Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

François-André Isambert (1924-2017)

Pièce jointe Mail.jpegAvec François-André Isembert, un grand sociologue français s'en est allé.

J'emprunte les mots qui suivent à Pierre Lassave, qui m'a envoyé ce texte et qui l'a très bien connu.

Décédé à l’âge de 92 ans le 18 février 2017 à Bagneux, François-André Isambert était le dernier des membres fondateurs encore en vie du Groupe de sociologie des religions créé au CNRS en 1954 par le juriste Gabriel Le Bras et animé par Henri Desroche. Ce groupe s’est fait connaître à travers sa revue, les Archives de sociologie des religions, devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973. Également membre actif pendant une trentaine d’années de la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel, Isambert fait partie de cette génération d’après-guerre qui a reconstruit la sociologie en lui conférant l’assise d’une discipline universitaire à part entière. Moins présente dans l’espace public que celle de ses proches collègues comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Edgar Morin, l’œuvre d’Isambert appartient aux classiques sur les questions relatives au sacré, à la morale et à l’éthique. La rigueur conceptuelle, la précision historique et la réflexion critique sur le statut du savoir caractérisent son parcours.

19/12/2016

Séminaire CESOR "Histoire et sociologie des protestantismes"

FlorenceB005.jpgDepuis quelques années, les laboratoires GSRL et CESOR se sont lancés dans l’histoire du Groupe de sociologie des religions (GSR) dont le rôle a été central dans l’émergence du domaine actuel des sciences sociales du religieux en France.

Le CESOR rappelle que les fondateurs du GSR se sont notamment distingués par la transformation de la «sociologie religieuse», alors marquée par la sociographie pastorale d’expression catholique, en «sociologie des religions» à part entière, toutes traditions et cultures confondues. À cette fin, certains d’entre eux comme Henri Desroche et Jean Séguy, intellectuels en rupture avec la hiérarchie catholique, ont délibérément pris le terrain des messianismes et revivalismes protestants comme opérateurs de conversion épistémologique.

Une passionnante après-midi "séminaire Histoire des Sciences Sociales du Religieux" sera consacrée à cet itinéraire de recherche sur les protestantismes le 4 janvier 2017 au CESOR (Paris, EHESS), avec Jean Baubérot, Patrick Cabanel, et Jean-Paul Willaime en invités (lien).

09/02/2012

Jacques Gutwirth (1926-2012)

ethnologie,laboratoire d'anthropologie urbaine,cnrs,sciences sociales des religions,jacques gutwirthAlors que l'actualité électorale américaine remet sur le devant de la scène les leaders religieux et télévangélistes, il est grand temps de saluer l'héritage intellectuel d'un chercheur pionnier dans le domaine de l'étude des prédicateurs cathodiques: Jacques Gutwirth (1926-2012).

Ce chercheur CNRS atypique, globe trotter, esprit libre aux curiosités inlassables, s'est éteint le 11 janvier 2012.

Pour la toute petite histoire, il faisait partie des 11 personnes qui avaient cliqué "J'aime" sur mes voeux Facebook 2012 (je ne vais presque jamais sur Facebook).

Lire la suite

18/12/2009

Décès de Doris Bensimon, sociologue du judaïsme

bensimon_doris.jpgDoris Bensimon, sociologue des religions, fondatrice au sein du Groupe de Sociologie des Religions (ancêtre de l'actuel GSRL) de l'équipe Judaïsme, s'est éteinte le 9 décembre dernier. Ses obsèques ont eu lieu le 16 décembre 2009 au cimetière parisien de Pantin.

 

Doris Bensimon est restée, durant trois décennies, une des spécialistes de référence dans le domaine de la sociologie du judaïsme en France.

Lire la suite