02/12/2011

Etats-Unis: débat autour du "sapin de vacances"

happy-holiday-tree.gifNous nous vantons souvent, en France, d'être des champions de la laïcité.... au point que certains en aimeraient une application plus "light".

En réalité, la société française, qui finance, sur argent public, la réfection de milliers de bâtiments cultuels (pré-1905), suite à une disposition héritée du régime de Vichy (25 décembre 1942), est bien moins laïque qu'il n'y paraît....

Quant à nos amis américains, que nous raillons souvent, ils sont, sur bien des points, beaucoup plus laïques que nous!


Un exemple, certes extrême, mais "de saison", nous en est donné dans l'Etat du Rhode Island, historiquement marqué par une très ancienne tradition de tolérance et de pluralisme, dûe à l'impulsion de Roger Williams, un fondateur non-conformiste revendiquant l'étiquette protestante baptiste.

Le gouverneur (indépendant) de cet Etat a ainsi décidé, cette année, contrevenant, semble-t-il, aux dispositions législatives du Rhode Island, de désigner l'arbre de Noël... "arbre de vacances".


Holiday Tree

Chafee1.jpgHoliday Tree au lieu de Christmas Tree. Le motif du jovial gouverneur Lincoln Chafee (ci-contre)? Etre fidèle à la tradition de pluralisme de l'Etat du Rhode Island, et ne pas offenser les religions non-chrétiennes par un symbole renvoyant trop explicitement à une seule religion dominante, à savoir le christianisme.

Que croyez-vous qu'il arriva? L'initiative de ce gouverneur n'a guère été appréciée du public.... Et le fermier (chrétien) qui a livré l'arbre de Noël gratuitement au gouverneur envisage même, furieux, de reprendre son arbre!

 

Derrière l'anecdote, on peut tirer trois leçons.

1/ Le gouverneur fait sans doute de l'excès de zèle en imaginant que la référence à Noël serait offensante. C'est faire peu de cas de la capacité des non-croyants, et des croyants d'autres religions, à faire preuve eux aussi de tolérance pour une ancienne tradition américaine, et un référent (Noël) partagé par la majorité de la population. On peut être laïque et prononcer le mot Noël en public!

2/ Les réactions parfois outragées de certains milieux ultraconservateurs relèvent par ailleurs aussi d'un excès de zèle inversé. Car enfin, il s'agit bien d'un arbre fédéral, donc à caractère public.

Sans forcément applaudir à la décision du gouverneur, on pourrait au moins lui faire crédit d'un souci de neutralité, et se montrer UN PEU sensible au danger, toujours possible, qu'une religion majoritaire fasse trop d'ombre aux autres dans l'espace public.

3/ In fine, cette histoire nous rappelle que dans nos sociétés de plus en plus pluralistes, on ne peut plus faire l'économie de certains "impensés", lorsque ceux-ci expriment objectivement la domination symbolique d'une religion et d'un système de pensée sur un autre.

Ici, le terrain de controverse est la désignation de l'arbre de Noël. Lincoln Chafee n'a sans doute pas choisi le meilleur angle pour faire réfléchir... Mais si la formule "tous les hommes naissent libres et égaux en droit" est autre chose qu'une parole creuse, alors une société pluraliste, formée de multiples religions et idéologies, doit veiller à ce que l'espace public ne soit pas trop saturé d'un seul référentiel.

Pas facile! Mais tenter de le faire, sans tabous, c'est contribuer à une société plus laïque.

Commentaires

Quoiqu'il en soit le mot anglais "holiday" n'est pas dépourvu de connotation religieuse, puisque littéralement il désigne un "saint jour" ; tandis qu'en français le mot "vacance", provient du "vide", absence bienvenue de travail et d'obligations sans doute, mais hélas aussi vide de toute spiritualité au regard des "vacances" de Noël.

Gédéon.

Écrit par : Gédéon | 02/12/2011

Je suis surpris que le symbole visé soit en plus un sapin de Noël, dont on ne peut vraiment pas dire qu'il soit fortement chrétien ! ça me fait penser à ces collégiens qui voulaient évacuer un sapin de Noël de leur établissement, en France, il y a quelques années, sous prétexte d'appliquer la laïcité à la lettre : quand on confond Jésus et le Père Noël...

Écrit par : Samuel Alonso | 02/12/2011

Je suis enseignante et ai travaillé dans plusieurs établissements scolaires ; dans certains on avait supprimé la coutume de faire un sapin de Noël suite à la demande répétée et insistante de parents musulmans ...
comme j'ai quitté ces endroits je ne sais pas si maintenant cette coutume est rétablie ; c'est possible, car ça tombait au moment où on a interdit le port de "signes religieux ostentatoires" dans les écoles publiques, cette formule visant surtout le foulard dit "islamique", et certains parents musulmans avaient dit qu'ils guetteraient la moindre entorse à la laïcité ... bref, vous empêchez ma fille de porter le foulard, on vous sucre le sapin de Noël .... lol

Écrit par : Françoise | 02/12/2011

C'est vrai qu'on n'est pas fameux en France question laïcité! Sans débaptiser Noël, on pourrais arrêter de financer la réfexion, à coups de millions d'euros tiré de nos poches, d'églises glaciales où ne vont que le club du 3e âge et quelques cathos d'arrière-garde!

Écrit par : Jean-Christophe | 02/12/2011

Le gouverneur a-t-il le pouvoir de décider unilatéralement ce genre de chose ?
Ce qui m'inquiète le plus, c'est que l'on élimine de plus en plus d'éléments appartenant à notre culture occidentale "pour ne pas heurter" ceux qui viennent d'ailleurs et apportent d'autres cultures. Nous accueillons toutes les cultures, mais nous renions la nôtre.
Il y a belle lurette que nos vacances de Noël sont remplacées par des vacances d'hiver, celles de Pâques par celles du printemps, laïcité oblige. Pour moi, il ne s'agit plus de laïcité, mais de bêtise.
J'ai toujours trouvé aberrant que l'on "enseigne" le père-Noël en classe de maternelle, mais qu'on n'a pas le droit d'y parler de la naissance de Jésus. Autrement dit, on enseigne un mythe, mais on interdit l'enseignement d'un fait historique. Mais que voulez-vous, nous marchons sur la tête !

Écrit par : Patrick B | 02/12/2011

Je dirai que tout est dit dans les commentaires de Samuel Alonso, Françoise et Patrick B (02.12.2011).
Il n'y a plus qu'à remplacer Noël par une fête funéraire à l'occasion des obsèques du Bon Sens.
En effet, pour ce dernier, il semble que ça sente de plus en plus le sapin ici-bas.

Écrit par : Eric LISBONNE | 03/12/2011

C'est amusant cette idéologie multiculturaliste, cette obsession de l'offense potentielle, du respect

Je me demande s'il ne faut pas que j'eteigne mon sapin de Noël, il est visible des passants dans la rue, il se pourrait que je porte atteinte à la neutralité de l'espace public, je dissimulerai également ma crèche lorsque j'inviterai des amis, ça pourrait les choquer. Et vais je apporter une galette des rois au travail, je risque offenser certains collègues

Ça me fait aussi plus gravement penser à une discussion avec un DRH qui veut licencier deux employés mais il a peur de le faire car ils sont issus de l'immigration et se dit que sa decison pourrait être considérée comme discriminatoire d'autant que ce sont le seuls immigrés de la boite qui a un plan d'action sur la diversité de ses ressources

Écrit par : JÂMES | 04/12/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.