Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2019

Interreligieux : la conférence de la honte

François clavairoly, sectarisme, wahhabisme, Mohammed Ben Abdul Karim Al-Issa, Arabie saoudite, Haïm Korsia, rais baddawi, laïcité, France, islam politique, Ghalleb Bencheiikh

En France, dans un palais parisien et devant les caméras,  des responsables religieux, dont le Grand Rabbin de France, le président de la Fédération Protestante de France, et deux archevêques catholiques, ont cru bon de participer, le 17 septembre 2019, à une sinistre mascarade en compagnie du bourreau de Raif Badawi, blogueur martyr.

Ils ont involontairement légitimé, par leur présence, le sectarisme le plus meurtrier, incarné par le dignitaire wahhabite Mohammed Ben Abdul Karim Al-Issa, dont le palmarès ferait passer Poutine pour un saint. 

Organisée par Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'Islam de France, la Conférence en question (quels financements?) a déroulé un festival d'hypocrisie, et affiche, évidemment, tous les poncifs d'une bonne volonté interreligieuse vidée ici de toute substance.

Paix ! Amour ! Fraternité !

Pendant que le bloggeur saoudien Raif Badawi, condamné à 1000 coups de fouets, continue depuis 7 ans de croupir dans sa geôle, la Ligue Islamique Mondiale, organisation wahhabite saoudienne, fait sa publicité en plein Paris, avec la participation de certains responsables religieux français.

Last but not least, la France continue à vendre des armes à un régime assassin et misogyne qui a fait découper vivant en morceaux, il y a quelques mois, en Turquie, un journaliste trop curieux.

Soutien à #EnsafHAIDAR

22/10/2018

Arabie Saoudite et Etats-Unis, un livre pour comprendre

frf.jpgLa presse turque, relayée par de nombreux journaux européens et états-uniens, fait état depuis quelques jours d'enregistrements présumés qui éclairent la manière dont les services saoudiens, au consulat d'Istanbul le 2 octobre dernier, ont torturé à mort, découpé vivant, puis décapité (lien), le journaliste Jamal Khashoggi, éditorialiste au Washington Post et critique de Ryad. Ces méthodes ne surprennent que ceux qui ferment les yeux et se bouchent les oreilles, depuis des années, devant la férocité répressive de la dictature wahhabite.

L'occasion de rappeler l'alliance singulière entre la pétromonarchie islamiste de Ryad et... les Etats-Unis, traitée dans un bon ouvrage de synthèse paru fin 2017 aux éditions Brookings, sous la plume de Bruce Riedel (lien). Un ouvrage qui ne traite pas de Donald Trump, lequel est allé bien plus loin que tous ses prédécesseurs en matière de juteux contrats d'armement signés avec le pouvoir saoudien.