Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2006

Liliam Thuram, prophète républicain

Un entretien à lire absolument. Max Weber ne me contredirait pas : le prophète est un leader charismatique dont le discours ne relève pas d’une position institutionnelle autorisée, mais d’une vocation individuelle, souvent en rupture avec le discours dominant. A sa manière, l’international de l’équipe de France Lilian Thuram relève bien de cette catégorie.


Bien que membre du Haut Conseil pour l’Intégration, il n’a guère de légitimité institutionnelle pour parler de la République et des réformes à faire. En tant que joueur de football, il est même aisément critiquable par les politiques, ce que Nicolas Sarkozy ne s’est pas privé de faire il y a quelques mois lorsqu’il a fait allusion au salaire mirobolant de Thuram, ce qui était supposé le disqualifier pour parler des banlieues.

Mais Thuram a ce point commun supplémentaire avec les prophètes qu’il n’a cure de ceux qui voudraient le faire taire. Il persiste et signe. A lire absolument, son entretien dans le quotidien Le Monde, dans l’édition papier du 26 mars 2006. Avec sobriété et clarté, Thuram nous dit ici des choses importantes: le danger de sectoriser la société française, qu’on réduit à un agrégat de «minorités», la montée d’un racisme tranquille, dont Finkielkraut, hélas, s’est fait le héraut récent en évoquant l’équipe de France «black black black» qui «fait rire (sic) toute l’Europe».

Et la nécessité de «tisser des liens entre Français, quelles que soient leurs origines» (dixit Thuram), c’est-à-dire d’appliquer la devise théorique qui fait vivre la République: Liberté Egalité Fraternité. Chapeau Thuram: en un entretien, il fait plus pour rappeler l’idéal républicain qu’une coûteuse campagne de «com». Reste à mettre en pratique par un vrai projet éducatif et pédagogique, car (dixit) «à long terme, l’éducation est plus efficace qu’une loi votée dans la précipitation».

Voir http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-754509@...

Commentaires

Très intéressant, en effet. Comme quoi la bonne parole républicaine ne vient pas toujours d'où on l'attend le plus.

Merci beaucoup!

Écrit par : Matthieu | 26/03/2006

aussi intéressants que puissent être les propos de LT, aussi judicieuses que soient ses propositions, je ne vois pas en quoi il puisse être qualifié de "prohète"...
Je ne vois rien dans ce qu'il dit qui puisse le rattacher à une quelconque source d'inspiration divine ou surnaturelle. Hormis qu'il fasse remonter à l'éternité sa nationalité française (que je ne lui conteste nullement).

Je dirai un "sage" oui, comme on en trouve dans les société dites "tribales" (ceci dit sans racisme ou xénophobie, bien au contraire).
Et c'est déjà pas mal... notre société semble en manquer ces temps ci... de sages...

Écrit par : samyzdat | 01/04/2006

il faut précisr que ses propos sur M. Sarkozy étaient bien exagérés car accusant le ministre d'avoir dit ce qu'il n'avait pas dit.
Ensuite, qu'ont ses propos d'exceptionnels? N'importe qui, aujourd'hui, pleuire sur le racisme des Français et demande plus d'intégration. Proposer d'analyser plus finement le problème revient à être facho!
Métis je suis, mais franchement qu'on arrête de nous gonfler avec cette société multiculturelle, de nous vanter le métissage comme si être blanc (en effet, être noir ne pose pas de problème, ça équivaut au métissage pour ces penseurs) était une tare.
Voici ce que disait de Gaulle : "Il n'y a pas de problème à ce qu'il y ait des Noirs, des Juifs, des Musulmans, des Jaunes en France du moment que la France reste une nation blanche et chrétienne". L'adjectif "blanc", je l'entends comme "occidental" et c'est parlant, car il détermine quels sont les étrangers les plus facilement assimilables. Il va de soi qu'un Italien ou un Polonais s'adaptera plus vite à la culture française, du fait des proximités de valeurs et ce n'est pas être raciste que de le souligner. Il y aura d'autres étrangers qui, arrivés chez nous, feront tout pour s'intégrer et nous respecter et nous en connaissons tous (j'apprécie beaucoup les efforts des Indiens ou des Vietnamiens par exemple) et il y en a d'autres qui mériteraient purement et simplement d'être mis à la porte.
Si cela déplaît à M. Thuram, c'est son affaire, mais je n'ai pas compris en quoi, lui, Français, se sentait visé.

Écrit par : Jean | 07/04/2006

Bonjour
Je suis Senegalais mon nom est Cheikh Moussa Coulibaly je suis President d’une equipe de Navetane a Dakar plus precisement a Pikine. Meme je cherchais
a vous joindre quand vous etiez venu au Senegal.Parce que je vous admire beaucoup .je voulais donner ton nom a mon equipe minime. Et pour ca je veux etre en contact permanent avec vous pour une bonne marche du football Senegalis et monter des projets.
Reponse s’il vous plais

Écrit par : Cheikh Moussa Coulibaly | 28/09/2006

Au sujet des propos de L. Thuram concernant l'exclusion de M Georges Frêche, si L.Thuram pense que cela va tisser des liens entre français, il se trompe lourdement, les campagnes haineuses de certains noirs contre les français "blancs" ne peuvent que susciter des réactions de rejet de personnes modérés dont je fait partie.
Et j'ajoute que je ne vote pas pour M. Georges Frêche et ne soutiens pas les socialistes.

S'il faut savoir taper dans un ballon et avoir le verbe haut pour faire partie du Haut Comité d'Intégration, cela ne valorise pas cette institution.
La France est tombée bien bas!

Henri-Adolphe

Écrit par : Henri-Adolphe | 29/01/2007

Thuram a ete un sage. Il n'est pas comme les autres antillais qui ont gobe les histoires de fraternite, egalite... jusqu'a renier leurs origines

Écrit par : D | 10/03/2007

Les commentaires sont fermés.