Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2015

Plaque dévoilée à Paris en mémoire d’Éric de Putter

1094019184_B975128261Z.1_20150326190149_000_G6K47J72H.3-0.jpgC'est grâce à l'excellente revue de presse diffusée par la Fédération Protestante de France que la nouvelle m'est parvenue: le missionnaire français du DEFAP, Eric de Putter, assassiné dans des conditions tragiques (jamais complètement élucidées) à l'Université protestante d'Afrique Centrale au Cameroun, a été l'objet d'un hommage samedi dernier.

Une plaque commémorative a été dévoilée au DEFAP, dans le 14e arrondissement parisien, "faisant mémoire" d'un jeune enseignant très talentueux dont la biographie est rappelée par cet article de La Voix du Nord (lien).

08/07/2014

Assassinat d'Eric de Putter: deux ans plus tard

10458458_758858654137148_4074967905397916452_n.jpgLe 8 juillet 2012, il y a deux ans jour pour jour, Éric de Putter était assassiné à son domicile de I'Université protestante d'Afrique Centrale (UPAC) à Yaoundé, au Cameroun, où il enseignait sous le statut de volontaire envoyé par le Défap (service protestant de mission).

C'est peu de dire que la non-élucidation de cette affaire laisse un sentiment de malaise, et bien des interrogations, dont se fait l'écho une lettre ouverte signée par trois membres de la famille du défunt, et récemment envoyée aux "paroisses et églises partenaires du DEFAP". Ce dernier a mis en ligne depuis trois semaines un copieux dossier sur cette affaire, qui permet de faire le point (lien).

16/09/2012

Meurtre entre protestants : retour sur le décès d'Eric de Putter

ngend.jpgAu temple du Saint Esprit s'est tenu hier une cérémonie du souvenir organisée par le DEFAP (service protestant de mission)  à la mémoire du jeune théologien français Eric de Putter, assassiné à Yaoundé le 8 juillet 2012 (Université Protestante d'Afrique Centrale).

Une enquête est encore en cours.

Sur fond de rumeurs délétères et d'un passé chargé (Eric de Putter était en conflit avec l'administration de l'UPAC), deux pasteurs camerounais ont été arrêtés: le pasteur Jean Bosco Ngend (vice-recteur de l'UPAC, ci-contre) et le pasteur Barka Nado (accusé de plagiat par de Putter).

Lire la suite