécurité et l'attitude devant les migrants ou la justice sociale, la mondialisation ou l'attitude devant tel problème de société comme les suites du mariage pour tous"....

Il ajoute: "il ne faudrait pas qu'une conviction forte ou qu'un engagement dans un domaine nous rende aveugles au reste de la réalité" (p.179).

 Lien.

02/03/2017

Donald Trump et les religions (La Croix)

Donald TRUMP BIBLE.jpgA relever hier dans La Croix un très bon article de Marie Malzac sur le rapport entretenu entre Donald Trump et les religions. Le protestantisme n'y est pas évoqué, mais ce n'est sûrement pas un oubli, gageons qu'un autre article s'en charge.

Mon collègue Moktar Ben Barka, très bon spécialiste du champ nord-américain, y apporte une analyse éclairante. IL souligne notamment que «son univers religieux, inexistant, est par conséquent totalement incohérent».
«D’un côté, (Trump) affirme collectionner les bibles. De l’autre, il ne fait pas bien la distinction entre Ancien et Nouveau Testament, cite des passages bibliques de façon erronée, y compris en présence de pasteurs évangéliques spécialistes des Écritures... »

Lien.

02/02/2017

USA: Plus de 90% des membres du Congrès se déclarent chrétiens

PF_01.03.17.faithonthehill-00-08.pngAlors que le bulldozer Trump fait des vagues aux Etats-Unis et au-delà, où en est le Congrès? Une intéressante étude du Pew Forum nous révèle un élément intéressant sous l'angle "religion et politique". 

Au début des années 1960, alors que plus de 90% de la population américaine se déclarait chrétienne, plus de 90% des membres du Congrès étaient chrétien aussi. Aujourd'hui, alors que la part de la population déclarée chrétienne a baissé de vingt points (de 90% à 70%), la part des membres du Congrès déclarés chrétiens n'a quasiment pas changé: toujours plus de 90%. En revanche, la répartition confessionnelle a évolué: déclin des protestants (de 75% à 56% entre 1961 et aujourd'hui), montée des catholiques (de 19 à 31%).

Lien.

31/01/2017

Le programme complet du colloque AFSR 2017

Programme AFSR 2017.jpg

19/01/2017

Investiture Trump: devine qui vient prier

Photo_2-3_bis-1.jpgAu petit jeu du "devine qui vient prier..." à l'investiture de Donald Trump, qui aura lieu demain, le pasteur Franklin Graham avait la cote. Gagné! Le fils et héritier du "pasteur de l'Amérique" Billy Graham (toujours en vie, bientôt 99 ans) sera effectivement le religieux le plus en vue lors de la cérémonie d'investiture.

C'est lui qui effectuera la prière publique. Cet évangélique de poids, à la tête de la BGEA et de Samaritan's Purse, n'avait pourtant pas pris officiellement parti pour Donald Trump lors de la campagne, mais ce n'est un secret pour personne qu'il préférait Trump à Clinton. Par ailleurs, on lira avec profit dans Réforme ce joli portrait croisé de deux pasteures du Sud des Etats-Unis, l'une pro-Trump, qui assistera à l'investiture (Paula White), l'autre anti-Trump, Jennifer Butler, qui organisera une marche de protestation (lien vers l'article de Noémie Taylor-Rosner).

07/01/2017

Colloque AFSR 2017: partis politiques et religions

colloque afsr, colloque afsr 2017, politique et religionComme chaque année, l'Association Française de Sciences Sociale des Religions (AFSR) organise un grand colloque de deux jours à Paris. Cette année, le colloque annuel sera consacré au thème "Partis politiques et religions" (XXe-XXIe siècles), avec un angle politologique important, mais sur une base "sciences sociales" pluridisciplinaire, appuyée sur un programme alléchant que voici (PDF).

Ce colloque est organisé par Myriam Aït-Aoudia (Centre Émile Durkheim – Sciences Po Bordeaux), Philippe Portier (GSRL - EPHE), Yann Raison du Cleuziou (Centre Émile Durkheim – Université de Bordeaux).

Lien.

16/11/2016

Une référence sur la laïcité: l'Etat et les religions en France (P.Portier)

1467622934.jpgSpécialiste des laïcités, Philippe Portier est directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, et par ailleurs directeur du Groupe Sociétés Religions Laïcités. Politologue de grand renom, qui fait son miel du meilleur de la recherche en sciences sociales, il nous propose en cet automne un indispensable ouvrage de référence, intitulé L'État et les religions en France, une sociologie historique de la laïcité (Presses Universitaires de Rennes, 2016). Une lecture précieuse!

Voici comment le présente le site de l'EPHE:

Comment faire vivre ensemble des individus égaux en droits et différents par leurs convictions? Pour répondre à ce défi venu de l'avènement de la modernité et de la déconstruction de l'unité de foi qu'elle a impliquée, la France a instauré, à partir de 1789, un régime «laïque» d'existence politique. Au cours des deux siècles qui viennent de s'écouler, tout en s'adossant, continûment, au double principe de neutralité de l'État et de liberté de conscience, la politique religieuse de la France a épousé des formes variées, sous la pression des conjonctures politiques, et, plus encore, des transformations de la figure même de la modernité.

Lire la suite ici (Lien).

15/11/2016

Nicolas Sarkozy et les pétrodollars du Qatar

2ee76cddb7512f20e4b61c363b078.jpg

Beaucoup d'électeurs du Front National sont en train de se passer le mot sur internet: "votons Sarkozy aux primaires de la droite, pour qu'il batte Juppé. Et une fois Sarkozy en face de Marine Le Pen (présidentielles de 2017), nous voterons Le Pen et elle l'emportera contre Sarko!"

Ce scénario n'est pas de la politique fiction. Dans ce contexte pesant, voici un élément d'information utile à verser au dossier (rubrique, "Politique et religion"). Nicolas Sarkozy a donné des conférences au Qatar (rémunérées plus de 100.000 euros). Une de ces conférences, en décembre 2014, visait explicitement à aider les Qataris à investir en France (lien).

Ce que le Qatar wahhabite fait avec bonheur depuis des années, rachetant tantôt le PSG, tantôt les droits sur le Prix (Qatar) de l'Arc de Triomphe (concours hippique). Dans un contexte où la France a été très durement frappée par un djihadisme nourri d'islamisme wahhabite (idéologie dominante au Qatar et en Arabie Saoudite), la question se pose: quel crédit accorder à un candidat qui prétend serrer la vis contre le djihadisme, tout en se faisant payer en pétrodollars wahhabites pour aider le Qatar à investir en France?

Deux livres à lire et relire sur le sujet: Le vilain petit Qatar (2013), et Nos très chers émirs (2016).

14/11/2016

Le travail de fond du Forum de Regardsprotestants

CxJG6GaXAAUtE6i.jpgA l'heure du règne du buzz et de la courte vue, il faut d'autant plus signaler les initiatives qui visent à la fois approfondissement et long terme.

C'est le cas du Forum de Regardsprotestants, impulsé de main de maître par l'intellectuel et philosophe Olivier Abel, qui a tenu hier sa quatrième convention sur le thème (actuel!): "Détresse du politique?"

Ce forum, qui vise à faire bénéficier au débat public français de la diversité de l'apport intellectuel protestant, propose aussi un riche site internet, où l'on lira notamment avec intérêt l'excellente tribune d' Yves Buchsenschutzf sur le déclin de la démocratie représentative.

Lien.

10/11/2016

Election de Trump: avec le soutien de huit évangéliques blancs sur dix

CM Capture 1.jpgTrump, presbytérien (réformé) non-pratiquant de moeurs légères, n'a évidemment pas été élu sur critères religieux.

Si les évangéliques blancs, qui représentent plus de 20% de l'électorat américain, ont voté en masse pour lui (81%, contre 60% des catholiques blancs, voir tableau ci-contre du Pew Forum), c'est non pour des raisons théologiques ou éthiques (même si elles ont pu marginalement jouer, notamment sur l'avortement), mais d'abord pour des raisons socio-économiques.

Bien plus fragiles économiquement que les fidèles des sideline churches (anciennes églises établies, aujourd'hui en fort déclin), un peu moins bien lotis aussi que les catholiques ou même parfois que les musulmans, les évangéliques blancs ont subi, plus que d'autres, la fragilisation de la petite classe moyenne.

La globalisation néolibérale, avec son cortège de fermetures d'usines et de dumping social, a sinistré nombre de campagnes et de petites villes. Et les évangéliques blancs ont préféré ce qu'ils pensent être un DOMPTEUR de la globalisation, même populiste et démagogue, plutôt qu'un PROMPTEUR de la globalisation à leurs yeux représenté par Hillary Clinton, égérie du libre-échange et de la finance mondialisée.

05/08/2016

Le facteur religieux dans les élections présidentielles américaines

Religions-et-Elections-présidentielles-aux-Etats-Unis-212x300.jpgLes 22 et 23 septembre 2016, se tiendra, à Aix-en-Provence, un colloque international portant sur Religions et élections présidentielles aux Etats-Unis.

Il est permis de se demander si les prochaines élections présidentielles aux États-Unis sont en train de changer durablement les rapports de force et les clivages du vote américain.

 

Pour en savoir plus, cliquer ici (lien).

12/02/2016

Aux sources de l'idée laïque, un livre à lire

france,révolution,république,pluralisme,ancien régime,laïcité,religion,politique et religion,rita hermon-belot,odile jacob,livrePrenons de la hauteur! Tout le monde parle aujourd'hui de la laïcité, mais que sait-on de son histoire?

Grâce au très beau livre de Rita Hermon-Belot, on peut remonter Aux sources de l'idée laïque, montrant notamment que la Révolution française ne fut nullement, par principe, antireligieuse, mais qu'elle a reconfiguré le rapport des religions au Politique et organisé la diversité de ses expressions, loin du carcan moniste d'Ancien Régime.

Historienne, directrice d'études à l'EHESS, Rita Hermon-Belot apporte ici une contribution historiographique essentielle aux études sur la laïcité. Un "must".

Lien.

17/10/2014

Bible histoire et diplomatie, une journée d'étude à prévoir

bible_on_desk.238111015_std.jpgTous ceux qui s'intéressent au croisement religion/politique noteront avec grand intérêt l'alléchant programme de la journée d'étude doctorale que propose le GRHP (lien). 

Intitulée Bible, histoire et diplomatie (XVIe – XXIe siècle), elle aura lieu le 6 décembre 2014 à l'IPT (Paris, Bd Arago). 

Programme ici (lien). 

02/07/2014

Politique et religion: le coup de tonnerre du retour au CALIFAT

5180uYus2TL._.jpgIl y a un siècle, en novembre 1914, le souverain ottoman Mehmet V décidait de se prévaloir de son titre de CALIFE pour lancer un jihad généralisé contre les puissances coloniales. Une riposte "symbolique" et "solennelle", selon les mots du spécialiste Jean-Pierre Filiu dans Les frontières du Jihad (2006), mais peu efficace: le califat s'éteignait alors doucement. 

De ce point de vue, ce qui vient de se passer en Irak et en Syrie est un coup de tonnerre qui ne manquera pas d'attirer notamment l'attention des politologues et spécialistes de la religion: le CALIFAT vient en effet d'être "rétabli" depuis le dimanche 29 juin 2014 par l'Etat Islamique en Irak et au Levant, et cela n'a rien d'une plaisanterie: le chercheur Romain Caillet, dans Le Monde, compare cet événement à la chute du Mur de Berlin en 1989...