Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2018

Alsace-Moselle: des pasteurs payés par l'impôt, jusqu'à quand?

X867_727_CWNapSignsCon1.jpgL'Alsace et la Moselle sont fières de certains de leurs particularismes, en particulier le "droit local". Il n'y aurait nul besoin de tout mettre à bas pour faire cesser la disposition la plus discriminatoire héritée du système concordataire, encore en vigueur: le salariat de certains clergés financé par les impôts des citoyens.

Des pasteurs protestants, mais aussi curés catholiques et rabbins bénéficient également de ce système à deux vitesses, en rupture avec le principe d'égalité républicaine. Car il discrimine d'autres cultes (musulman, bouddhiste, orhtodoxe, hindouiste, protestant évangélique), qui eux s'autofinancent, en conformité avec le principe de laïcité.

Mettre fin au financement public des clergés, ce serait effacer une des discriminations les plus choquantes de la scène laïque française du XXIe siècle. Lire cette chronique engagée dans l'hebdomadaire Réforme (dont le titre n'est pas de moi).

12/01/2016

Sortir du régime dérogatoire des cultes (Michel Seelig)

9782343077499.jpgA l'heure où les Français attendent, plus que jamais, une mise en cohérence de la parole politique et des actes, voici un livre bienvenu.

 

Michel Seelig, président du Cercle Jean-Macé et du conseil de l’IUT de Metz, fait oeuvre de pédagogue et invite à corriger une discrimination d'Etat doublée d'une atteinte à la laïcité via le régime dérogatoire des cultes d'Alsace et Moselle.

Cet anachronisme en plein XXIe siècle privilégie toujours certains cultes (financés par l'impôt) au détriment du principe d'égalité et de séparation des religions et de l'Etat...

 Lien.