Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Drame syrien : lire Jean-Pierre Filiu

syrie,russie,chrétiens d'orient,poutine,bachar el assad,gaz sarin,khan cheikhoun,jean-pierre filiu,machrekLes historiens du Proche-Orient savent que les méthodes de boucher du clan Assad à l'égard du peuple syrien ne datent pas d'hier. Pour les autres, qui se sont parfois laissés entraîner au-delà du nécessaire dans le soutien inconditionnel à Assad (et aux Russes), le réveil a été dur cette semaine, avec le bombardement au gaz sarin de populations civiles à Khan Cheikhoun le 4 avril (lien). Le véto russe à une enquête internationale de l'ONU (lien) devrait quant à lui refroidir un peu celles et ceux qui voyaient en Poutine LE sauveur des chrétiens d'Orient, quel que soit le rôle, parfois nécessaire, qu'il peut jouer par ailleurs dans la lutte contre la terreur djihadiste.

Contrairement à certains imposteurs qui saturent les médias sur Daech, alors qu'ils ne parlent même pas arabe, le chercheur français Jean-Pierre Filiu est un expert de haut vol, à lire absolument pour nourrir la réflexion et la compréhension du drame syrien.

Lien.

12/12/2016

Chrétiens d'Egypte, encore un carnage

_92921962_hi036840047.jpgBachar Al Assad est un dictateur impitoyable, soit. Mais a-t-il commandité régulièrement des attentats contre des centres yézidis, ou chiites, ou chrétiens dans les pays voisins de la Syrie? Non. Alors que la mouvance djihadiste sunnite actuelle ne cesse d'accumuler au Proche, Moyen-Orient et ailleurs des atrocités contre des civils innocents, qui n'ont pour seul tort de vivre une autre foi que la sienne.

Hier, au Caire (Egypte), dans une église qui jouxte la cathédrale du Patriarcat copte, l'horreur s'est produite à nouveau. 25 morts, principalement des femmes et des enfants.

Alors s'il vous plait, qu'on cesse de qualifier les djihadistes écrasés par les bombes russes à Alep de "résistants". Qu'on cesse cette complaisance mortifère, flattée par les pétrodollars wahhabites (Qatar et Arabie Saoudite), qui veut nous faire croire que les assassins d'Al Nosra et consorts qui utilisaient la population civile d'Alep comme boucliers humains sont des défenseurs de la démocratie. L'attentat du Caire n'est pas encore revendiqué, mais tout porte à croire, au vu de la cible, du mode opératoire et de l'histoire égyptienne récente, que les responsables sont à chercher du côté des nébuleuses djihadistes (soit versant Al Qaeda -dont Al Nosra en Syrie fait partie-, soit versant Daech, Etat Islamique). Une fois encore, femmes, enfants, fidèles paisibles, en plein office dominical copte, sont foudroyés par la haine intolérante. Trop c'est trop.