23/06/2010

Le Parti Socialiste, le droit à l'outrance et le bus de l'équipe de France

martine-aubry_34-3f834.jpgLe premier humoriste de France serait-il, ces temps-ci, le Parti Socialiste?

Auquel cas, sous couvert de défendre (soi-disant) Didier Porte et Stéphane Guillon, remerciés par France Inter, c'est d'abord pour sa pomme (ou sa rose) que le PS monte au créneau. Explication.


Défenseur inconditionnel de la liberté d'expression, du droit de blasphémer et de caricaturer, farouchement hostile aux "groupes d'oppression" qui intentent un procès au moindre dérapage verbal, j'abonde a priori dans le sens du PS: oui, le droit à l'outrance doit être respecté, comme l'ont clamé, mercredi 23 juin, plusieurs ténors socialistes, dont Martine Aubry elle-même.

Mais j'ai grand peur que sur cette question (comme sur d'autres), le PS mélange allègrement des registres pourtant distincts.

 

Aucune restriction du droit à l'outrance

 

images.jpegEn effet, à quoi assistons-nous là ? Non pas à une quelconque restriction du droit à l'outrance (Didier Porte et Stéphane Guillon peuvent continuer ailleurs à exercer leur talent, jouer avec les limites, et banaliser diverses grossièretés en prime time pour les futurs émules d'Anelka -ou du journal L'Equipe, écho racoleur des pires propos de vestiaire-).

Non pas à une décision législative qui empêcheraient, à l'avenir, Porte et Guillon de se livrer à leurs facécies et moqueries (on aime ou pas) sur le physique des gens qu'ils salissent à raison de centaines ou milliers d'euros par heure de prestation (1).

Les médias prêts à faire voltiger l'insolence, mais aussi l'insulte et la plaisanterie bien grasse ne manquent pas en ces temps de téléréalité où les limites du respect de la dignité humaine sont sans cesse repoussées.

 

Régulation des dérapages par la société civile


Aucune menace, donc, à l'encontre du droit à l'outrance.

Ce à quoi nous assistons est une régulation, par la société civile (les acteurs du monde médiatique eux-mêmes, en l'ocurrence Jean-Luc Hees, journaliste d'expérience qui n'a rien d'un pantin). Jean-Luc Hees s'en expliqué de manière fort convainquante dans le quotidien Le Monde: il déplore un comportement de "petit tyran", d'une "grande misère intellectuelle", ce à quoi Philippe Val ajoute que les intéressés Porte et Guillon ont "fait preuve d'une déloyauté constante".

Voilà des motifs sérieux, qui n'ont rien à voir avec une censure d'Etat!

 

Qu'un groupe de presse ou une radio publique vire un journaliste qui dérape fait AUSSI partie de la liberté d'expression, et même du droit à l'outrance, dès lors que cette éviction se fait non pas au nom d'une loi de censure promulguée par l'Etat (qui, elle, menacerait effectivement le "droit à l'outrance" si cher, semble-t-il, au PS actuel), mais au nom d'une éthique de groupe, à savoir ici l'éthique de service public.


nicolas-anelka_gnews.jpgLe PS sur les traces de l'équipe de France du Mondial 2010?

 

En prenant ainsi le parti de Guillon et de Porte, le PS croit jouer aux redresseurs de tort. Il prétend défendre la liberté d'expression. Tout faux!

 

En réalité, il copie très exactement l'attitude des joueurs de l'équipe de France, qui au lieu de se désolidariser des grossièretés dégradantes proférées par Nicolas Anelka, a fait grève, calfeutrée dans son bus, par solidarité avec lui. Avec la suite que l'on connaît.

 

Lamentable.

 

 

(1) Sur Canal Plus, Stéphane Guillon gagnait 9000 Euros par chronique. A côté, même la Christine Boutin des grands jours fait figure de gagne-petit.

Commentaires

Que dire...
Je n'ai jamais aimé la politique et elle gagnerait parfois à se taire.

On aime la "liberté d'expression" dans notre "beau" pays!
Le problème aujourd'hui est que cette "liberté d'expression", cette fausse tolérance est devenue un sac poubelle dans lequel on y met n'importe quoi et surtout n'importe quoi.

En lisant cet article je pensais à 2 versets de la Bible:

2Pierre 2:14 ils ont les yeux pleins d’adultère et, insatiables de péché, ils séduisent les âmes mal affermies ; ils ont le cœur exercé à la cupidité ; ce sont des enfants de malédiction.

Esaïe 5:20 Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur et la douceur en amertume !

Il y a de plus en plus de choses intolérables en France et malheureusement, des décideurs laissent faire et non seulement ils laissent faire, ils acceptent, ils revendiquent.
Nous sommes dans un pays de droits, mais à quand remonte la dernière fois où l'on a crié haut et fort que nous avions aussi des DEVOIRS?

Pour certains politiciens il est aussi de bon ton de sauter sur toutes occasions pour faire parler de soit, pour dire: je suis là, ne m'oublier pas; pour prendre à contre-pied des décisions justes.

Écrit par : Yannick | 24/06/2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.