Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2012

Patrick Cabanel, Histoire des Justes en France (Armand Colin, 2012)

justes parmi les nations, France, seconde guerre mondiale, juifs, patrick cabanel, armand colin, institut yad vashemLa médaille des Justes est accordée depuis 1962 par l'institut israélien Yad Vashem, aux non-juifs qui ont risqué leur vie pour secourir (et sauver) des juifs durant la Seconde Guerre Mondiale. 14% du total, soit 3500, sont Français(es). Mais que sait-on de ces "héros anonymes", dont nombre de protestants?

On doit une reconnaissance infinie à l'historien Patrick Cabanel d'avoir consacré une synthèse fouillée, rigoureuse, très bien écrite sur les Justes en France, évitant l'écueil du catalogue pour "comprendre" et "mesurer la diversité des situations et des personnes, tout en mettant en valeur les convergences" (dixit André Encrevé dans sa recension publiée dans l'hebdo Réforme du 5 avril 2012, p.15).

30/01/2012

Gino Bartali, bientôt "juste parmi les nations" ?

gino bartali, tour de france, cyclisme, catholicisme, église catholique, judaïsme, fascisme, italie, institut yad vashem, israël, relations judéochrétiennes, afp, france 24En cette époque de starisation trop facile (téléréalité), une époque singulière où certains hommes politiques n'hésitent pas à se décerner eux-mêmes des brevets de vertu philanthropique, méditons cette phrase: «Le bien, c'est quelque chose que tu fais, pas quelque chose dont tu parles. Certaines médailles sont accrochées à ton âme, pas sur ton blouson»

L'auteur ? Le campionissimo Gino Bartali (1914-2000), ex double vainqueur du Tour de France et légende du cyclisme (ah, son Milan-San Remo 1950 raconté par Bobet!), possiblement en voie d'être honoré, à titre posthume, comme "Juste parmi les nations" par l'institut Yad Vashem (Israël).

Lire la suite

29/04/2010

Annette Monod, héroïne protestante trop «Juste» pour être 100% vraie?

Mélanie Laurent.jpgQuatre jours après la Journée nationale du Souvenir de la Déportation, il n’est pas trop tard pour le rappeler : en dépit de nombreux défauts secondaires, il faut absolument aller voir «La Rafle» (1H55), grand film de Roselyne Bosch sorti en cette année 2010.



Vu à hauteur d’enfant, mobilisant des moyens considérables et un casting impressionnant, ce film ambitieux et globalement réussi retrace pour la première fois un des épisodes les plus sombres de l’histoire de France: ‘la rafle du Vel d’Hiv’, dont furent victimes plus de 13.000 juifs français, dont de très nombreux enfants, les 16 et 17 juillet 1942.

Lire la suite