Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2014

Les "conflictualités créatives": une trouvaille épistémologique à creuser

conflictualités.pngEn ce dernier dimanche d'une année 2014 très riche en actualité religieuse et politique, où l'explosion du phénomène DAECH, que la  majorité des islamologues de service, en France, n'ont pas vu venir (ne leur jetons pas la pierre), deux écueils communs semblent ressortir, avec une régularité fatiguante, dans les réactions face à l'extrémisme religieux (en tension avec des dictatures politiques pas toujours plus reluisantes).

Ou l'angélisme (un peu de dialogue interreligieux et tout ira bien), ou l'antagonisme brut, au risque de nier l'autre comme l'autre vous nie.

Et si l'on creusait un des points forts du colloque international conduit fin septembre dernier par l'Institut Al Mowafaqa à Rabat, où sont formés des pasteurs et des théologiens chrétiens.... au coeur du Maroc?

Lire la suite

10/10/2014

Retour sur l'inauguration de l'institut Al Mowafaqa au Maroc

Al Mowafaqa.jpgEnviron trois semaines après l'inauguration de l'institut oecuménique Al Mowafaqa au Maroc, il n'est pas trop tard pour faire retour sur cet événement académique et religieux majeur en Afrique du Nord, en signalant quelques sources archivables (parmi d'autres), comme ce journal télévisé marocain du soir (Info Soir du 21 septembre 2014, lien ici), ces compte-rendus du quotidien  La Croix (lien) et de l'hebdomadaire Réforme (lien)

A l'heure où les marchands de cloisons font fortune sur les deux rives de la Méditerranée, voici un jalon d'ouverture d'autant plus méritoire qu'il est posé dans un pays qui, par ailleurs, interdit à un citoyen marocain d'être chrétien (selon des modalités analogues à ce qui se pratique aussi en Tunisie).

12/09/2014

Al Mowafaqa: penser avec l'autre la foi et les cultures

Penser avecl'autre.jpgL’Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa,déjà présenté sur ce blog, a été créé en 2012 à l’initiative des Églises catholique et protestante au Maroc, pour répondre à leurs besoins de formation. 

Après deux années de "mise en route", il prépare son inauguration officielle qui aura lieu dans moins de 10 jours à Rabat, en même temps que la rentrée des étudiants.
 
A cette occasion,  un colloque international est organisé le samedi 20 septembre 2014 toute la journée, sur le thème "Penser avec l'autre la foi et les cultures. Les conflictualités créatives". Il réunira une vingtaine d'intervenants venus d'Afrique, de France, de Suisse et du Liban.
 
Lien ici vers le programme complet (PDF).

21/07/2014

Le KAICIID: outil de dialogue interreligieux et vitrine saoudienne?

20140621.jpgOutre la réalisation majeure qu'est la bibliothèque de Casablanca (voir blognote du 17 juillet 2014), la politique scientifique du roi saoudien actuel, Abdallah Ben Abdel Aziz al Saoud s'est également orientée vers la création du Centre du roi Abdallah pour le dialogue interreligieux et interculturel (dit KAICIID). 

Fondé en 2012 avec des moyens importants (et un soutien de l'Autriche et de l'Espagne), ce centre reconnu par l'ONU est l'objet d'une présentation nuancée sur le site Lesclésdumoyenorient.com (lien), qui montre à la fois la dynamique d'ouverture, l'accent sur le dialogue, et la fonction "vitrine" jouée par un centre voué au "respect de la diversité"... Outil pour faire accepter des coutumes wahhabites peu ouvertes à l'intériorisation du pluralisme?

Lire la suite

03/05/2014

De Kinshasa à Rabat: jetée dans la rue après la prophétie d'un pasteur

CM Capture 1.jpg"Ma famille ma jetée dans la rue parce qu'un pasteur a prophétisé que j'étais une sorcière".

Chassée de chez-elle à Malaka (quartier de Kinshasa) à l'âge de 12 ans, c'est ainsi que Evelyne raconte comment elle s'est retrouvée embarquée dans un réseau d'immigration et de prostitution via le Maroc, où le journaliste Mohamed Ey'ekula l'a rencontrée. Un cas loin d'être isolé, puisque "selon un responsable de la Caritas marocaine, entre 6 et 8 mineures congolaises se présentent chaque semaine" pour raconter des histoires similaires.

Lien ici vers l'enquête, publiée sur le portail de l'agence de presse Syfia Grands Lacs

Lire aussi Jérôme Ballet et al. «Enfants sorciers à Kinshasa (RD Congo) et développement des Églises du Réveil», Mondes en développement 2/2009 (n° 146), p. 47-58

22/02/2014

Al Mowafaqa (Rabat) se présente en vidéo

Bernard Coyault, Sébastien FathIl est important et nécessaire de rappeler, face aux agitateurs de peurs, que les tensions interconfessionnelles sont loin d'être la modalité majeure de relation entre les religions et aires culturelles.

La mise en place de l'institut Al Mowafaqa de RABAT (Maroc), dirigé par Bernard Coyault (ci-contre), oeuvre pionnière, illustre la force (et l'avenir) de ce paradigme de coexistence et de dialogue.

Un rapport sur le site de la FPF (lien) nous apprend que sur les 48 étudiants (23 catholiques et 25 protestants/évangéliques) déjà inscrits à l'Institut marocain, 21 suivent le premier cycle en théologie à temps plein (licence de théologie protestante ou DUET de l'Institut catholique), 27 sont à temps partiel, validant l'un ou l'autre cours à leur rythme. 62,5 % sont originaires d'Afrique subsaharienne, 35,5 % d'Europe. 41,5 % des étudiants ont moins de 30 ans et 14,5 % plus de 60 ans. Les femmes sont pour l'instant un peu moins représentées (31 %).

Une vidéo, qui vient d'être postée sur le site dédié, nous en apprend plus...

Lire la suite

26/08/2013

L'institut oecuménique Al Mowafaqa: une "première" au Maghreb

Al mowafaqa, bernard coyault, sébastien fath, marocAlors qu'une nouvelle année universitaire s'approche, et dans le contexte de tensions interconfessionnelles au Sahel, il est temps de saluer la remarquable initiative oecuménique mise en place au Maroc, où sous la direction de Bernard Coyault (par ailleurs chercheur en sciences sociales), l'institut théologique Al Mowafaqa a vu le jour en 2012 à Rabat, grâce à des synergies patiemment travaillées, en France et au niveau des autorités marocaines.

Assurant une formation universitaire en alternance, cet institut ambitieux et très intelligemment conçu est une "première" dans le monde arabo-musulman d'Afrique du Nord (lien vers le site). Si je puis me permettre cette exclamation peu laïque pour un chercheur: Hamdulillah! Et à suivre.

Voir aussi Réforme (lien), Le Monde des religions (lienet Faitreligieux (lien).