Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2015

France/Burkina Faso et enjeu des modernités multiples

afrique,europe,modernité,modernités multiples,schmuel eisenstadt,burkina faso,homosexualité,enfance,culture,fleur pelerin,abdelattif kechiche,cinémaActuellement au Burkina Faso, l'occasion m'est donnée de regarder, avec plus de distance que d'ordinaire, la lointaine France, ex-puissance coloniale de ce qu'on appelait alors la Haute Volta.

Depuis ce magnifique pays en développement, accueillant et entreprenant, on repense à la problématique des "modernités multiples" développée en particulier par Schmuel Eisenstadt. Contrairement à une certaine arrogance européenne, il n'y aurait pas nécessairement "un" schéma unique de modernisation. Le Burkina, et de nombreuses sociétés africaines, se modernisent, mais pas forcément en copiant toutes les options vantées par une partie des bourgeoisies sécularisées européennes.

L'exemple de l'homosexualité, de la pudeur ou de la protection des mineurs l'illustrent.


Cas récent: en France, la Ministre de la culture Fleur Pélerin veut actuellement tout faire (jusqu'en cassation) pour permettre que des enfants de 12 ans puissent voir sur grand écran La vie d'Adèle, qui montre notamment des scènes d'amour crues entre deux adolescentes. Alors même que le réalisateur lui-même, Abdelattif Kechiche, est favorable à l'interdiction aux moins de 16 ans (lien).

Vu du Burkina, où sont partagés respect de l'enfance et définition homme-femme du couple, ce genre de débat franco-français suscite la désapprobation générale, voire la stupeur. La légalisation du mariage entre couples du même sexe, qui a fortement marqué ici l'image de la France dans tous les cercles de la société, avait également nourri un consensus d'opposition (largement partagé ailleurs en Afrique).

Au-delà du cas de l'homosexualité et de la protection des mineurs, cette incompréhension et ce désaccord, quel que soit l'arrière-plan convictionnel, illustrent-ils que la société burkinabè n'est pas "encore" assez éclairée, assez moderne? Ou est ce que cela signifie qu'il serait grand temps de prendre un peu de recul par rapport aux modèles européo-centrés, et creuser l'hypothèse de modernités multiples?

Commentaires

Cher Sébastien,
Bravo pour tes articles sur le Burkina Faso, un pays que je connais un peu pour y avoir passé un an autrefois lors de mon service national au titre de la coopération. J'y ai encore des amis, à commencer par Mme Marie-Claire Traoré, qui était une camarade d'enfance. Elle dirige le centre médical protestant Schiphra qu'elle a créé en reconvertissant un classique dispensaire de mission en établissement soutenu par diverses ONG. C'est aujourd'hui un des principaux centres de soins du pays (http://lefaso.net/spip.php?article35944). Mme Traoré a été décorée de la Légion d'honneur sur proposition du Ministère de la Coopération par décret du 30 décembre 2011. Le nom de Schiphra évoque la première sage-femme africaine connue, celle qui sauva la vie des nouveaux-nés des Hébreux.

Écrit par : Jean-Yves Carluer | 11/12/2015

Le burkinabé résident en Suisse rentre de Ouagadougou et est réjouis de ton article.
L'enjeu pour nous c'est d'essayer de consommer ce que nous produisons et de produire ce que nous consommons.

Je retourne de temps en temps dans ce beau pays qui veut désormais régler ses problèmes par lui même .
L'aide qui nourrit l'aide n'est pas une aide.L'aide doit aider à se passer de l'aide.
Au delà de tout Sankara a vu clair et à certains égards je me reconnais dans ce prophète qui empêchait de penser en rond !

Merci Sebastien

Écrit par : Severin Bamogo | 12/12/2015

Les commentaires sont fermés.