26/01/2012

Quand les sénateurs socialistes piétinent la laïcité

images_25.jpgLes choses sont dites en termes très veloutés (ironiques?) sur le site du Monde des religions, où l'on titre sur le fait que "les assistantes maternelles sont priées de se plier au principe de laïcité" (sic).

Mais on devrait le dire bien plus crûment: ce sont les sénateurs socialistes français qui seraient bien inspirés de se plier au principe de laïcité, qu'ils viennent de piétiner en cherchant à contraindre par la loi (article 3 de la proposition de loi de 17 janvier 2012) les assistantes maternelles à... bafouer l'esprit de la laïcité républicaine.


Je n'ose imaginer les réactions internationales lorsque les échos de ce brillant projet de loi, digne de la Corée du Nord, parviendront aux oreilles des esprits éclairés qui réfléchissent, dans les pays voisins, aux manières de gérer le "vivre ensemble" dans l'esprit des libertés républicaine.

 

laïcité,france,discriminations,sénat,parti socialiste,esther benbassa,françois fillon,loi de 1905,école et religion,écoleIntrusion dans la sphère privée

Car enfin: la proposition de loi  sur le principe de laïcité (sic) dans les crèches, les centres de loisirs et chez les assistantes maternelles va jusqu'à contraindre une assistante maternelle A SON DOMICILE (article 3) à éviter tout signe religieux, au prétexte de laïcité.

Il faut pourtant rappeler que non seulement la laïcité républicaine s'interdit de s'immiscer dans la sphère privée, mais que tout l'édifice des libertés publiques, dans les grandes démocraties occidentales, s'est construit dans le respect de cette sphère privée. J'aime la laïcité, et milite pour son application sans faiblesse, y compris en acquiescant, pour des raisons de fond (ce qu'on m'a beaucoup reproché), à la loi dite "anti-burqa". Là, soulignons-le, on n'est nullement dans "le principe de laïcité"!

Obliger une femme, dans sa maison, à ne pas porter un foulard, quel qu'en soit le prétexte, ce n'est plus de la laïcité. C'est de la discrimination et de l'abus de pouvoir. La laïcité doit certainement se parfaire sur d'autres fronts (étrangement ignorés de nos braves sénateurs)... Mais ce n'est pas en niant ses propres fondements et en investissant la sphère du privé qu'elle gagnera quoi que ce soit.

 

laïcité,france,discriminations,le monde des religions,revue esprit,islamophobie,sénat,parti socialiste,françois hollande,démagogie,esther benbassa,françois fillon,loi de 1905,école et religion,école,islam et laïcité,martine cohen,joël romanDémagogie électoraliste

On avait déjà eu l'affaire de la réglementation liberticide sur la tenue des mamans accompagnatrices de sorties scolaires (suscitant l'indignation -ici justifiée- des responsables musulmans, tantôt sur un mode "soft", tantôt sur un mode "hard", sans oublier la réprobation du Premier Ministre François Fillon).

On franchit encore un cran ici avec  ce projet de loi infâme, qui loin de renforcer la laïcité, la piétine au nom d'une démagogie électoraliste qui vise à chasser (disons-le) sur les terres du populisme xénophobe et islamophobe.

Car non seulement on tombe dans la tentation de réduire le religieux à la sphère purement privée (alors que la loi de 1905 ne pousse nullement dans ce sens; rappelons par exemple qu'en droit, l'exercice du culte est public). Mais on va jusqu'à imposer, au coeur de la sphère privée (le domicile des personnes), le diktat d'une "laïcité Fromage Blanc 0%", où aucune tête dépasse et où tout foulard, croix, kippa suscitera l'ire de l'Etat.

 

roquefort.jpgLaïcité Fromage blanc zéro % ou laïcité Roquefort

Alors que notre laïcité française, c'est une laïcité Roquefort, qui n'a pas peur des saveurs du débat! Une laïcité qui vaut la peine qu'on la défende et qu'on la savoure, qu'on l'étende aussi (pensons à l'Alsace-Moselle), en évitant les "deux poids deux mesures" et les faux semblants.

Une laïcité dont le goût révèle un affinage sans concessions, loin des formatages dont les pères fondateurs de la laïcité se méfiaient à juste titre au nom de la liberté de penser.

Evidemment, nos sénateurs socialistes n'ont pas réfléchi jusque là. S'inscrivent-ils simplement dans la lignée de leur candidat aux Présidentielles, qui a atteint en matière de démagogie, dans son très décevant discours du Bourget, des sommets stratosphériques?

laïcité,france,discriminations,le monde des religions,revue esprit,islamophobie,sénat,parti socialiste,françois hollande,démagogie,esther benbassa,françois fillon,loi de 1905,école et religion,école,islam et laïcité,martine cohen,joël romanCe dernier a certes réalisé, à grands frais (autocars affrétés de toute la France) une mise en scène fort réussie. Mais son discours très fabriqué, largement déconnecté du réel, était assez éloigné de ce qu'une Gauche authentique pourrait attendre d'un homme d'Etat.

François Hollande -qui n'a jamais assisté à un conseil des ministres- n'est pas cet homme d'Etat. Le deviendra-t-il? Pour l'heure, quelles que soient ses qualités, réelles, il apparaît surtout comme un homme d'appareil opportuniste autodéclaré philanthrope (un "Chirac socialiste" qui "aime les gens" en toute modestie), rompu aux moulinets sympathiques dans le sens du vent, en plat, plat, plat pays.

 

Opportunisme électoraliste

D'où une bien imprécise et improbable conversion tardive à une laïcité plus affirmée, et ce souhait d'inscrire la laïcité dans la Constitution, alors qu'elle y est déjà dans l'article 1. Certes, Hollande a évoqué "la loi de 1905", ce qui pourrait ouvrir la voie à une réforme constitutionnelle intéressante, comme l'a réélaboré (avec bien plus de rigueur que le candidat socialiste) Catherine Kinztler (1). Mais tout laisse à penser que le discours du Bourget s'inscrit moins dans une réflexion de fond sur la laïcité, qu'un opportunisme électoraliste à l'image de cette campagne présidentielle française: navrante de médiocrité pour l'instant (cf. cet édito lucide de John Vinocur dans le New York Times).

Il existe fort heureusement quelques esprits lucides pour résister à la folie collective qui semble s'emparer, à l'approche des élections, d'une partie de nos élites politiques franco-françaises. Outre un coup de chapeau à Esther Benbassa, ma collègue à l'EPHE, qui a évité à Europe Ecologie de se rendre complice du pitoyable projet de loi des sénateurs socialistes, il faut citer aussi, sur un autre plan, le bon communiqué de la commission Islam et laïcité (télécharger ici), et le très beau "coup de gueule" argumenté de Joël Roman, à paraître dans la revue Esprit, dont ma collègue Martine Cohen (du GSRL et de la commission Islam et Laïcité) m'a communiqué le texte.

laïcité,france,discriminations,sénat,parti socialiste,esther benbassa,françois fillon,loi de 1905,école et religion,écoleEstimant qu'il mérite d'être diffusé, comme contribution au débat, je me risque exceptionnellement à le proposer à votre lecture (en tant que billet à paraître dans Esprit, destiné à animer la réflexion, qui m'a été communiqué), sachant qu'il invite naturellement à élargir sa curiosité, quitte à s'abonner à cette excellente revue périodique qu'est Esprit (www.esprit.presse.fr).

 

NB : si Esprit voit un inconvénient à cette diffusion "avec les formes", je retire naturellement sans tarder le billet en question. Mais un courriel de Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef que j'avais contacté, me rassure aujourd'hui (rajout du 27/01/2012). Qu'il soit vivement remercié pour sa compréhension, ainsi que son équipe!

Télécharger: coup de gueule de Joël Roman


(1) Je remercie le commentateur D.Chérouvrier de me l'avoir signalé, et j'ai un peu modifié cette note pour ajouter cette info (voir plus bas).

Commentaires

Curieux commentaires sur le meeting du Bourget et sur le candidat F Hollande dignes de la cellule riposte de l'Elysée.
En ce qui concerne la proposition d'inscrire la laïcité dans la Constitution je vous signale l'article du blog de Catherine Kintzler qui reprend les arguments de Jean-Michel Quillardet, ancien Président du GODF.
Cette proposition qui peut être débattue voire contestée mérite mieux que la pirouette de l'UMP que vous reprenez à votre compte.

Écrit par : D. Chérouvrier | 26/01/2012

Laïcité : constitutionnalisation des principes de la loi de 1905


En ligne le 24 janvier 2012


Je m'apprêtais à écrire un nouveau Bloc-notes (1) au sujet de la constitutionnalisation des principes de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat, proposée par François Hollande le 22 janvier, lorsque j'ai reçu ce communiqué du président de l'Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires. Ce communiqué expose en termes brefs et clairs pourquoi cette constitutionnalisation ne fait nullement double emploi avec la simple présence des termes « laïcité » et « laïque » dans le texte constitutionnel.

En voici l'intégralité :

L’Observatoire international de la laïcité contre les dérives communautaires se félicite de la déclaration nette et précise de Monsieur François Hollande candidat aux élections présidentielles manifestant sa volonté d'inscrire la loi du 9 décembre 1905 dans la Constitution de la République française.
Certes, le terme de laïcité est d'ores et déjà inscrit dans le texte constitutionnel.
Mais y ajouter de manière expresse l'article 1 et l'article 2 de la loi de 1905 serait naturellement, pour l'ensemble des acteurs de la laïcité, une avancée essentielle, la constitutionnalisation de ces deux principes juridiques fondateurs empêchant toute tentative de modification, d’amendement ou de toilettage de la loi de 1905 tel que cela avait été tenté entre 2005 et 2007.
Il appartiendra naturellement à tous les candidats aux élections présidentielles de se déterminer quant à eux, par rapport au choix ainsi effectué par le candidat François Hollande.


Fait à Paris, le 23 janvier 2012
Jean-Michel Quillardet, Président de l’Observatoire International de la Laïcité contre les dérives communautaires

Écrit par : D. Chérouvrier | 26/01/2012

"les assistantes maternelles sont priées de se prier au principe de laïcité"
Joli lapsus ;=) !

Écrit par : XavierM | 26/01/2012

Cher D.Chérouvier...

Vous me prenez par les sentiments! J'aime beaucoup Catherine Kintzler, et j'ai lu avec beaucoup d'intérêt sa blognote. Du coup, j'ai un peu modifié ma propre note, et je vous remercie au passage, car c'était utile.

En revanche, pour mes "curieux commentaires sur le meeting du Bourget", je vous propose d'en reparler dans 3 ou 4 ans, si entre temps F.H. arrive au pouvoir, et applique ses idées conservatrices.

Pour ma part, je n'ai plus de patience avec cette médiocrité conservatrice, qui se donne des airs doctes et prophétiques, et qui ne fait que de la politique politicienne à courte vue, répétitive, sans imagination, en "plombant" notre jeunesse. Le "rêve français"? Mon oeil! Ce qu'on aimerait, c'est un peu plus d'intérêt pour la France réelle, que Hollande et ses amis connaissent bien mal (au grand bonheur d'une certaine Marine Lepen qui rafle la mise du peuple délaissé par la soi-disant gôche).

Que F.H. se déclare "pour" les jeunes ne me rassure nullement, car le financement de son programme, qui ne remet pas en cause ce qu'il faudrait pourtant réformer, va enfoncer encore un peu plus la jeunesse, qui étouffe déjà depuis plus de 10 ans (cf. travaux de Louis Chauvel).

F.H. est sympathique et je boirais bien une Kro avec lui. S'il est élu, je lui souhaite sincèrement le meilleur, et je reconnaîtrai avec plaisir m'être trompé si c'est le cas.

Mais le drame est que le costard est taillé bien trop grand pour lui, avec autour de lui un parti d'apparatchiks déconnecté du peuple, et souvent proche de l'analphabétisme économique. La popularité de F.H. est une popularité en trompe-l'oeil, fondée sur l'antisarkozysme primaire, l'intérêt (il y aura des places à prendre bientôt quand F.H.commencera à placer ses potes), le panurgisme de salon et le conservatisme.

Pour ma part, je ne reçois de consigne ou de prébende de nulle part, ni de l'Elysée ni d'ailleurs.

Rester libre. Rester libre. Le seul moyen de sortir du "rêve" infantile et démago (la France qui va glorieusement changer les règles européennes, qui va remettre la retraite à 60 ans, kivakivakiva...) pour mieux comprendre (et changer) le réel.

C'est la "France réelle" qu'il faut penser, libre des oeillères. Vaste programme. Il serait temps de s'y mettre avec un peu plus d'énergie, de sincérité et d'honnêteté intellectuelle, car le temps est compté pour notre doux modèle français (auquel je suis, comme vous, attaché).

Cordialement,

SF

Écrit par : SF | 27/01/2012

Perso, sur le problème des accompagnements d'enfants en situation scolaire, et sur toute situation scolaire, je préfère que la neutralité de tous les responsables et intervenants (pas forcément des enfants) soit la règle, y compris, donc, pour les mamans lorsqu'elles sont accompagnatrices. La "neutralité" est une approximation, bien sûr, je vois quelque chose comme le catalogue 3 suisses / paris match.

Le problème ici est que les religieux sont un milieu truqué, ingérable. Si les musulmans accompagnateurs se mettent un tchador ou autre, on va voir les évangéliques accompagnateurs débarquer avec la gloire de dieu, les boudhistes équipés de gong, et j'en passe.

Dans un monde idéal, où la religion correspondrait à ce qu'on prétend être (quelque chose qui relie), on pourrait laisser tout le monde exprimer ses convictions sincères dans une sympathique foire. Mais ce n'est pas le cas. Tant qu'il y aura des moines qui se battront de façon récurrente au beau milieu de l'église de la nativité il ne faudra pas leur permettre de "s'exprimer" dans les cars scolaires.

Certes la neutralité est elle aussi truquée, mais à tout prendre je préfère encore ce truc là : la diversité, la sincérité, la culture etc, que prétendent nous apporter les religions sont surtout un puits sans fond.

La situation est différente chez les assistantes maternelles, dans le cas où cela se passe chez elle. Dans ce cas on peut espérer qu'il n'y a qu'une seule religion "active" dans l'espace de la maison. Au moins, on risque moins de voir plusieurs religions concourir pour épater les mômes.

Ensuite, pour ce qui concerne la défense de la sphère privée, j'imagine que vous n'êtes pas sans savoir que, d'après les statistiques, la plupart des crimes, viols, vols, abus de toutes sortes, etc, se produisent dans cette sphère, entre proches. Donc, qu'on défende cette sphère privée je veux bien (il n'y a quand même pas que des viols qui s'y produisent), mais qu'elle devienne un principe intengible, là... Cette sphère privée est en fait en situation de détresse dans trop de cas et il faudrait, je pense, réfléchir soit à ce qu'elle soit mieux défendue par l'état (par exemple dans les banlieues chaudes, où l'état est scandaleusement en retrait), ou à son évolution.

Et enfin, ce pauvre François Hollande... à priori vous ne voterez pas pour lui ; mais enfin admettez que vous avez tord quelque part, soit dans votre opinion sur lui, soit dans votre perception de son discours du bourget, soit dans votre vision des sondages :-) Préférez le doute sur les sondages, de mon avis, pour le reste je vous le laisse. Vous invoquez qu'enfin la réalité soit prise en compte, mais vous êtes plus d'une fois comporté comme si les sondages étaient des faits réels, concrets, objectifs. Or, dans le cas du discours du bourget, les sondages "montrent" que c'était un bon discours.

"Démagogie" ?... non : sondage.

Cordialement.

Écrit par : ista | 27/01/2012

Réponse à ista

Le discours du Bourget, c'était comme le beaujolais des dernières années (produit très fabriqué).
Le goût est bon sur le coup (d'où les sondages), mais il n'y a pas de fond.

Quant à l'accompagnement des sorties scolaires, vaste sujet! Mais il faut rappeler des choses simples.

Par exemple, que s'il est normal que "la République se vive à visage découvert" (donc pas de niqab, par exemple), s'il est normal qu'on n'autorise pas non plus de circuler tout nu dans la rue ou dans un autobus, la République, dans ces limites-là, garantit par ailleurs les libertés individuelles en matière d'habillement ce qui est quand même la moindre des choses!

Si une maman veut mettre un short, ou ou foulard, si un homme est skinhead, ou porte une barbe, eh bien il doit avoir le droit de le faire, point barre!! S'il distribue des Corans ou des Bibles dans l'autobus, là c'est autre chose.

Mais en matière vestimentaire, de grâce, restons républicains et héritiers des libertés chèrement acquises. J'ajoute pour finir que lorsqu'on réglemente sur les tenues religieuses avec l'islam en arrière-pensée, c'est toujours les femmes qui trinquent. Une femme en foulard, pan! Un barbu, no pb.

Pour ma part, je ne suis pas plus choqué par un tee-shirt Adidas que par un foulard ou une barbe, tant que les accompagnatrices ou /teurs ne prêchent pas pour leur paroisse auprès des bambins.

La neutralité, ce n'est pas l'aseptisation et la stérilité.

Vive le roquefort, et non merci au fromage blanc zéro %.

Écrit par : SF | 27/01/2012

@SF

Savez-vous qu'il existe aussi du roquefort 0% :-) ?

Les risques d'aseptisation ou de stérélité doivent se traiter au niveau de la pédagogie ; ces méthodes pédagogiques peuvent faire intervenir les accompagnateurs ; et, donc, par exemple, admettre des accompagnateurs qui exhibent à l'insu de leur plein gré des signes religieux ; il existe de nombreuses raisons qui peuvent le permettre; mais ce n'est pas du tout aux accompagnateurs à prendre l'initiative de diversifier selon ce qui leur passe par la tête ou leur culture sincère.

Pour les accompagnateurs, la base c'est la neutralité 0% fromage blanc, même si c'est pas idéal, c'est le moins pire, c'est mon opinion, et ça ne fait prendre aucun risque à la laïcité, bien au contraire vu le comportement des religieux.

Et, si vraiment le problème ne se pose pas pour les barbes des hommes (vous avez un lien sur cette histoire !? ), cela voudrait au moins dire que les hommes se mettent à faire de l'accompagnement scolaire, ce qui serait une très bonne nouvelle sommes toutes.

Pour le reste, ok.

Cordialement.

Écrit par : ista | 27/01/2012

Cher Ista,

Demander à des adultes une "neutralité" totale dans leur propos, OUI, évidemment.

Tout accompagnateur ou accompagnatrice qui se met à faire de la pub pour une religion doit être écarté, c'est évident.

Mais imposer à des adultes non salariés de l'Etat une (soi-disant) "neutralité" totale dans leur tenue sur le plan religieux et idéologique n'est pas tenable, en tout cas, pas tenable sans renier une grande part de la jurisprudence de notre société républicaine (le conseil d'Etat ne me démentirait pas).

S'habiller, c'est déjà une prise de position idéologique et religieuse (pourquoi ne pourrait-on pas circuler tout nu, hein? Pas seulement à cause de l'hiver. Aussi en raison du fait que le nu est "connoté" dans la civilisation monothéiste).

Porter des marques, c'est aussi une prise de position visible, à caractère idéologique (relire NO LOGO de Naomi Klein). Idem pour la barbe ou le crâne rasé, ou même le tatouage (on va interdire les tatouages?).

Il a toujours un impensé derrière. Et bien malin celui qui pourra faire "la police des âmes" et décréter si tel ou tel exhibe avec intention ou non, ou prend l'initiative consciente de diversifier (pour vous citer) ou non!

Enfin, je termine par ce point toujours négligé: n'est-ce pas risquer de tomber dans un grand mépris pour les enfants, que de s'imaginer que le simple fait de voir une maman avec un foulard risque de les exposer à la conversion à l'islam ?

Les enfants ont un cerveau, ils sont confrontés à 1000 et 1 stimuli autrement plus prosélytes e agressifs qu'un foulard sur la tête d'une maman musulmane (et ce, dans l'indifférence de la gauche, qui a abandonné depuis longtemps sa critique de la société de consommation et de la publicité).

Je pense qu'on peut leur faire suffisamment confiance, pour se dire qu'une maman attentionnée et serviable qui donne son temps pour accompagner une sortie scolaire, foulard sur les cheveux, ne va pas transformer un autocar d'enfants en petits islamistes!!!

Écrit par : SF | 27/01/2012

Merci pour votre propos libre et incisif, cher SF ! On en a besoin, depuis le début de cette campagne.

Écrit par : Jova | 27/01/2012

@Sebastien Fath

Globalement je suis d'accord avec vous, même si au final je n'en tire pas la conclusion qu'une règlementation sur les vêtements des accompagnateurs serait liberticide, mais tout se discute, et je pense que la solution est à rechercher dans les questions que vous posez. Quid de l'intention ? Quid de la signification implicite ? etc. De mon opinion, c'est l'équipe pédagogique qui doit avoir le dernier mot et, si la loi l'y aide... mais je reconnais que depuis un certain temps la loi n'aide plus beaucoup à l'éducation nationale.

Je signale aussi que il existe le système des délégués de parents d'élèves ; avec ça, n'importe quel barbu musulman ou illuminé évangélique qui serait élu peut entrer dans un collège en sandalettes en chantant "aré krichna" si ça lui chante. Donc que l'on vienne pas trop nous faire pleurer sur le cas des accompagnateurs.

Quand à François Hollande... je vous le laisse, à priori il saura se défendre tout seul :-)

Cordialement.

Écrit par : ista | 27/01/2012

Ah ah ah
La constitutionnalisation de la loi de 1905 quelle formidable idée, quelle puissance de proposition, quelle audace ! Allé moi je propre d'européaniser la loi de 1905 ou même de l'inscrire dans la charte de l'ONU

Elle est vraiment formidable cette gauche avec ses propositions sur la laïcité, car la laïcité c'est la gauche c'est évident

Sonnez trompettes et tambours, la loi de 1905 entrera dans la panthéon constitutionnel dans la sacralité juridique, le monde de l'intouchable ; elle aura même ses grands prêtres qui chaque 5 décembre feront une procession publique

Et oui evidemment l'argument est fort : ne pas y toucher !
cela permettra de ne plus la modifier, c'est ainsi bien pratique : passez y a rien à voir plus de débat plus de discussion, c'est sacré la loi de 1905

Et c'est tout ce que la gauche à à dire ! C'est tout ce que l'observatoire de la laïcité et Mme Kintzler ont à dire !

Ces anti libéraux ont la loi de 1905 comme table de la loi, ils ne s'en rendent pas compte mais ils pratiquent la religion civile de la laïcité

Mais enfin, ces personnes n'ont jamais lu la loi, jamais étudié son histoire et sa mise en œuvre, ils sauraient que c'est un texte indigeste dont le contenu c'est évaporé, il n'en reste quasiment rien !
si un principe fondamental : la liberté de culte

mieux vaut regarder le passé idéalisé de la rrrrerublique souveraine et laïque, bref le passé d'une illusion

Alors voilà avoir une réflexion profonde sur le vivre ensemble dans une société multiculturelle en pleine mutation sociale et démographique évidemment c'est plus dur

Écrit par : Schtroumpfs | 27/01/2012

Personnellement SF, si vous accompagnez une sortie à l'école ou est scolarisée ma fille, je refuse net cette petite barbe est très suspecte, cette bibliothèque remplie de livres parlant de religion derrière vous ce blog subversif, enfin ce congrès au milieu d'evangeliques s'en est trop !

Écrit par : Schtroumpfs blagueur | 27/01/2012

L'article de C Fourest dans Le Monde est à recommander.
À n'en pas douter Mme Fourest connaît bien la loi de 1905, je la vois bien d'ailleurs en tête de la procession du 5 décembre 2012

Je relève le paradoxe suivant : constitutionnaliser les premiers articles en affirmant sans reserve l'interdiction de subventionner tue potentiellement d'autres articles de la loi de 1905 ou des dispositions d'autres textes.
En effet, des articles de la loi de 1905 permettent des concours financiers publics d'autres textes permettent des concours indirects. Quid de cette articulation ? Mme Fourest est peu claire ou plutot si implicitement elle est contre les concours publics. Quid par ailleurs des aides possibles au nom de l'intérêt général pour certains travaux dans des édifices cultuels ?
En quoi le subvention de crèches privées à Paris serait il résolu et en quoi y a t il problème au fait ?

La gauche veut constitutionnaliser pour sanctuariser la loi car elle ne veut pas la modifier au nom d'une laïcité sacralisée. Son grand argument est que la droite veut la modifier forcément dans le mauvais sens.
Donc constitutionnaliser règle la question. Oui mais en constitutionnalisant elle touche à la loi de 1905 puisque si elle va au bout de son raisonnement tel qu'il est audible la constitutionnalisation peut tuer d'autres articles.
La est le paradoxe : la gauche ne veut pas modifier la loi mais en la constitutionnalisant elle la modifie possiblement ou en tout cas elle en modifie l'esprit, ce n'est pas clair

Le véritable enjeu est donc la : la gauche veut elle modifier la loi de 1905 ou son esprit et dans quel sens ? Cette modification répond elle aux enjeux actuels et futurs ?

Or la gauche se divise sur la définition de la laïcité cf les débats sur la proposition de loi au Sénat et ceux du conseil de Paris sur les crèches, et il y a bien en son sein deux conceptions qui s'affrontent l'une est attachee a contenir la religion dans la sphere privee, l'autre plus libérale est dans la regulation du religieux dans l'espace public
tout cela va se résumer à une entreprise de pure communication au mieux la constitutionnalisation ne sert à rien au pire c'est une aventure non contrôlée engagée par un candidat qui ne nous dit pas grand chose à part un slogan

Vous noterez au passage le vocabulaire de la résistance rrrrrepublicaine de M me F qui nous parle de reconquête de territoire perdu d'un sacré courage pour reprendre l'Alsace et la Moselle, une sorte d'appel
Pour ces malheureux habitants qui n'ont pas accès aux tables de la loi

Écrit par : Schtroumpfs taquin | 28/01/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.