Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2020

La FPF à travers les actes de ses AG (thèse Y. Parrend)

Capture d’écran 2020-01-04 à 23.30.10.pngPasteur de L'Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL), ancien secrétaire général de la Fédération protestante de France (FPF), l'un des deux grands réseaux protestants français avec le CNEF, Yves Parrend a soutenu sa thèse de doctorat à l'Université de Strasbourg (Faculté de Théologie) sous le titre suivant:

Histoire de la Fédération protestante de France (1905-1991)
à travers les Actes des Assemblées générales

Qu'il soit ici très chaleureusement félicité pour cette belle réalisation, dont on attend avec impatience la publication !

Lien.

18/08/2014

Chaises musicales à la Fédération Protestante de France (FPF)

a285debf1d.jpgChaises musicales à la Fédération Protestante de France (FPF) cet été 2014.

Avec notamment un projet Mosaïc reconfiguré, mis à la diète et inséré dans les "relations avec les Eglises chrétiennes" (sous la conduite de Jane Stranz), et la prise de fonction du pasteur évangélique Georges Michel comme secrétaire général de la FPF depuis le 1er juillet 2014 en remplacement du pasteur Yves Parrend (qui exerça ces fonctions durant 6 ans).

Une page de plus dans la longue histoire de cette institution fédérative dont l'histoire reste à faire.... Lien ici. 

 

09/11/2011

Le Centre Missionnaire de Carhaix, les défis de "l'osmose fraternelle"

protestantisme,protestantismes,jean-yves carluer,france,évangéliques,centre missionnaire de carhaix,carhaix,yvon charles,samuel charles,franck keller,fpf,claude baty,yves parrend,miviludes,cnef,dérives sectaires évangéliques,autorité,communauté

A l'inverse du catholicisme ou de l'orthodoxie, le protestantisme n'est pas très habitué à la mise en oeuvre de communautés de type monastique. Martin Luther, et avec lui beaucoup de réformateurs, se méfiaient beaucoup de ce qui leur apparaissait comme une fuga mundi (fuite du monde), insistant plutôt sur l'engagement au coeur de la société,  au côté du prochain.

Luther écrivait aussi (dans le De votis monasticis) que "le voeu monastique est dangereux dans fait même que c'est une chose qui ne peut se réclamer d'aucune autorité ni d'aucun exemple dans l'Ecriture. L'Eglise primitive et le Nouveau Testament ignorent totalement l'usage de faire quelque voeu que ce soit".

Lire la suite