Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2013

Un pontife peut en cacher un autre

Pontifex socialiste.jpgC'est le Lab d'Europe 1 qui a le mieux exposé l'affaire: le président français actuel a cru bon faire de l'humour, suite à la décision courageuse et respectable du pape catholique Benoît XVI de renoncer prochainement à sa charge.

"Nous ne présentons pas de candidat", a-t-il soufflé. 

Ce trait révèle un impensé: l'oracle socialiste comme prêtre de substitution. Qui dit le Bien, le Mal, le Rêve, le Progrès, "l'Avancée". Pourquoi candidater à la succession de Benoît XVI quand on est déjà, en réalité, pontife en charge du Sens et du Rêve (français)?

L'occasion de relire avec profit Emilio Gentile, Les religions de la politique (Paris, Seuil, 2005), qui soulignait qu'on "ne peut affirmer aujourd'hui que la sacralisation de la politique ait totalement disparu".... (p.269). Ce n'est pas le Pontifex de l'Elysée qui le démentira.

23/09/2009

France: la fin de la protestation socialiste?

61149_aubryfiere-une.jpgLe protestantisme, dans le champ religieux, et le socialisme, dans le champ politique, partagent un trait commun: une revendication contestataire et prophétique.

 

Nous avons affaire là à deux protestations qui cultivent, en leur espace propre, un refus des clergés du statu-quo au nom de valeurs collectives fondées notamment sur le principe d’égalité (thème du sacerdoce universel chez les protestants, de la justice sociale chez les socialistes).

Lire la suite