Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2018

Christianisme postcolonial, corps & identités, lire Pamela Millet-Mouity

pam.jpgLa décolonisation des esprits prend plus de temps que la décolonisation politique.

Y compris en sciences sociales, où nombre paradigmes ou évidences, vite universalisés, se révèlent en réalité largement eurocentrés, et aveugles à d'autres perspectives.

La sécularisation, le genre, le rapport au corps.. Bien des axes de recherches méritent d'être retravaillés. L'anthropologie nous est d'une très grande aide dans ces ré-élaborations, notamment parce qu'en raison de sa méthodologie inductive, elle est moins vulnérable aux chapelles idéologiques et aux carcans conceptuels gentillement (mais fermement) imposés par une partie du milieu universitaire en place.

Nous avons la chance, en France, de bénéficier d'une très dynamique et très compétente communauté d'anthropologues, y compris sur le fait religieux, qui nous aident à avancer.

Ce blog a déjà mentionné plusieurs de ces apports. Sur l'enjeu du rapport au corps (que j'ai conscience de n'avoir qu'effleuré dans Gospel et francophonie), je voudrais aussi signaler les travaux  de fond de Pamela Millet-Mouity (CESOR, EHESS), qui va bientôt soutenir sa thèse de doctorat (lien). Pour les questions d'identité, de rapports de genre, de sexualité, mais aussi de recompositions de l'évangélisme postcolonial, elle apporte des éclairages précieux et novateurs. Une chercheuse à suivre.

24/03/2018

Un must: acteurs religieux africains et internet (Emulations)

internet,religion,émulations,sciences sociales,sciences sociales des religions,palema millet-mouity,cesor,frédérick madore,ciram,rosalind i. j. hackett,congo,cameroun,cote d'ivoire,burkina fasoLe numéro 24 de la revue EMULATIONS, revue de sciences sociales, est un chef d'oeuvre.

Autour d'un sujet neuf (Les acteurs religieux africains à l'ère du numérique), les coordinateurs, Pamela Millet-Mouity (CESOR) et Frédérick Madore (CIRAM), auteurs d'un brillant éditorial (lien), ont réussi à nous offrir le résultat, exceptionnel, d'un travail d'équipe (11 auteurs).

Ce numéro est appelé à faire référence!

Peu de références bibliographiques sont oubliées, et de très riches synthèses et études de terrain sur le Congo, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, couronnées par un interview éclairant de Rosalind I. J. Hackett, nous permettent de disposer d'un outil sans pareil pour mieux intégrer dans nos réflexions le facteur internet dans l'étude des mutations religieuses en Afrique.

Lien.

01/06/2017

La religion pour objet : journée autour de Danièle Hervieu-Léger

La journée d’étude que le CéSor organise autour de Danièle Hervieu-Léger est structurée à partir de mots-clés centraux dans son œuvre. Il s’agit pour les participant-e-s, dont beaucoup ont fait leur thèse sous sa direction, d’évoquer comment ils et elles se sont saisis de ces objets et concepts et comment ces derniers ont nourri et nourrissent encore leur propre itinéraire de recherche. Les exposés assez courts laisseront du temps, dans chaque session, pour des échanges avec Danièle Hervieu-Léger. En fin de journée, celle-ci reviendra sur son parcours en sociologie des religions.

La religion pour objet - journée.jpg

19/12/2016

Séminaire CESOR "Histoire et sociologie des protestantismes"

FlorenceB005.jpgDepuis quelques années, les laboratoires GSRL et CESOR se sont lancés dans l’histoire du Groupe de sociologie des religions (GSR) dont le rôle a été central dans l’émergence du domaine actuel des sciences sociales du religieux en France.

Le CESOR rappelle que les fondateurs du GSR se sont notamment distingués par la transformation de la «sociologie religieuse», alors marquée par la sociographie pastorale d’expression catholique, en «sociologie des religions» à part entière, toutes traditions et cultures confondues. À cette fin, certains d’entre eux comme Henri Desroche et Jean Séguy, intellectuels en rupture avec la hiérarchie catholique, ont délibérément pris le terrain des messianismes et revivalismes protestants comme opérateurs de conversion épistémologique.

Une passionnante après-midi "séminaire Histoire des Sciences Sociales du Religieux" sera consacrée à cet itinéraire de recherche sur les protestantismes le 4 janvier 2017 au CESOR (Paris, EHESS), avec Jean Baubérot, Patrick Cabanel, et Jean-Paul Willaime en invités (lien).

28/09/2016

Régine AZRIA (CNRS) nous a quittés

france,sciences sociales des religions,sociologie,régine azria,ceifr,cesor,judaïsme,notice nécrologique,fait religieux,archives de sciences sociales des religions

C'est bien trop tôt que Régine Azria (CNRS), sociologue spécialiste du judaïsme, nous a quittés la semaine passée. Pour avoir eu l'occasion de croiser son chemin depuis 20 ans, je puis témoigner de l'impressionnante constance dont cette chercheure de talent a fait preuve au service des dynamiques collectives de la recherche.

Il suffit de voir, par exemple, la quantité spectaculaire de recensions/compte-rendus qu'elle a signés dans les Archives de Sciences Sociales des Religions (lien), pour se rendre compte de la générosité rare de cette intellectuelle discrète, loyale et rigoureuse. Je garde personnellement un souvenir particulièrement vif de l'aventure qu'a été le très volumineux Dictionnaire des faits religieux, qu'elle avait co-dirigé avec Danièle Hervieu-léger avec un dévouement et une détermination irréprochables. Rédacteur, moi-même, d'une dizaine de notices fouillées, je m'étais rendu compte de l'énorme travail (travaux d'Hercule!) que Régine avait dû assumer pour réclamer, lire, relire, éditer des centaines de notices complexes. Immense respect.

Son laboratoire, le CESOR, lui a rendu un court hommage que l'on peut lire ici (lien). D'autres suivront.