Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2018

Brésil: l'élection de Bolsonaro et le facteur religieux

jair-bolsonaro-presidente-2018.pngL'élection du candidat populiste d'extrême droite Jair Bolsonaro à la tête du Brésil fait les titres des journaux ce matin. Il y a de quoi. Le Brésil est un géant qui souffre. Quel avenir se profile avec un tel président, nostalgique de la dictature militaire, tout juste rescapé d'une tentative d'assassinat?

Du point de vue religieux, trois rappels sont nécessaires pour éclairer son profil. D'abord, Jair Bolsonaro est catholique. Il a été porté au pouvoir par une grande part du catholicisme populaire brésilien, qui reste majoritaire. Ensuite, Bolsonaro, en catholique born-again (baptisé en 2016), a profité d'un large soutien des protestants évangéliques, force montante au Brésil (cf. le livre de Lamia Oualalou).

Enfin, il a bénéficié de l'effondrement de crédibilité du messianisme socialiste animé par Lula (mis en prison pour corruption) et Rousseff (destituée).

Au-delà des effets de manche et des mantras, ce dernier élément constitue la raison principale du soutien d'une majorité d'évangéliques à Bolsonaro: sociologiquement, les Evangelicos brésiliens viennent très majoritairement des milieux populaires. Ceux-là même qui ont ressenti le plus durement un sentiment d'abandon vis-à-dis des socialistes du Parti Populaire, censés les défendre.

Quand la gauche de gouvernement trahit ses valeurs, l'électorat populaire se tourne vers d'autres recours.

29/01/2018

"Catholiques et évangéliques se rapprochent" (La Croix)

dd.jpgLongtemps difficiles, les relations entre catholiques et évangéliques sont, depuis peu, en plein développement.

Après Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, La Croix fait le point sur les avancées de ces liens œcuméniques sous la plume de Marie Malzac, dans sa rubrique Urbi&Orbi, La documentation catholique.

Lien.

19/10/2016

Recomposition de la droite chrétienne américaine

CM Capture 1.jpgAlors que la campagne présidentielle américaine n'en finit pas de toucher le fond, avec notamment la révélation de l'étonnante inconscience d'Hillary Clinton dans ses emails, et la consternante brutalité d'un Donald Trump en praticien (autoproclamé!) de l'agression sexuelle, la droite religieuse aux Etats-Unis se recompose.

Les catholiques blancs de droite votent désormais en majorité pour Hillary Clinton.... alors que seuls les évangéliques blancs de droite restent majoritairement attachés à Trump, selon un sondage du 11 octobre (lien). Même si beaucoup de leaders évangéliques se sont désolidarisés de Trump, ce qui est le cas aussi du grand magazine Christianity Today, d'autres facteurs jouent pour expliquer ce soutien.

Des ténors comme James Dobson et Falwell Jr, fans de Trump jusqu'au bout, ont leur part de responsabilité, ainsi qu'un pragmatisme à courte vue, qui voit dans Trump le restaurateur anti-système d'une Amérique prospère...

A quel prix?

Lire à ce sujet l'excellente enquête de Céline Hoyeau dans La Croix (lien).

22/05/2015

Net recul de la pratique et de l'affiliation chrétienne aux USA

PF_15.05.05_RLS2_1_310px.pngOui, la pratique de la religion chrétienne recule aux Etats-Unis! Ce point, déjà souligné avec force dans Dieu bénisse l'Amérique (Seuil, 2004), se vérifie de manière spectaculaire au travers de la grande enquête du Pew Forum, rendue publique il y a quelques jours.

 

Dans America’s Changing Religious Landscape, on apprend que catholiques comme protestants (jadis) "mainline" reculent....

Athées et agnostiques progressent.

Parmi les grands blocs chrétiens, seuls les évangéliques se maintiennent grosso modo (toute petite érosion quand même).

Henrik Lindell en a proposé, dans La Vie, une analyse fort complète (lien).