Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2018

Alsace-Moselle: des pasteurs payés par l'impôt, jusqu'à quand?

X867_727_CWNapSignsCon1.jpgL'Alsace et la Moselle sont fières de certains de leurs particularismes, en particulier le "droit local". Il n'y aurait nul besoin de tout mettre à bas pour faire cesser la disposition la plus discriminatoire héritée du système concordataire, encore en vigueur: le salariat de certains clergés financé par les impôts des citoyens.

Des pasteurs protestants, mais aussi curés catholiques et rabbins bénéficient également de ce système à deux vitesses, en rupture avec le principe d'égalité républicaine. Car il discrimine d'autres cultes (musulman, bouddhiste, orhtodoxe, hindouiste, protestant évangélique), qui eux s'autofinancent, en conformité avec le principe de laïcité.

Mettre fin au financement public des clergés, ce serait effacer une des discriminations les plus choquantes de la scène laïque française du XXIe siècle. Lire cette chronique engagée dans l'hebdomadaire Réforme (dont le titre n'est pas de moi).

24/03/2015

Lire le Rapport Maurey sur le financement des lieux de culte (Sénat)

logo.pngC'est un des rapports dont on parlera beaucoup dans les semaines qui viennent, dès que l'on débattera de la laïcité. Il s'agit du Rapport d'information sur "Les collectivités territoriales et le financement des lieux de culte", sous la direction de Mr Hervé Maurey, sénateur, enregistré à la Présidence du Sénat le 17 mars 2015.

On n'en discutera pas ici sur le fond, mais on soulignera son très grand intérêt documentaire, notamment dans la comptabilité des lieux de culte. On apprend, par exemple, que la Ville de Paris est actuellement propriétaire de 96 édifices cultuels, soit 85 églises catholiques, 9 temples protestants et 2 synagogues, dont elle doit assurer l'entretien. Lien ici vers le rapport complet.

06/01/2015

"Il serait bon que l'Eglise renonce d'elle-même à un privilège"

L-eveque-de-Cayenne-jeune-pour-demander-aux-catholiques-de-financer-leur-Eglise_article_main.jpgSi la Guyane doit toujours financer le clergé catholique (cf. blognote précédente), signalons que l'évêque de Cayenne, Mgr Lafont, a pris (tardivement?) le train en marche en souhaitant que son Eglise apprenne à autofinancer ses prêtres, comme le font tous les autres cultes de Guyane.

Les ponts semblent cependant rompus avec le Conseil Général, dont le président a mis tout dernièrement l'évêque à la retraite (lien)!

Appuyant son propos d'un jeûne en octobre dernier, l'évêque désormais retraité déclarait, dans La Croix (lien): 

"Cette situation est le fruit de l’histoire mais elle ne correspond plus à la société multiculturelle et multireligieuse dans laquelle nous vivons. (..) Il serait bon que l'Église renonce d'elle-même à un privilège plutôt que d'attendre qu'il lui soit enlevé"... (La Croix, mis en ligne le 7.10.2014)

De sages paroles à méditer aussi du côté des Eglises d'Alsace et Moselle financées sur fonds publics...