Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2018

Pour la traçabilité des infos et la régulation du sponsoring

Capture d’écran 2018-01-04 à 22.44.47.jpgGrâce à Regardsprotestants, il faut lire l'excellente analyse de James Woody, publiée sur "Esprit de liberté".

Elle est intitulée "Contre une législation sur les 'fausses nouvelles'.

Sur la défense de la liberté d'expression, je partage totalement l'avis de l'auteur. Et ce blog a souvent pris position sur cette ligne. En revanche, je ne cultive pas la même inquiétude, sur le dossier évoqué, quant au risque de dérive liberticide. En regardant les choses dans le détail, on peut remarquer ces trois points:

1/ Sauf erreur, il n'est pas question d'un projet de loi contre les "fausses nouvelles", mais plutôt d'une loi qui limite le sponsoring opaque des fake news, ce qui est très différent; on n'est pas dans la police de la pensée, mais dans la régulation de la pseudo info-pub manipulatoire qui trompe le lecteur.

2/ Le sponsoring opaque massif de fake news (mais aussi parfois de publicité religieuse) est à certains égards comparable au commerce des indulgences au XVIe siècle, dénoncé par les Réformateurs. Pour accéder à ce que l'on convoite (tantôt le salut, tantôt l'info croustillante ou la renommée), on paye et on fait commerce, sans scrupules

3/ Le sponsoring massif et la non-traçabilité des fake news sur les réseaux sociaux (qui vont bien plus loin que ce que l'on a pu connaître avant la Révolution numérique) limitent en réalité la liberté d'information et de pensée. Réguler le sponsoring et demander la traçabilité des infos, tout en prenant soin de ne pas se prononcer sur une Vérité (sic) officielle, ce n'est pas censurer ou réduire la liberté, c'est la restaurer.

25/04/2016

"Protestants de France" (France 5), à voir et revoir

W1siZiIsImltYWdlcy9wbHVyaW1lZGlhL0VNSS82Ni9FTUlfNjY2ODE2LmpwZyJdLFsicCIsInRodW1iIiwiNzAweDM5NCJdLFsiZSIsImpwZyJdXQ.jpgComme beaucoup de téléspectateurs, j'ai découvert avec grand plaisir hier soir le premier volet de "Protestants de France", le documentaire le plus ambitieux jamais réalisé sur le protestantisme français.

Valérie Manns (chef d'orchestre de ce docu) faisait face à un pari très difficile. La critique est évidemment facile. Mais au vu des défis rencontrés, des contraintes imposées et du devoir de clarté rencontrés par la réalisatrice, le pari est amplement réussi. Je précise que si j'ai été très honoré de participer au documentaire (volet 2 plus que volet 1), je n'ai pas été associé à la mise en récit, au montage final. Tout le mérite revient à Valérie Manns et son équipe.

A voir et revoir. Lien.