Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2016

Sortir du régime dérogatoire des cultes (Michel Seelig)

9782343077499.jpgA l'heure où les Français attendent, plus que jamais, une mise en cohérence de la parole politique et des actes, voici un livre bienvenu.

 

Michel Seelig, président du Cercle Jean-Macé et du conseil de l’IUT de Metz, fait oeuvre de pédagogue et invite à corriger une discrimination d'Etat doublée d'une atteinte à la laïcité via le régime dérogatoire des cultes d'Alsace et Moselle.

Cet anachronisme en plein XXIe siècle privilégie toujours certains cultes (financés par l'impôt) au détriment du principe d'égalité et de séparation des religions et de l'Etat...

 Lien.

Commentaires

Bravo pour la protestation et l' analyse de ce livre de Seelig. Beaucoup d'Alsaciens n'ont jamais compris que la spécificité de la région s'appuie tant sur cette survivance, qui empêche souvent de réfléchir à l'essence de la foi chrétienne, qui n'est pas d'"appartenance" et de privilège, mais de conviction personnelle. Bien sûr, les avantages liés ne sont pas minces. Cela n'empêche pas qu'il y ait des ministres des cultes exemplaires dans cette région comme ailleurs. La question est de principe, de fondement, de cohérence. Gef

Écrit par : gef | 12/01/2016

Bonjour,
Il ne faut pas oublier la Guyane, comme anachronisme y'a pas mieux !

Écrit par : philippeF | 13/01/2016

Je rappelle si besoin, que la préservation du Concordat et des Articles organiques fait partie du deal du retour de l'Alsace-Moselle à la France en 1918. Si la France de 1870 n'avait pas abandonné cette région au Reich de Bismarck nous n'en serions pas là.
Maintenant, il faut assumer. Je rappelle qu'en 1924, le gouvernement voulait abolir cette spécificité d'Alsace-Moselle. En réaction, le tocsin sonna dans toute la région. Suite à cela, le gouvernement a renoncé.
Depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, il y a régulièrement des tentatives de "normalisation", pour l'instant sans succès.
Que tous ces fervents détracteurs des spécificités d'Alsace-Moselle se préoccupent plutôt de ce qui se passe dans certaines mosquées, qu'ils fassent le nécessaire pour que le peuple puisse à nouveau vivre en sécurité, qu'ils combattent efficacement l'islamisme et après on en reparlera. Je le dis d'autant plus librement que je ne suis pas membre d'un culte concordataire ou "reconnu" selon l'expression consacrée.
L'Alsace est surpeuplée en comparaison de nombreuses régions françaises. Nul n'est obligé de s'y établir. Il y a de charmantes régions en France : le Limousin, l'Auvergne, la Bretagne, la Catalogne, le Pays basque et même la Corse.
Du reste, quelqu'un s'offusque-t-il des statuts spéciaux de Mayotte, de Guyane, des Antilles etc. ?
Allez donc à Mayotte y instaurer la laïcité de la République ! Vous verrez comment vous y allez être reçus !

Écrit par : Patrick B | 13/01/2016

Pour lutter contre l'islamisation, étendre le concordat dans toute la France.
Rappeler les citoyens à Dieu et non à la laïcité antéchrist.

Écrit par : VANDERBEKEN | 14/01/2016

"L'Alsace est surpeuplée en comparaison de nombreuses régions françaises. Nul n'est obligé de s'y établir". Slogan?
cher Patrick B., il y a même des Alsaciens nés en Alsace qui, par leur réflexion, considèrent que le Concordat a des aspects pernicieux. Ce n'est pas là être "détracteur des spécificités d'Alsace-Moselle", qui sont heureusement plus profondes et plus subtiles. gef

Écrit par : gef | 14/01/2016

Cher Gef, j'ai évoqué la Guyane et Mayotte entre autres.
Quelqu'un s'avisera-t-il à remettre en cause leurs statuts ? Qui osera s'attaquer au statut de Mayotte où 99,9 % de la population est musulmane ? Je rappelle que cette région est devenu département français sans que la population française ait été consultée.

Écrit par : Patrick B | 15/01/2016

Des pasteurs payés par notre argent des impôts. Quoi??? Dans la France d'aujourd'hui? Et on dit laïcité?

Écrit par : Patricia | 15/01/2016

Toujours et encore une charge contre le droit local.
Si l'on veut dénoncer les aspects financiers du maintien du Concordat, parlons des CSG et autres CRDS payées par l'ensemble du peuple alsacien pour renflouer les caisses de la sécurité sociale que l'Etat français n'est pas capable de gérer correctement.

Écrit par : Arnaud L | 22/02/2016

Les commentaires sont fermés.