Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2016

Charles Gide (4/4), la foi dans l'éducation populaire

hnavand-xratner-krtu-u56488-1-400x260.jpgÉduquer, éduquer, éduquer sans cesse. Parce qu’il vise à mettre en relation chaque fidèle avec la 'Parole de Dieu', le protestantisme s’est caractérisé, dans l’histoire du christianisme, par son accent sur l’éducation populaire. Ce n’est pas un hasard si c’est l’Ecosse presbytérienne, dans l’Europe moderne, qui est le premier territoire à avoir atteint le taux de 50% d’alphabétisés parmi sa population. Car le Sola Scriptura (l’Ecriture Seule) n’a de sens que si l’on sait lire!

La pensée de Charles Gide, théoricien francophone de l’économie sociale et solidaire, a été profondément marquée par cette valorisation très protestante de l’éducation pour tous, comme moyen d’échapper au «c’est comme ça» de l’autorité arbitraire.

Pour lire le 4e et dernier volet de notre série sur Charles Gide et la francophonie, cliquer sur le Fil-info Francophonie de Regardsprotestants.com (lien).

08/12/2016

Charles Gide et le mouvement coopératif

cropped-charles-gide-294x330.jpgDepuis la décolonisation jusqu’à la fin des années 1990, l’espace francophone a été marqué par l’impact de la coopération. Du Tchad à Madagascar, de la Tunisie au Sénégal, des milliers de «coopérants» francophones se sont investis, dans le cadre de la mise en place en France, en 1959, d’un Ministère de la coopération voulu par le Général de Gaulle. Etymologiquement, coopérer, c’est oeuvrer ensemble (co-operare, en latin). Parce qu’il évite la hiérarchie, le terme convient particulièrement dans des contextes d’émancipation. Le travail forcé, le rapport de force brutal laissent place à un effort solidaire, que ce soit dans le bilatéralisme institutionnel (coopération d’État) ou le cadre associatif local. Christianisme peu hiérarchique, sans pape, favorable au principe du sacerdoce universel des croyants, le protestantisme a nourri, plus souvent qu’à son tour, ces pensées de la coopération.

En son sein, l’économiste français Charles Gide (1847-1932) en constitue l’un des meilleurs avocats.

Pour lire la suite, cliquer sur le Fil-info Francophonie du portail Regardsprotestants.com (lien).

02/12/2016

Série Charles Gide 2/4, Le droit à la libre association

ThinkstockPhotos-468765464-400x260.jpgParmi les idées reçues sur le protestantisme, il a l’idée d’individualisme, au point où l’on a parfois accusé les protestants d’être des ferments d’atomisation de la société.

C’est oublier que le protestantisme aime l’association. Considéré comme le père de l’économie sociale et solidaire, le professeur et économiste français Charles Gide (1847-1932), objet d’une superbe biographie intellectuelle par Frédéric Rognon (1), est un des grands «apôtres» contemporains de cette liberté d’association qui prévaut aujourd’hui sur de nombreux territoires (mais pas tous !) de la francophonie.

Pour lire la suite, cliquer sur Fil-info Francophonie, Regardsprotestants.com

19/11/2016

D'où viennent les associations de consommateurs? Charles Gide 1/4

Capture-décran-2016-11-17-17.26.03-400x260.pngDans un pays comme la France, marqué par l’héritage d’Ancien Régime, la culture littéraire est plus valorisée que la culture économique. C’est la seule raison qui explique pourquoi l’écrivain André Gide (1869-1951) y est plus connu aujourd’hui que son oncle Charles Gide (1847-1932), inventeur de l’économie sociale et solidaire.

Ce dernier s’est pourtant affirmé de son vivant comme un immense théoricien de l’économie sociale. Universitaire, auteur et enseignant respecté, honoré par la République française, Charles Gide a notamment mis l’accent est la responsabilisation du consommateur.

Lire la suite sur Regardsprotestants, Fil-info francophonie (lien).

16/03/2014

Penser librement en temps de guerre (conférence SHPF)

Rémi Fabre, Sébastien FathDans le cadre du centenaire des débuts de la Première Guerre Mondiale, la SHPF (Société de l'Histoire du Protestantisme Français) poursuit son cycle de conférences avec Rémi Fabre, Professeur émérite d’histoire contemporaine, qui interviendra le jeudi 3 avril 2014 sur le sujet suivant:

"Penser librement en temps de guerre:

Le pacifisme critique de Charles Gide". 

Carton d'invitation à télécharger ici (lien)