Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2012

Un chantier d'avenir: éducation et laïcité, éducation et République

P1120297.jpgAu terme d'un séjour de deux semaines en Egypte (promis, à partir de demain, on parle d'autre chose!), et après quelques discussions fort éclairantes avec des Egyptiens de tout bord (qui parlent beaucoup plus ouvertement politique aujourd'hui qu'à l'époque Mubarak), un point m'a frappé: ce mélange d'excitation et de grande inquiétude, à l'heure des élections, face au problème d'un électorat "peu éduqué".


Beaucoup se préoccupent, et sans doute pas complètement à tort, de l'exploitation de la crédulité populaire par des démagogues incompétents mais rusés, qui surfent sur l'ignorance et la faible éducation de millions d'électeurs. Le problème n'est pas nouveau. En France, il était beaucoup évoqué sous la Troisième République, et revient de plus en plus sur la scène aujourd'hui.

 

egypte,alexandrie,république,france,laïcité,école,bibliotheca alexandrina,françois hollandePeut-on faire l'amour à son épouse décédée?

Pour revenir à l'Egypte, un Cairote nous racontait ainsi avec effarement, la semaine dernière, comment le nouveau parlement égyptien serait semble-t-il capable de débattre de l'opportunité d'une fatwa autorisant un mari à avoir des relations sexuelles avec son épouse jusqu'à 6 heures après la mort de cette dernière (!), alors que 1000 et 1 problèmes économiques et sociaux autrement plus urgents sont laissés en jachère (1).

Comme si l'on détournait l'attention populaire à peu de frais, exploitant la crédulité des uns et l'ignorance des autres.

Il est certain que des millions d'Egyptiennes et d'Egyptiens n'ont pas bénéficié d'une éducation publique de qualité, ce qui n'encourage pas leur esprit critique (d'autant plus grand qu'on a accès à une information fiable), ni leur capacité à évaluer les enjeux, complexes, posés par le débat politique. Les classes étant notoirement surchargées (parfois jusqu'à 80 élèves), et les enseignants, très sous-payé, les cours sont bâclés, fondés sur la répétition et le bâton. Malheur à qui ne peut se payer des cours particuliers!

Du coup, des démagogues, qu'ils soient rattachés à l'ancien régime, ou qu'ils se réclament des mouvances islamistes, brandissent des slogans simplistes ("l'islam est la solution") et embrasent les foules, promptes à suivre ce qui plait.

Je me trouvais, il y a deux jours à Alexandrie, à la Bibliotheca Alexandrina, pur joyau culturel dont la France (qui a beaucoup contribué) peut être légitimement fière (voir les 3 photos cliquables ci-dessous, prises par votre serviteur).

P1120333.jpg

Salle de lecture de la Bibliotheca Alexandrina (photo S.F. 6 mai 2012)

P1120332.jpg

Etudiante alexandrine (photo S.F. 6 mai 2012)

P1120468.jpg

Apprendre à déchiffrer les signes (photo S.F. 6 mai 2012) 

L'objectif de diffusion du savoir et de la connaissance est proclamé fièrement, et les moyens sont mis. Mais les usagers de la bibliothèque, issus souvent d'un enseignement public faiblard, répondent-ils au profil espéré? Parmi les étudiantes et étudiants présents ce jour-là devant les écrans d'ordinateur, il était frappant, en tout cas, de constater que le site consulté le plus fréquemment, semble-t-il, était... la page Facebook personnelle de l'usager.

Je n'ai rien contre Facebook, outil remarquablement conçu... et tentant, mais n'est-il pas un peu dommage qu'en un lieu comme celui-ci, rempli de livres couvrant tous les domaines du savoir, on s'empresse avant tout de consulter... Facebook?

 

Antidote au dérives démagogiques? Un électorat mieux éduqué

Il ne s'agit pas d'accabler la jeunesse égyptienne, qui peut à bien des égards susciter l'admiration. Les problèmes, en France, sont les mêmes. Parvenir à proposer un enseignement public de qualité, tremplin pour s'affranchir de la "pensée captive" inculquée par les idéologies grégaires, les communautés naturelles (notamment religieuses), les vautours du marketing ciblé et les démagogues de tout poil.

C'est à ce prix seulement qu'une laïcité non dévoyée (par les dérives démagogiques ou les tentations clientélistes) et une République pérenne se maintiendront.

egypte,alexandrie,république,france,laïcité,école,bibliotheca alexandrina,françois hollandeVoici un beau défi pour le nouveau président français, François Hollande, élu le 6 mai 2012. Au vu de la dégradation continue du système éducatif depuis 40 ans (due aussi bien à la gauche qu'à la droite), au vue du profil (et des antécédents) de la nouvelle équipe appelée à exercer le pouvoir, et au vu du contexte de crise, ce n'est pas gagné.

Mais haut les coeurs! Dans l'intérêt du pays, les citoyens laïques et républicains de France souhaitent bon vent au président Hollande et son équipe dans ce formidable chantier éducatif, seul outil efficace pour faire reculer les régressions démagogiques.

 

(1) Ces débats sur des rapports sexuels post-mortem ( présentés comme "rapports d'adieu", farewell intercourse en anglais) nous ont été formellement rapportés par des Cairotes. Mais vérification faite, un démenti a été peu à peu apporté dans plusieurs médias.

Conclusion: soit l'écho de ces débats a été si défavorable qu'on préfère ensuite démentir (circulez, il n'y a rien à voir), soit ces débats n'ont peut-être pas eu lieu, en tout cas pas à l'assemblée du peuple, ce qui ne doit pas pour autant faire oublier l'enjeu des droits des femmes. Or, ces enjeux sont absents de la campagne électorale égyptienne, comme le fait remarquer Ramadan A Kader en page 2 de l'édition du 8 mai 2012 du Egyptian Mail, intitulé "Posthumus misogynism").

Commentaires

En tant qu'incroyant: Bonjour


La Trilogie de la villégiature
Non, monsieur Hulot n'était pas des invités...
Suite page :
http://laicite.over-blog.com/article-la-trilogie-de-la-villegiature-105475109.html

Écrit par : Crab2 Crab | 21/05/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.