Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2016

Liberté d'expression: une relaxe et une question en suspens

orwell.jpgOn ne saura finalement pas si la dénonciation de l'homosexualité est devenue ou non, en France, un nouveau sacrilège, plaçant la protection de l'homosexualité au-dessus de la protection de la religion. En effet, la Cour d'Appel de Bordeaux, le 25 mai 2016, a relaxé, mais pour vice de forme, les deux protestants évangéliques de Cognac condamnés pour homophobie en novembre dernier (lien).

Certains évangéliques ont réagi en présentant cette relaxe comme une victoire de la liberté d'expression.

La réalité est différente. Du point de vue des relaxés, c'est certainement une bonne nouvelle (et une mauvaise nouvelle pour les plaignants). Du point de vue des droits à la liberté d'expression, cela reste en revanche ambigu, car le tribunal n'a pas tranché sur le fond.

Le CNEF, qui a suivi cette affaire depuis le début, a publié un communiqué (lien).

Commentaires

Il faudrait voir s'il y a une différence avec l'affaire Vanneste :
http://marker.to/QR2Sou

Écrit par : Alain Blachair | 26/05/2016

Très intéressante comparaison en effet. Il me semble que dans le cas de ce procès Vanneste, il y a eu jugement sur le fond, alors qu'ici, la relaxe porte sur la forme

Écrit par : SF | 26/05/2016

Intéressant, en effet, le rapprochement avec Vanneste : on peut, en toute impunité en France assimiler homosexualité et pédophilie ou contester la véracité de la déportation de personnes homosexuelles ; il ne nous manque plus qu'une Westboro Baptist Church à la française proclamant en toute impunité "Dieu hait les pédés" ou perturbant les funérailles de personnes homosexuelles...

Écrit par : jean | 26/05/2016

Allons allons ne souhaitons pas le pire. La Westboro Baptist Church est une microsecte dont la transposition en France est inimaginable.
La question ici est une liberté d'expression qui soit égale pour tous.
Avec pour principe que la dénonciation des propos négationnistes ou outranciers (qu'ils portent sur le christianisme, l'islam, le judaïsme, les homosexuels etc.) puisse se faire dans le débat social, ou par des sanctions qui émanent de la société civile (un licenciement par exemple), plutôt qu'en emprisonnant ou condamnant les gens à partir de lois potentiellement liberticides.
Ces dernières induisent, malheureusement, une "police de la pensée" qui aseptise le débat public et nourrit par ricochet les extrêmes.

Écrit par : SF | 26/05/2016

J'ai la vilaine impression que la défense de la liberté d'expression est devenue très partisane en France ; nombre de mes amis de gauche, grands pourfendeurs de Dieudonné, se sont émus de l'annulation du concert de Black M, non moins antisémite et homophobe que M. Mbala Mbala, simplement parce qu'il était la cible du FN. A droite, on dénoncera légitimement les propos racistes de Laurence Rossignol tout en défendant mordicus la "liberté d'expression" de Christian Vanneste ou de Nadine Morano. Je suis pour l'application stricte de la condamnation de tous les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux et diffamatoires ; je n'appelle pas cela "police de la pensée" mais réapprentissage du "vivre ensemble" ; je crois qu'une répression plus ferme de M. Le Pen pour ses propos méprisants à l'égard des victimes de la Shoah aurait changé le paysage politique français d'aujourd'hui et évité la banalisation des pensées et propos orduriers qu'affectent aujourd'hui nombre de politiciens et de "communicants". Pour la transposition de la WBC en France, elle ne passerait pas par ses méthodes, mais je connais malheureusement nombre d'évangéliques qui souscrivent au fond de son message ...

Écrit par : jean | 26/05/2016

Que la liberté d'expression soit à deux vitesses est une évidence.

Double peine pour Dieudonné, quand Laurence Rossignol continue à encaisser son salaire de ministre, toute honte bue.

Il faut revenir aux fondamentaux républicains et dénoncer TOUS les propos haineux, sans pour autant solliciter les tribunaux. Vivre ensemble, c'est se parler, dialoguer, faire de la pédagogie, même quand ça déraille, plutôt que d'appeler la police.

A l'inverse de l'hypothèse que vous développez, je crois que c'est au contraire la mise en place d'une politique hasardeuse de police des pensées déviantes, depuis la fin des années 1980, qui a ouvert la vanne des dérapages. La loi Gayssot, de ce point de vue, a été une catastrophe pour la France et pour ce "vivre ensemble" dont vous parlez, car une fois qu'on met le doigt dans l'engrenage de la répression vis-à-vis des propos visant tel ou tel groupe, c'est la boîte de Pandore du communautarisme et du discours complotiste qui s'est ouverte.

Quant à la secte WBC, il est inutile de lui faire de la publicité ou d'exagérer son influence, franchement....

Écrit par : SF | 26/05/2016

Très content d'apprendre cette nouvelle!!! Dieu ne "hait pas les pédés" (pour reprendre les termes de Jean) mais il déteste le péché! C'est différent.
Et si on avait du traîner au tribunal, tous ceux qui a un moment donné, ont distribué des tracts "délivré de l'alcoolisme", "délivré de la drogue", "délivré de la passion du jeu", etc... il y en aurait eu un paquet de procès.

Écrit par : SamuelB | 28/05/2016

Ohè jean à droite les gens demande la démission de Laurence Rossignol mais vous cherchez ça ou? Beaucoup de gens de gauche demandent sa démission aussi. Plus de gens de gauche à mon avis. Parler de "nègres", c'est honteux.
Et oui pour tout dénoncer. L'égalité c'est la république.

Écrit par : Armel | 30/05/2016

Les commentaires sont fermés.