Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2019

Nouvelle rubrique GSRL "Un chercheur à la une"

Jean-Laloum-portrait-GSRL.pngUn mouvement hétéroclite de mécontentements, aux convictions parfois antagoniques, traverse aujourd’hui les sociétés civiles européennes. Il suscite l’interrogation. En France, la contestation des “Gilets jaunes”, sa critique des institutions représentatives, engendrent quelquefois dans leur sillage une phraséologie inquiétante, allant jusqu’à faire siens mots d’ordre et slogans d’un passé pas si lointain. Historien du XXe siècle, Jean Laloum (GSRL) nous apporte la profondeur d’analyse dont nous avons besoin.

Pour en savoir plus, découvrir la nouvelle rubrique "Un chercheur à la une" sur le site GSRL, inaugurée par Jean Laloum (lien).

04/08/2016

Vie juive française au XIXe siècle: un peintre à découvrir au MAHJ

DSC04330.jpg

Si vous êtes parisien, ou si vous prévoyez un passage à Paris prochainement, précipitez-vous pour découvrir l'expo Edouard Moyse (1827-1908), proposée pour la première fois au public par le MAHJ (Musée de'Art et d'Histoire du Judaïsme).

Ce peintre français, d'origine lorraine (Nancy, ma ville de coeur), a peint de manière tout à fait remarquable la vie quotidienne des juifs français au XIXe siècle. "Peintre de l'émancipation", doté d'un trait sûr et expressif, d'une esthétique figurative (presque) dénuée de lourdeur pompière, il enchante le regard au travers de ses tableaux didactiques, oscillant entre sensibilité au détail (via ses pastels algériens) et solennité d'ensemble (Grand Sanhédrin de 1868).

Ci-dessus, "Une famille juive insultée par des truands", huile sur toile (photo prise par votre serviteur lundi dernier)

Lien.

18/10/2012

Entre dhimmi et citoyen français: colloque sur les Juifs d'Algérie

exposition-juifs-d-algerie.jpgEntre juillet 1830 (premiers contacts entre Juifs d'Algérie et armée française) et juillet 1962, les Juifs d'Algérie ont peu à peu refoulé leur identité berbéro-arabe, identité humiliée et infériorisée, pour adopter l'identité française, symbole de liberté qui coexistera avec leur identité religieuse, de plus en plus reléguée dans la sphère privée.

Après le départ, en juillet 1962, de plus de 90% des Français d'Algérie de confession juive, qu'en est-il des trajectoires identitaires? 

Pour en savoir plus, il faut courir à ce colloque organisé le 18 novembre 2012, sous la responsabilité de ma collègue Joëlle Allouche-Banayoun: "Les Juifs d'Algérie, du dhimmi au citoyen français, une histoire de rupture".

Programme téléchargeable ici.

01/09/2012

Grande exposition sur les Juifs d'Algérie

Juifs-d-Algerie-Affiche-1.jpgA l'occasion des 50 ans des accords d'Evian qui sonnèrent la fin de la Guerre d'Algérie, l'indépendance du pays.... et le début d'une tragédie pour les Pieds noirs et Harkis abandonnés par la République, une remarquable exposition s'annonce à Paris au Musée d'art et d'Histoire du Judaïsme (MAHJ).

Appuyée sur le double constat de "l'impact important du rapatriement des Juifs d’Algérie en 1962 sur le judaïsme métropolitain, et la perte mémorielle de ce que fut le judaïsme en Afrique du Nord, plus précisément en Algérie", elle porte sur les Juifs d'Algérie. Elle se déroulera du 28 septembre 2012 au 27 janvier 2013.

A des degrés divers, mes collègues GSRL Jean Laloum (conseil scientifique) et Joëlle Allouche-Benayoun participent à ce beau projet dont les détails sont accessibles au lien internet suivant (cliquer ici).