Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2020

Respirateurs pour qui ? Dilemme éthique et rôle de la religion

ft_2020.04.24_ventilators_02.pngEn cas de manque de respirateurs, à qui donner les meilleures chances?

Cette question s'est posée, et se pose toujours, dans certains contextes hospitaliers confrontés à la pandémie du Covid19.
Parmi les options éthiques qui se présentent, on reconnaîtra l'option utilitariste, qui va privilégier les plus jeunes, les plus résistants. Et l'option de non-discrimination, qui vise à ne pas écarter les plus faibles.

Une enquête du Pew Forum nous apprend que les Américains les plus croyants/religieux sont bien plus nombreux (60%) à privilégier la non-discrimination, alors que les moins religieux sont majoritairement (57%) favorables à une préférence utilitariste, visant de fait à sacrifier les plus faibles au nom des meilleures chances de survie.

 

Lien.

31/01/2016

Entre indifférence religieuse et athéisme militant (AFSR)

Logo-AFSR-160x160.jpgNous avions annoncé l'appel à communication, le voici bouclé et prêt à démarrer: le colloque de l'Association Française de Sciences Sociales des Religions (AFSR) commence demain, le 1er février 2016, pour se terminer le 2 février, sur le très beau thème "Entre indifférence religieuse et athéisme militant"

Les spécialistes de sciences sociales des religions se focalisent souvent sur leurs objets spécifiques, en oubliant d’interroger le phénomène de la non religion! En deux jours bien remplis, voilà l'occasion rêvée de corriger quelques angles morts de la recherche. Programme ici (lien), et bulletin d'inscription AFSR 2016 téléchargeable là (lien). 

 

25/08/2015

Indifférence religieuse et athéisme, Appel à communications (AFSR)

Logo-AFSR-160x160.jpgIl n'est pas trop tard pour signaler l'appel à communication de l'Association Française de Sciences Sociales des Religions (AFSR), consacré au très beau thème (sous-étudié) de l'athéisme et de la non-religion

Les spécialistes de sciences sociales des religions se focalisent souvent sur leurs objets spécifiques, en oubliant d’interroger le phénomène de la non religion. Or, on ne peut comprendre les phénomènes religieux dans les sociétés contemporaines sans prendre en compte leur contestation (l’anti-religion) et les manifestations d’indifférence religieuse, malgré la difficulté à construire une science de l’irréligion – difficulté qu’il conviendra aussi d’analyser. Du fait de la perte d’influence sociale des religions instituées, du fait encore de l’individualisation des croyances et de la montée des incertitudes dans nombre de domaines, au premier rang desquels le domaine religieux, la non religion et la religion incertaine semblent notablement se développer. 

Pour lire la suite, cliquer ici (lien).