Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2006

Pour la liberté d’expression (affaire Redeker)

medium_redeker_robert.2.jpg«Le droit de l'intolérance est donc absurde et barbare: c'est le droit des tigres, et il est bien horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger, et nous nous sommes exterminés pour des paragraphes.»

(Voltaire, Traité sur la Tolérance)


Jamais je ne pourrais signer un brûlot comme celui qu’a publié Robert Redeker sur l’islam dans Le Figaro du 19 septembre 2006. Et il est normal qu’on lui réponde et qu’on le réfute là où il dérape, comme on en a le droit pour tout texte polémique.

 

Jamais non plus je ne pourrais signer les charges virulentes (et souvent d’une navrante imbécilité) de Michel Onfray contre les monothéismes.

 

Petit rappel, Onfray écrivait, dans son Traité d’athéologie (2005), que «les trois monothéismes, animés par une même pulsion de mort généalogique, partagent une série de mépris identiques : haine de la raison et de l'intelligence; haine de la liberté; haine de tous les livres au nom d'un seul; haine de la vie; haine de la sexualité, des femmes et du plaisir; haine du féminin; haine des corps, des désirs, des pulsions».

 

A lire cette litanie, une chose est sûre, l’athéisme à la façon d’Onfray ne génère ni la nuance, ni la sérénité, ni la bienveillance pour les milliards de monothéistes qui ne pensent pas comme lui…

 

 

Droit d'expression des mécréants et des imprécateurs


 

Pourtant, il est de notre devoir à tous de défendre avec la dernière énergie le droit d’expression des mécréants et des imprécateurs.

C’est pourquoi il faut s’inquiéter aujourd’hui de ce qui arrive à Redeker, obligé de se cacher par peur d’un coup de couteau ou de fusil, comme il fallait s’inquiéter hier des manifestations violentes contre les caricatures de Mohamet, ou avant-hier des pressions injustifiées de la conférence des évêques de France pour faire interdire il y a un an et demi par le Tribunal de Grande Instance de Paris une publicité qui détournait le tableau La Cène de Léonard de Vinci (en remplaçant Jésus et ses disciples par des femmes).

 

On doit avoir le droit de critiquer ou parodier Jésus, Mahomet ou Bouddha, quitte même à aller jusqu’à cette «pointe extrême de la liberté d’expression», qui consiste à blasphémer.

 

Si Redeker juge le Coran intrinsèquement violent ou si Madonna choisit de se crucifier sur scène pour mieux vendre ses disques, eh bien qu’ils ou elles le fassent et l’assument, car leur liberté est la garante de la liberté des autres, y compris des croyants. Leur irrespect fera mal, réjouira certains et décevra beaucoup d’autres, il fera du débat sur la tolérance une plaie vive, mais ce sont là les risques de la liberté.

 

La liberté d’expression est pour tous,

ou bien elle n’est pas!

 

Les menaces de mort contre Robert Redeker sont inadmissibles.

Elles menacent de mort non seulement Redeker, mais notre République. En République, les idées, débats, critiques ont vocation à s’entrechoquer sans censure, dans la limite des lois communes. Le délit de blasphème a été définitivement (?) aboli en France avec les lois sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Certains, apeurés peut-être par le raffut des menaces de mort, parlent de le rétablir.

 

Un député UMP, Jean-Marc Roubaud, a même déposé en mars 2006 une proposition de loi dans ce sens (n°2895), qui vise à "interdire les propos et les actes injurieux contre toutes les religions".

Le MRAP, entend-on ici et là, ne serait pas contre….

Au Royaume-Uni, Tony Blair a tenté il y a moins d’un an une opération similaire, contrée de justesse suite à une mobilisation d’artistes et d’intellectuels, dont le magnifique Mr Bean, l’acteur Rowan Atkinson.

 

Il faut tenir ferme, ne rien céder faces aux "tigres" de l'intolérance meurtrière, refuser de céder à l'intimidation. Si les Redeker, Onfray et consors scandalisent, qu’on leur réponde avec des idées, pas avec des couteaux ou des baillons législatifs. Après avoir commencé par Voltaire, je lui laisse encore le mot de la fin, comme viatique républicain et laïque:

 

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites,
mais je me battrai jusqu'à la mort
pour que vous ayez le droit de le dire."

 

 

Le contraire des fanatiques prêt à tuer, et se tuer, pour éteindre ce droit.

Commentaires

Merci, Sébastien.

Écrit par : Pablito | 03/10/2006

j'ai tout à fait la même conception tout en étant chrétienne ....
c'est au niveau des idées qu'il faut combattre, et non pas en empêchant les "imprécateurs", comme vous le dites si bien, de s'exprimer...

Écrit par : Françoise | 03/10/2006

Sébastien Fath,
Vous qui citez Voltaire, voici un extrait lu dans le Monde au sujet de Redeker : "Ses manières ne sont pas policées, explique son ami l'écrivain François George, c'est un voltairien dans un siècle qui ne l'est pas."

Je suis en accord avec votre texte, sauf que s'il est vrai que les mots de Redeker ne sont pas policés, je ne vois pas le dérapage.
Quand il dit :
"Chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran."
Si les mots sont durs, ce n'est que la vérité. Alors expliquez-vous, qu'est-ce que ce "dérapage" ?

Je recommande la tribune clairevoyante de Chantal Delsol du 05/10/2006 dans le Figaro( elle y met ses tripes), et bien sûr le discours de Ratisbonne : foi, raison, dialogue entre les cultures et les religions.

Écrit par : Christian Blin | 06/10/2006

"il est de notre devoir à tous de défendre avec la dernière énergie le droit d’expression des mécréants et des imprécateurs"...comme c'est beau... le blablabla intello
A quand une manifestation des chercheurs nantis de tout poil et de toutes les étiquettes possibles EPHE, CNRS, EHESS...pour soutenir un homme condamné à mort ???
A quand une prise de position clair en dehors du ronronnement des colloques policés ???

Écrit par : anna cybelle | 06/10/2006

il faut lire les deux très fins (et beaux) textes de Jules de diner room, qui expliquent en quoi il ne s'agit pas de liberté d'expression, je résume: si je dis mal d'une personne et que celle-ci me menace de mort, vais-je aller me plaindre de ce qu'on attaque la liberté d'expression, ou de ce qu'on veut me tuer?
http://dinersroom.free.fr/index.php?2006/09/29/222-philosophons-autour-d-un-verre-de-la-religion-et-de-la-liberte-d-expression
Cela ne change rien du caractère condamnable de la menace de mort. Mais je crois qu'il n'est pas annodin qu'on sorte à tout bout de champ la liberté d'expression de son contexte. Cela nous fait sortir de l'analyse "hegelienne" qui pourtant paraît s'imposer: celle du meurtre inscrit dans une lutte pour la reconnaissance. Il ne s'agit pas de banaliser cela, mais d'observer que c'est là un mécanisme bien connu. Mais à sortir incessament la liberté d'expression à la place d'Hegel, on reconstruit des oppositions culturelles entre le monde non moderne contre la liberté d'expression et l'occident qui est pour. Je ne crois pas que cela soit de ça qu'il s'agit. Bizarrement, je crois donc que bien que tout le monde dise, "il faut soutenir Redeker malgré son mauvais texte au nom de la liberté d'expression", on rentre dans la logique de son texte. Je préfèrerais dire "il faut soutenir Redeker malgré son mauvais texte au nom de l'interdiction de tuer et d'en appeller au meurtre".
Anna cybelle: pleins d'intellectuels s'opposent à la peine de mort, je ne vois pas ce que ça à voir avec ça

Écrit par : Clic | 08/10/2006

Quid de la liberté d'expression lorsque le Ministre en personne demande des excuses de la part de Redeker ?
Quid de la liberté de pensée si on ne peut s'exprimer sur tous et sur toutes ?

Écrit par : Pompèbre le fumeux | 09/10/2006

Cher clic,
merci pour ce bel exemple de jésuitisme.
Personnellement, je ne vois pas ce qu'Hégel a à voir avec les islamistes.
Comme eux, vous trouvez les meilleurs raisons aux pires choses et les pires raisons aux meilleures choses.

Écrit par : anna isabel | 09/10/2006

christian Blin : Tu un menteur, un colporteur de médisance, un (...)*. Tu affirme que les propos de Redeger ne sont rien d'autre que la vérité. Alors sois serieux quand même.


*Désolé Elhadj, mais si cette petite coupe a été faite c'est parce que ce blog publie tous les avis, même les plus offensifs, mais en évitant les grossièretés.

Écrit par : Elhadj | 11/10/2006

C'est une approche de la liberté d'expression qui me convient: elle ne consiste pas à pouvoir tout dire: l'insulte, l'injure, la diffamation etc. ne sont pas "couverts" par la liberté d'expression. Les propos de Redeker, de ce point de vue sont limites, d'où le paradoxe qu'il y a à vouloir le défendre par là. Une raison de plus pour le défendre au nom de l'interdiction d'en appeller au meurtre, qui est précisemment une restriction que notre loi prévoit à la liberté d'expression. Mais ça nous oblige de sortir de la tarte à la crème "vive l'occident et sa liberté d'expression".

Écrit par : Clic | 11/10/2006

Les commentaires sont fermés.