Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2016

Réjouissantes soutenances de thèse

brochure_70ans.jpgDécembre est souvent un grand mois de soutenance de thèses... et ce mois de décembre 2016 n'échappe pas à la règle.

Parmi de nombreux événements, signalons en particulier deux soutenances qui ont eu lieu le même jour, le 12 décembre, avec Dorra Mameri qui a brillamment soutenu son mémoire de thèse EPHE sur la Grande Mosquée de Paris (thèse déjà présentée dans ce blog, lien), et Anne Boitel, qui apporte une précieuse contribution à l'historiographie des enjeux religion-migration avec sa thèse sur la CIMADE, "des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative" (dir Jean-Michel Guyon, Univ. Aix-Marseille).

 

Toutes mes félicitations aux impétrantes!

03/12/2016

Thèse EPHE de Dorra Mameri sur la Grande Mosquée de Paris

Thèse Dorra Mameri.jpgEnfin! Dorra Mameri, que je connais de longue date au GSRL et dont j'ai eu l'occasion à maintes reprises d'apprécier les remarquables travaux, va soutenir une thèse EPHE extrêmement prometteuse le 12 décembre 2016 à Paris.

 

Son travail de recherche en sciences politiques, sous la direction de Philippe Portier (directeur du GSRL), porte sur l'Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris (1916-2015). Il s'agit d'une recherche particulièrement étayée, réalisée par une vraie historienne qui connaît très bien le terrain et a ausculté sans relâche les gisements de sources: on lui souhaite le plein succès qu'elle mérite, et prompte publication ensuite, en attendant un poste à plein temps dans la recherche!

 Cliquer ci-contre pour agrandir.

09/01/2016

Voeux aux religions (France): le CNEF une nouvelle fois mis à l'écart

france,laïcité,françois hollande,voeux,voeux aux religions,fpf,cnef,crcm,grande mosquée de parisDans la "petite histoire" paradoxale de la laïcité française de ce début du XXIe siècle, l'historien des religions retiendra, cette semaine, ce nouveau hiatus présidentiel entre discours et pratique. Si, dans le verbe, François Hollande a insisté, lors des voeux aux représentants des religions le 5 janvier dernier, sur une "laïcité qui donne la place à tous", il a en partie démenti son propos par une invitation très sélective des représentants religieux.

Alors que son prédécesseur avait invité, côté protestant, les représentants de la FPF (Fédération Protestante de France) et du CNEF (Conseil National des Evangéliques de France), le locataire actuel de l'Elysée a une nouvelle fois négligé de convier le CNEF, pourtant largement représentatif aujourd'hui de l'aile montante du protestantisme, resserrant le cercle des interlocuteurs autorisés. Est-ce pour un souci d'un seul représentant par confession? Pourtant, côté musulman, étaient présents à la fois le président du CRCM, et le recteur de la Grande mosquée de Paris.