Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2017

A contre courant: évangéliques et boycott

s.jpgSur l'impact des pétrodollars wahhabites de l'Arabie Saoudite et du Qatar, j'assume une position de chercheur et citoyen publiquement engagé: on ne peut pas tenir de discours sérieux sur la lutte contre le terrorisme djihadiste, et fermer les yeux sur les tapis rouges qu'on déroule, en Europe et particulièrement en France, devant des pays féodaux (et quasi esclavagistes) qui alimentent, via réseaux et familles, la radicalisation islamiste.

D'où ce billet pugnace (le titre n'est pas de moi) publié il y a deux mois dans le magazine Christianisme Aujourd'hui, sous le libellé "A contre courant: évangéliques et boycott", avec une mise en perspective historique des traditions de boycott qui ont marqué, chez les protestants évangéliques que j'étudie, certaines luttes du passé.

Lien.

05/06/2017

Pendant ce temps, les contrats avec les pétromonarchies wahhabites

trump-in-sarabia.jpgLe dernier attentat de Londres inscrit un peu plus dans la longue durée la stratégie de terreur de DAECH, dont le wahhabisme islamiste constitue la principale matrice idéologique.

Rappelons que deux grands Etats sont imbibés de cette pensée religieuse sexiste, intolérante et totalitaire: l'Arabie Saoudite et le Qatar.

Constat: la France et les Etats-Unis, censés lutter contre DAECH, n'affichent pas de ligne claire face au wahhabisme. Se pourrait-il que les pétrodollars fassent taire les consciences?

Entre autres livres, La République française du Qatar, de Bérengère Bonte (Fayard), nous rappelle par exemple les compromissions de nombre de dirigeants français avec Doha, pétromonarchie wahhabite (lien)....

Côté Arabie Saoudite, tout le monde a noté le contrat d'armement du siècle signé dernièrement entre Donald Trump et la couronne wahhabite saoudienne (100 milliards de dollars pour les armes, + 280 milliards d'autres contrats, hallucinant), reniement spectaculaire (mais si prévisible) des propos de campagne tenus par Trump...

Money money money, tout le reste n'est que du vent?

15/11/2016

Nicolas Sarkozy et les pétrodollars du Qatar

2ee76cddb7512f20e4b61c363b078.jpg

Beaucoup d'électeurs du Front National sont en train de se passer le mot sur internet: "votons Sarkozy aux primaires de la droite, pour qu'il batte Juppé. Et une fois Sarkozy en face de Marine Le Pen (présidentielles de 2017), nous voterons Le Pen et elle l'emportera contre Sarko!"

Ce scénario n'est pas de la politique fiction. Dans ce contexte pesant, voici un élément d'information utile à verser au dossier (rubrique, "Politique et religion"). Nicolas Sarkozy a donné des conférences au Qatar (rémunérées plus de 100.000 euros). Une de ces conférences, en décembre 2014, visait explicitement à aider les Qataris à investir en France (lien).

Ce que le Qatar wahhabite fait avec bonheur depuis des années, rachetant tantôt le PSG, tantôt les droits sur le Prix (Qatar) de l'Arc de Triomphe (concours hippique). Dans un contexte où la France a été très durement frappée par un djihadisme nourri d'islamisme wahhabite (idéologie dominante au Qatar et en Arabie Saoudite), la question se pose: quel crédit accorder à un candidat qui prétend serrer la vis contre le djihadisme, tout en se faisant payer en pétrodollars wahhabites pour aider le Qatar à investir en France?

Deux livres à lire et relire sur le sujet: Le vilain petit Qatar (2013), et Nos très chers émirs (2016).

04/04/2016

Wahhabisme: résister aux écrans de fumée en s'informant par l'Histoire

image-329489-galleryV9-srqy.jpgL'actualité française fait de plus en plus sourire (il vaut mieux en rire), avec un chômage au niveau stratosphérique, des échecs législatifs en cascade (réforme de la constitution, loi travail etc), d'improbables formations anti-radicalisation sur fond de dérives racistes du discours (Cf. l'affaire Rossignol), et un premier ministre cherchant désespérément le "sursaut 2016" (lien).

Certains ferment les yeux. D'autres se précipitent pour se servir des beaux restes laissés sur le buffet rose pâle, avant la débâcle annoncée pour 2017. Beaucoup se désespèrent...

Reste le recul lucide de l'Histoire. Dans ce contexte délétère, ce recul est plus que jamais nécessaire pour résister aux écrans de fumée et se donner de l'air, voire un horizon.

Vue sous cet angle, la géopolitique française, obstinément pro-wahhabite (alliances avec les pétromonarchies, juteux contrats de ventes d'armes, liens personnels avec le Qatar, etc.), affiche ses limites face aux enjeux sécuritaires actuels. Alors que la position russe, entre autres, paraît bien plus respectueuse des faits.

Lire la suite

30/11/2015

Les énergies renouvelables, un levier de lutte contre DAECH?

cop 21,énergies renouvelables,écologie,qatar,arabie saoudite,pétrole,djihadisme,daech,franceLa COP 21 (conférence sur le changement climatique), à quoi bon maintenant, disent certains? la lutte contre DAECH n'est-elle pas prioritaire?

Sur Mediapart, Sarah Roubato nous explique le lien : "S'engager dans la recherche pour trouver des énergies renouvelables" est essentiel, "car quand le pétrole ne sera plus le baromètre de toute la géopolitique, le Moyen-Orient ne sera plus au centre de nos attentions. Et d'un coup le sort des Tibétains et des Congolais de RDC nous importera autant que celui des Palestiniens et des Syriens". Ajoutons de surcroît qu'ainsi, nous cesserons de financer les pétromonarchies wahhabites (Arabie saoudite en première ligne), sources idéologiques du djihadisme international (lien). 

Le seul "hic" est que le gouvernement français est très lent en la matière. Pourquoi? C'est qu'il taxe très lourdement les voitures à la pompe à essence (oh que ça rapporte!)... Il est par ailleurs actionnaire de grands groupes automobiles français.

En dépit de belles paroles, il ralentit, de fait, la transition énergétique pour des raisons de rentrées fiscales sur la pompe à essence, et continue d'autant plus à flatter les "alliés" saoudiens que nous dépendons toujours de leurs hydrocarbures.

Politique à revoir ?

(20% du pétrole brut importé par la France en 2014 vient de la seule Arabie Saoudite, source ici)