Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

BREXIT : une chance pour l'Ecosse ?

brexit,union européenne,construction européenne,ecosse,protestantisme,église d'écosse,bruno lemaireLe choix du BREXIT, fait écho à ces propos de l'homme politique français Bruno Lemaire: "lorsque l'Europe ignore les peuples, les peuples se vengent de l'Europe" (lien). Mais en attendant de refonder une Europe bien plus démocratique, un des "peuples" du Royaume-Uni, le peuple écossais, se trouve en situation paradoxale.

A l'inverse du reste du Royaume-Uni, l'Ecosse a voté très nettement en faveur du maintien dans l'UE.... ce qui repose maintenant la question de son indépendance, provisoirement repoussée après la victoire (assez serrée) du référendum d'indépendance de 2014 (lien). L'indépendance lui permettrait de se réaffilier à l'Union Européenne, qu'elle n'a, quant à elle, pas voulu quitter.

Une nation écossaise, rappelons-le, marquée par une très riche histoire, trois siècles de monarchie indépendante, et une Eglise nationale réformée (voir cette page du Muséevirtuel du protestantisme).

24/06/2016

BREXIT: une chance pour refonder l'Europe

europe,brexit,royaume uni,grande bretagne,construction européenne,autorité,démocratie,subsidiarité,michel rocardLa construction européenne a été marquée, dès les années 1950, par une tension entre deux logiques. Une logique centralisatrice, technocratique et fort peu démocratique (celle qui l'a emporté), et une logique marquée par le principe de subsidiarité, qui signifie: traiter politiquement les questions au plus près des problèmes. Ne pas faire trancher à Bruxelles ce qui peut l'être à Noyon.

Au sujet de cette décevante Europe dominée par le triomphe d'un modèle d'autorité top-down, Michel Rocard déclarait, en novembre 2015: "l'Europe c'est fini, on a raté le coche" (lien).

Ne soyons pas sévères avec les Britanniques, qui viennent de trancher pour le BREXIT. Il y a certes une part d'égoïsme dans leur démarche, mais aussi une saine manifestation démocratique d'un rejet de cette Europe top-down qui a échoué et perdu sa légitimité populaire. L'Europe n'est pas morte. En rejetant l'Europe bruxelloise actuelle et ses clergés technocratiques, les Britanniques invitent même plus que jamais leurs amis européens à  refonder un "vivre-ensemble" marqué par moins d'obésité institutionnelle, plus de respect de la volonté des citoyennes et citoyens, et une capacité de décision renforcée car plus légitime.