Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2012

Grande exposition sur les Juifs d'Algérie

Juifs-d-Algerie-Affiche-1.jpgA l'occasion des 50 ans des accords d'Evian qui sonnèrent la fin de la Guerre d'Algérie, l'indépendance du pays.... et le début d'une tragédie pour les Pieds noirs et Harkis abandonnés par la République, une remarquable exposition s'annonce à Paris au Musée d'art et d'Histoire du Judaïsme (MAHJ).

Appuyée sur le double constat de "l'impact important du rapatriement des Juifs d’Algérie en 1962 sur le judaïsme métropolitain, et la perte mémorielle de ce que fut le judaïsme en Afrique du Nord, plus précisément en Algérie", elle porte sur les Juifs d'Algérie. Elle se déroulera du 28 septembre 2012 au 27 janvier 2013.

A des degrés divers, mes collègues GSRL Jean Laloum (conseil scientifique) et Joëlle Allouche-Benayoun participent à ce beau projet dont les détails sont accessibles au lien internet suivant (cliquer ici).

Commentaires

Je m'étonne de votre remarque "et le début d'une tragédie pour les Pieds noirs et Harkis abandonnés par la République" ; si tout le monde reconnaît que les Harkis ont été abandonnés, c'est moins clair pour les Pieds noirs je crois ?

Pour ce que je sais de ce que j'ai compris, les Pieds noirs ont toujours été considérés comme français, et un effort d'accueil a été fait. Pour les Harkis, ils n'étaient pas considérés français, et leur accueil, interdit au départ, n'a été envisagé qu'après les premiers massacres qu'ils ont subits en Algérie.

Après... je me trompe peut être. En tous les cas c'est bien d'en discuter, car je pense que l'une des raisons des difficultés de la société française en ce moment est qu'elle n'a jamais digéré ses échecs de la colonisation. En plus nous traitons l'histoire par le biais du "mémoriel", c'est à dire une glorification cachée de nos élites actuelles, et comme notre passé colonial n'est pas très glorieux, ça coince.

Une meilleure voie serait par l'art ou par l'histoire (je veux dire la science). Mais on ne peut forcer ni l'un ni l'autre à traiter de ces questions, on ne peut pas les programmer en ce sens. Cela avance tout de même bien avec la francophonie.

J'ai un peu regardé la pub de cette expo, et j'ai été très étonné d'apprendre que 150.000 juifs auraient été rapatriés d'Algérie à cette occasion ?? D'où sortaient-ils sauf le respect que je leur dois ?? J'ai regardé sur wikipedia, qui présente une page assez complète sur ces sujets (http://fr.wikipedia.org/wiki/Juifs_d%27Alg%C3%A9rie), et qui donne aussi un nombre de 150.000 ?

Wikipedia donne quand même un contexte quelque peu différent de ce que vous dites, M. Fath : on lit "À partir d’avril 1962, la presque totalité des 150 000 Juifs est rapatriée en France. Partis comme la majorité des Français d’Algérie en catastrophe, ils bénéficient comme les autres rapatriés de la « solidarité nationale ». Ils se fondent dans un premier temps dans la masse des Pieds-Noirs auxquels ils s’identifient et ce n’est que peu à peu que leur identité spécifique resurgit."

Il y aurait donc bien une solidarité nationale concernant les pieds noirs, dont auraient bénéficié les juifs pieds noirs également.

Maintenant... chercheur du CNRS vs Wikipedia, c'est chercheur du CNRS qui gagne, non ?

Wikipedia justifie ce nombre de 150.000 par une référence sur un texte de M. Richard Ayoun, une autorité, puisqu'il est prof et maitre et tout ceci et tout cela. J'ai retrouvé ce texte, et on y lit : "Au cours de la période de colonisation française, la communauté juive d’Algérie s’accroît sensiblement : de 15 000 à 17 000 individus au début des années 1830, elle serait passée à environ 150 000 avant l’indépendance de l’Algérie." Il met donc cette valeur au conditionnel... je ne sais pas si le conditionnel d'un maître de conférence a valeur de certitude ??

Etc, etc, etc.

Écrit par : ista | 17/09/2012

Les commentaires sont fermés.