Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2016

Attentats à Bruxelles: réagir au-delà de la terreur

829038-brussels.jpg

Les effroyables attentats qui viennent de frapper aujourd'hui Bruxelles suscitent, naturellement, notre compassion pour les victimes, et notre soutien au peuple belge. Au-delà, ils invitent à quatre choix.

1. D'une part, résister à la peur. L'objectif des terroristes est de... terroriser. Ne leur faisons pas le cadeau de trembler et de nous terrer, et restons ouvert à l'autre, au prochain, au différent.

2. D'autre part, se préparer au long terme. Ces attentats vont se reproduire, tant que les racines qui les rendent possibles ne seront pas traitées. Cela prendra du temps. Sans doute une génération.

3. Et puis, il nous faut nous informer et agir avec justice. Les autorités de nos contrées ont parfois négligé de s'informer suffisamment sur le pays réel (et ses poches communautaristes, ses concessions clientélistes, à Mollenbeck et ailleurs). Certains politiques devraient être jugés pour leur courte vue criminelle, ou leur cupidité (que ne ferait-on pas pour des votes ou des pétrodollars qataris ou saoudiens)...

4. Enfin, nous sommes invités à l'espérance. Même quand sa propre maison explosa, Martin Luther King raconte, dans La force d'aimer, qu'il a été rendu capable de recevoir "calmement cette nouvelle". Car l'espérance restaure ce que la terreur veut détruire: la promesse du jour après la nuit.

28/10/2015

L'inconvénient de la peur (Naguib Mahfouz)

12189057_10208054905194066_7019692843826693074_n.jpg

10/02/2015

Islamophobie tournée en dérision: une vidéo de Zaki Chairi

10846085_1517468985203546_2104272693386313208_n.jpgLes libertés et devoirs que la laïcité garantit sont pour tous, ou alors la laïcité n'est pas. C'est pourquoi la  forte recrudescence d'actes islamophobes en France devrait alarmer l'ensemble des Républicains... Devant les peurs irraisonnées, illustrée notamment par la stupéfiante plainte d'un chef d'établissement contre un enfant de 8 ans (niée éhontément par la Ministre de tutelle), le rire reste un remède sûr.

Bravo à l'humoriste belge Zaki Chairi pour sa vidéo très "second degré" sur le centre de traitement des signes de radicalisation!

Signalée par le site Saphirnews.com, elle met en perspective les efforts (nécessaires, mais tellement maladroits....) du gouvernement français.

Lire la suite

08/06/2014

De la peur à l'espérance: lire et relire Jean Delumeau

Jean Delumeau.jpgEn ces temps où les peurs nourrissent démagogie, populisme ou replis sur soi, il n'est pas trop tard pour signaler l'immense intérêt de l'oeuvre de l'historien Jean Delumeau, dont quelques textes marquants ont été (re)publiés il y a quelques mois par les éditions Robert Laffont, dans la fameuse collections "Bouquins" (2013). 

Cet immense historien de la culture et de la religion, qui avait compris l'essentiel des mutations du christianisme, vingt ans avant les autres (lire et relire son Christianisme va-t-il mourir?, publié en 1977!), laisse une oeuvre riche, diverse et nourrissante.

Cette édition, intitulée De la peur à l'espérance, réunit deux livres majeurs de Jean Delumeau ainsi qu'une dizaine d'écrits pour la plupart peu connus, voire inédits. Pascal Ory en a assuré l'édition et l'avant-propos.

Présentation ici sur le site du Centre d'Histoire Sociale (lien).

12/08/2012

"Quand l'homme prend peur" (journal du CNRS)

cnrs, journal du cnrs, sébastien fathLe Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), principale structure de recherche publique en France, édite un journal don le numéro 267 (juillet-août 2012) propose un dossier très bien fait, axé sur les sciences humaines (ce qui est peu fréquent) , autour du thème "Quand l'homme prend peur".

Autour du thème de la 12e biennale de l'EASA tenue à Nanterre (Association Européenne des Anthropologues Sociaux), on développe en 8 pages, nourries de bibliographie, une anthropologie de l'incertitude.

Bien qu'un peu trop franco-française, l'analyse est stimulante, et se veut centrée sur l'impact des dynamiques de globalisation (voir le livre 2012 de Marc Abélès).