Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2017

Histoire des "tournants" qui ont marqué l'histoire évangélique aux USA

51gN9X3+QFL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgExpliquer l'histoire par ses "tournants", c'est pointer les séquences au cours desquelles une société, un mouvement, un pays bascule dans une nouvelle ère.

C'est une manière pertinente d'expliquer les dynamiques de changement et de les inscrire dans un contexte plus large. Cette méthodologie explicative a été utilisée par Heath Carter, Laura Porter et l'équipe d'historiennes et historiens (Stout, Carwardine, Marsden, Blumhofer, Hutchison etc.) qui ont travaillé à réaliser le superbe ouvrage suivant (en anglais): Turning Points in the History of American Evangelicalism.

Tout juste publié par les éditions Eerdmans, cet ouvrage est appelé à devenir un classique pour expliquer l'histoire mouvementée du protestantisme évangélique aux Etats-Unis.

Lien.

02/03/2017

Donald Trump et les religions (La Croix)

Donald TRUMP BIBLE.jpgA relever hier dans La Croix un très bon article de Marie Malzac sur le rapport entretenu entre Donald Trump et les religions. Le protestantisme n'y est pas évoqué, mais ce n'est sûrement pas un oubli, gageons qu'un autre article s'en charge.

Mon collègue Moktar Ben Barka, très bon spécialiste du champ nord-américain, y apporte une analyse éclairante. IL souligne notamment que «son univers religieux, inexistant, est par conséquent totalement incohérent».
«D’un côté, (Trump) affirme collectionner les bibles. De l’autre, il ne fait pas bien la distinction entre Ancien et Nouveau Testament, cite des passages bibliques de façon erronée, y compris en présence de pasteurs évangéliques spécialistes des Écritures... »

Lien.

02/02/2017

USA: Plus de 90% des membres du Congrès se déclarent chrétiens

PF_01.03.17.faithonthehill-00-08.pngAlors que le bulldozer Trump fait des vagues aux Etats-Unis et au-delà, où en est le Congrès? Une intéressante étude du Pew Forum nous révèle un élément intéressant sous l'angle "religion et politique". 

Au début des années 1960, alors que plus de 90% de la population américaine se déclarait chrétienne, plus de 90% des membres du Congrès étaient chrétien aussi. Aujourd'hui, alors que la part de la population déclarée chrétienne a baissé de vingt points (de 90% à 70%), la part des membres du Congrès déclarés chrétiens n'a quasiment pas changé: toujours plus de 90%. En revanche, la répartition confessionnelle a évolué: déclin des protestants (de 75% à 56% entre 1961 et aujourd'hui), montée des catholiques (de 19 à 31%).

Lien.

29/12/2016

Liberté religieuse: les USA se dotent de moyens légaux renforcés

CM Capture 1.jpgAlors que l'enjeu de la liberté des minorités religieuses reste souvent peu intégrée dans les analyses, y compris de chercheurs respectés en Europe, il est à signaler que les Etats-Unis ont monté d'un cran leur vigilance active dans ce domaine en se dotant de moyens légaux renforcés, via le Frank R. Wolf International Religious Freedom Act (IRFA), H.R. 1150, approuvé par le président Obama, qui renforce depuis quelques jours les dispositifs déjà existant aux Etats-Unis.

Un compte-rendu détaillé en anglais est disponible ici (Christian Post), et un résumé en français est consultable là (lien).

10/11/2016

Election de Trump: avec le soutien de huit évangéliques blancs sur dix

CM Capture 1.jpgTrump, presbytérien (réformé) non-pratiquant de moeurs légères, n'a évidemment pas été élu sur critères religieux.

Si les évangéliques blancs, qui représentent plus de 20% de l'électorat américain, ont voté en masse pour lui (81%, contre 60% des catholiques blancs, voir tableau ci-contre du Pew Forum), c'est non pour des raisons théologiques ou éthiques (même si elles ont pu marginalement jouer, notamment sur l'avortement), mais d'abord pour des raisons socio-économiques.

Bien plus fragiles économiquement que les fidèles des sideline churches (anciennes églises établies, aujourd'hui en fort déclin), un peu moins bien lotis aussi que les catholiques ou même parfois que les musulmans, les évangéliques blancs ont subi, plus que d'autres, la fragilisation de la petite classe moyenne.

La globalisation néolibérale, avec son cortège de fermetures d'usines et de dumping social, a sinistré nombre de campagnes et de petites villes. Et les évangéliques blancs ont préféré ce qu'ils pensent être un DOMPTEUR de la globalisation, même populiste et démagogue, plutôt qu'un PROMPTEUR de la globalisation à leurs yeux représenté par Hillary Clinton, égérie du libre-échange et de la finance mondialisée.

21/10/2016

TRUMP, messie politique pour les Born Again blancs?

Evangéliques shift.jpgEn 2011, lorsqu'on demandait aux électeurs de différents "blocs religieux" s'ils estiment qu'un comportement privé immoral empêche une attitude éthique dans un poste officiel, les plus intransigeants étaient les évangéliques blancs. OUI, à leurs yeux, une mauvaise moralité privée décrédibilise la conduite dans les affaires publiques.

Cinq ans plus tard, à cette même question, renversement total. Les évangéliques blancs sont désormais LES PLUS ACCOMMODANTS. Même les non-religieux sont plus stricts. Pour plus de 70% des électeurs blancs évangéliques américains interrogés en 2016, ce n'est pas grave d'être immoral en privé, cela n'empêche en rien une conduite éthique dans les affaires. Ce renversement (cf graphique ci-contre, avec en bleu 2011, en jaune 2016) est à bien des égards stupéfiant, surtout en si peu de temps.

La cause a un nom: TRUMP.

Lire la suite

13/06/2016

Réactions à Orlando: ne pas entrer dans le piège de Daech

9782707186102.JPGL'effroyable tuerie d'Orlando hier (50 morts dans un Night Club LGBT) impose, plus que jamais, un devoir de clarté. Directe et pédagogique. Parce qu'elles analysent, décortiquent et font comprendre, les sciences humaines disposent d'atouts immenses pour cela. Encore faut-il qu'elles parviennent à sortir de leur tour d'ivoire, afin de faire barrage aussi bien à ceux qui "noient le poisson" (confusion) qu'à ceux qui "jettent de l'huile sur le feu" (surenchère).

Aujourd'hui, l'impératif, pour les sociétés pluralistes qui défendent les valeurs de liberté et de responsabilité, est celui-ci: refuser à la fois l'angélisme (il faut nommer, et combattre les liberticides) et le piège mortel de la réponse par l'exclusion, qui fait le jeu des ennemis de la liberté. Se battre pour les libertés et les droits de tous ne devrait pas être négociable, ou à géométrie variable.

Longtemps, l'angélisme s'est avéré une menace aussi grande que la surenchère. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Beaucoup sont sortis de l'angélisme, et ont rejoint les rangs de la surenchère... Attention danger. Quand Trump veut interdire aux musulmans l'accès au sol américain, et que Sarkozy exalte en France les "moeurs chrétiennes" (sic), ils entrent tous deux dans un piège, font exactement ce que Daech veut qu'ils fassent. Ils font des distinctions selon les citoyens en fonction de leur passé ou de leur religion, encouragent la catégorisation et la relégation des minoritaires. Ils nourrissent, sans même s'en rendre compte (?), le jeu des ennemis de la liberté, entrent dans le "piège Daech" (Luizard) et alimentent des ferments de guerre civile.

No Pasaran.

30/05/2016

L'impact de la religion sur la vie quotidienne (enquête)

il_fullxfull.220980336.jpgEn-dehors d'une forte pratique religieuse, est-ce que le fait d'être très croyant et investi dans une religion "fait une différence" dans la vie sociale quotidienne?

Une grande enquête du Pew Forum, publiée le mois dernier, nous indique que les Américains très religieux seraient plus heureux, plus impliqués dans la vie familiale, et plus prompts à faire du volontariat, que que les gens moins religieux.

En revanche, dans des domaines comme l'exercice physique, le recyclage ou les choix de consommation, le fait d'être très religieux ou non ne marque pas de différence, selon l'enquête accessible ici.

Lien.

28/05/2016

Spéciale dédicace à Eric Cantona (au sujet des mormons)

interracial couple temple.jpg

En attaquant Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France de football, avec des soupçons de racisme, Eric Cantona a raté une occasion de se taire (lien). Pas seulement parce qu'il joue à l'arroseur arrosé et jette de l'huile sur le feu dans une société française qui n'en a vraiment pas besoin en ce moment. Mais aussi parce qu'il a pris les mormons, aux Etats-Unis, comme exemple de communauté qui ne se mélange pas. Or, c'est faux.

Le couple interculturel mormon de la photo ci-dessus (les Américains disent "interracial") devrait rappeler à Eric Cantona que les mormons aux Etats-Unis ont changé. Ils ont longtemps déconseillé les mariages "interraciaux". Mais depuis 25 ans, les fidèles de cette religion issue du protestantisme connaissent de plus en plus de mariages mixtes, certains ayant même lieu au grand Temple de Salt Lake City.

Lien.

22/04/2016

Si Moïse était une femme...Harriet Tubman honorée par le Trésor US

Nouveau 20$ bill.jpg

Harriet Tubman (1822-1913) est une des principales figures de mouvement Underground Railroad qui a permis la libération de dizaines de milliers d'esclaves aux Etats-Unis avant l'émancipation de 1863. Ancienne esclave dans l'Etat du Maryland, condition dont elle échappe en 1849, elle a elle-même guidé vers la liberté environ 300 esclaves, au cours de 19 voyages durant lesquels elle a risqué sa vie. Sa tête était mise à prix pour 40.000 dollars...

Proche des Quakers, fervente chrétienne, c'était une femme d'une volonté exceptionnelle. Elle s'est battue avec bravoure durant la Civil War contre les Confédérés, a contribué à l'essor de l'Eglise AME (African Methodist Episcopal Church), s'est engagée pour les droits civiques des Afro-descendants, le vote des femmes, et a développé un home pour personnes âgées afro-américaines.

On la surnomme la "Moïse noire". Le Trésor Américain vient de décider cette semaine qu'elle ornerait désormais le billet de 20 dollars, en remplacement d'Andrew Jackson.

Rarement un billet de banque n'aura à ce point gagné en valeur symbolique.

Lire la suite

06/03/2016

Nancy Reagan (1921-2016)

66752-004-46E22CAE.jpgAvec le décès de Nancy Reagan (1921-2016) ce dimanche, c'est une page de l'Amérique qui se tourne. On se souviendra de la tenace intelligence de Nancy aux côté de son mari Ronald, double président des Etats-Unis (1980-88).

On retiendra la complicité particulière de ce couple, mais aussi le fait que bien avant Donald Trump, Ronald Reagan avait déjà su mobiliser le vote religieux conservateur, tout en n'étant nullement religieux lui-même.

Nancy Reagan laissera aussi le souvenir, dans l'histoire politico-religieuse des Etats-Unis, d'une grande amatrice d'astrologie, à tel point que durant le second mandat de son mari Ronald, les médias se sont penchés de très près sur l'impact que l'astrologie aurait eue sur des décisions clefs de la Maison Blanche (lien).

02/03/2016

L'ouragan Trump, un trompe-l'oeil?

CM Capture 1.jpgLes choses se clarifient aux Etats-Unis après le "super-Tuesday". Côté démocrate, rien ne paraît plus s'opposer à l'investiture d'Hillary Clinton. Côté républicain, c'est un peu plus compliqué, mais le rouleau compresseur Trump, vainqueur hier (dans 7 Etats), semble bien en voie de s'imposer, même si Ted Cruz, en remportant les primaires du Texas (+Oklahoma & Alaska), a sauvé les meubles. Le puissant électorat évangélique, dans cette affaire, reste très divisé. Majoritairement conservateur, il n'est pas pour autant enthousiasmé en bloc par Trump, dont le profil lui paraît trop éloigné de ses critères.

Au-delà des primaires, c'est sans doute une des cartes maîtresses d'Hillary Clinton en vue des élections de fin d'année. Un sondage CNN de ce début de semaine montre que Trump perdrait largement, le 8 novembre, face à Hillary. L'ouragan Trump, ça marche au sein des primaires républicaines, mais aux élections de fin d'année, c'est un trompe-l'oeil.

21/02/2016

Primaires rép de Caroline du Sud: Trump rafle 33% du vote évangélique

CM Capture 1.jpgLors des primaires républicaines de Caroline du Sud, les tendances déjà repérées se confirment: Trump fait la course en tête. Même dans l'électorat évangélique, a priori peu enthousiaste devant le profil chrétien très peu pratiquant de Trump, la tendance est là: Trump aurait remporté 33% du vote évangélique de Caroline du Sud. Ted Cruz aurait remporté 27% de ce vote, et Rubio 22% du même vote.

Le résultat final de la primaire, tous votes compris, indique un autre tiercé: Trump (1), Rubio (2) et Cruz (3), avec un "mort" sur le champ électoral, Jeb Bush, dont la campagne n'a jamais décollé.

Ces résultats lassent-ils à penser que les évangéliques "font" la victoire de Trump? (lien)

Lire la suite

19/02/2016

La battle Trump-Cruz et l'enjeu du vote évangélique

primaires républicaines 2016,etats-unis,usa,donald trump,ted cruz,nbc,pat robertson,évangéliquesC'est une réalité électorale depuis longtemps aux Etats-Unis: les électeurs évangéliques (près d'un tiers du vote républicain) ne se déterminent pas seulement, dans leur choix, en fonction du degré de ferveur religieuse du candidat. Le pasteur Pat Robertson (Christian Coalition), dans les années 1980, s'en était rendu compte. Il escomptait un full support des born again, il n'eut droit qu'à un peu plus de 10% de leurs votes.

C'est la raison pour laquelle, actuellement, Ted Cruz, bien plus religieux que Trump, ne recueille pourtant pas autant de promesses de vote évangélique en ce début de primaires. Ce n'est pas nécessairement un signe de sécularisation interne du vote évangélique, mais plus sûrement l'indication que Trump incarnerait (pour l'instant?) mieux que Cruz la colère de la classe-moyenne blanche dans la société américaine (en crise) d'aujourd'hui.

Lire la suite

28/06/2015

Suprémacisme blanc américain: analyse de Stéphane François

stéphane françois, charleston, suprémacisme, sébastien fathSous toutes les latitudes, le terrorisme exprime, par la violence extrême, des idéologies délétères. Dans le contexte américain, c'est le suprémacisme blanc qui est sans aucun doute à l'origine, depuis un siècle, du plus grand nombre de victimes dues au terrorisme.

Pour revenir sur ce ferment de haine qui jalonne l'histoire contemporaine états-unienne, il n'est pas trop tard pour écouter l'excellente analyse faite par mon collègue Stéphane François, sur France Info, à l'occasion de la tragique tuerie de Charleston qui coûta la vie à neuf méthodistes afro-américains (lien).

27/05/2015

Décryptage de la GAUCHE évangélique américaine

couverture-ben-barkaprotestantisme-evangelique-225-360.jpgLe professeur Mokhtar Ben Barka est un excellent spécialiste de la civilisation américaine. Il est notamment auteur de plusieurs travaux précieux sur évangéliques et fondamentalistes (en particulier Les nouveaux rédempteurs et La droite chrétienne américaine).

Dans son dernier ouvrage, il s'est intéressé cette fois-ci à la gauche évangélique nord-américaine, qui reste un domaine de recherche encore très peu développé en France.

Cet ouvrage très bien informé et remarquablement écrit vient à point nommé, à deux ans des prochaines élections américaines, pour nous donner les clefs de compréhension nécessaires.

Il s'intitule Le protestantisme évangélique nord-américain: la gauche évangélique des origines à l'ère Obama (PubliSud, 2015).

25/05/2015

La peur de l'Enfer dans les Etats-Unis du XIXe siècle

Damned nation.jpgOn connaît, pour l'Europe, les beaux travaux de l'historien français Robert Muchembled, en particulier son Histoire du diable, aujourd'hui disponible en format Poche.

Pour les Etats-Unis, on lira désormais avec intérêt Damned Nation, de Kathryn Gin Lum (Oxford University Press, 2014), qui retrace plus d'un siècle de rhétorique funeste maniée par des chrétiens persuadés que leur pays (les Etats-Unis) vend son âme au diable...

Un rappel historiographique utile qui contrebalance l'optimisme millénariste américain par une relecture, pour le XIXe siècle, de anxiété chrétienne persistante qui marque AUSSI l'histoire culturelle des Etats-Unis.

22/05/2015

Net recul de la pratique et de l'affiliation chrétienne aux USA

PF_15.05.05_RLS2_1_310px.pngOui, la pratique de la religion chrétienne recule aux Etats-Unis! Ce point, déjà souligné avec force dans Dieu bénisse l'Amérique (Seuil, 2004), se vérifie de manière spectaculaire au travers de la grande enquête du Pew Forum, rendue publique il y a quelques jours.

 

Dans America’s Changing Religious Landscape, on apprend que catholiques comme protestants (jadis) "mainline" reculent....

Athées et agnostiques progressent.

Parmi les grands blocs chrétiens, seuls les évangéliques se maintiennent grosso modo (toute petite érosion quand même).

Henrik Lindell en a proposé, dans La Vie, une analyse fort complète (lien).