Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2017

Suprémacisme et massacres de St Foy (2016) & de Charleston (2015)

1341397-alexandre-bissonnette-27-ans-fait.jpgLe 17 juin 2015, un suprémaciste blanc tirait dans une Église afro-américaine. Bilan 9 morts (tuerie de Charleston). Le terroriste qui vient de massacrer au Québec six fidèles musulmans en train de prier vient du même arrière-plan identitaire. Mes lecteurs savent combien je refuse l'indignation sélective. Quelle que soit leur origine confessionnelle, les fidèles tués en prière et leurs familles méritent la même compassion.

Et le même effort de décryptage afin de ne pas se limiter aux discours du type "la faute à pas de chance".

Pour élucider ce qui a rendu possible le carnage monstrueux de la mosquée de St-Foy (Québec), il faut, sans relâche, poursuivre l'étude en profondeur des milieux suprémacistes. Et, à un autre niveau, faire de la pédagogie en direction de tous ceux qui sont tentés de minimiser les dérives démagogiques d'un Trump ou d'une Marine Le Pen. Alexandre Bissonnette (auteur de la tuerie au Québec) était fan de ces deux derniers. Cela n'explique pas tout et ne justifie rien. Mais sous-estimer les foyers idéologiques de la haine de l'autre est une erreur. Vigilance.

Lire et relire, sur le suprémacisme identitaire, les travaux de Stéphane François, l'un des meilleurs spécialistes du sujet (lien).

05/07/2016

La théorie du complot et les pompiers pyromanes

stéphane françois,gsrl,éducation nationale,liberté de penser,complotisme,esprit critique,libération,police de la penséeDans le cadre de la lutte contre la radicalisation, le ministère de l’Education recommande au corps enseignant de prévenir et de sensibiliser les élèves contre les «théories complotistes».

Une approche précipitée et dogmatique. Une incitation à «penser droit» ?

A lire, dans Libération, cette excellente tribune, signée par des chercheurs, qui alerte sur un risque de formatage de la pensée à l'école via des formations de basse qualité contre le complotisme.

Stéphane François, enseignant-chercheur à l’université de Valenciennes et membre associé du GSRL, a participé à cette tribune, à lire ici.

Lien.

20/02/2016

Le retour de Pan, néopaganisme et écologie radicale

image.jpgJe le dis tout net, Stéphane François fait partie des chercheurs "nouvelle génération" que j'admire. Doté d'une puissance de travail peu commune, d'une érudition considérable et d'une authentique liberté intellectuelle, il alimente depuis quelques années la réflexion commune sur les droites radicales, les sub-cultures jeunes et l'ésotérisme.

Après un livre en 2012, aux éditions du Cerf, sur l'écologie politique et ses relations avec l'extrême-droite (lien),il nous propose cette fois-ci un essai percutant de 80 pages intitulé Le retour de Pan, Panthéisme, néo-paganisme et antichristianisme dans l'écologie radicale (ed. Arché Milano, 2016).

Lien.

28/06/2015

Suprémacisme blanc américain: analyse de Stéphane François

stéphane françois, charleston, suprémacisme, sébastien fathSous toutes les latitudes, le terrorisme exprime, par la violence extrême, des idéologies délétères. Dans le contexte américain, c'est le suprémacisme blanc qui est sans aucun doute à l'origine, depuis un siècle, du plus grand nombre de victimes dues au terrorisme.

Pour revenir sur ce ferment de haine qui jalonne l'histoire contemporaine états-unienne, il n'est pas trop tard pour écouter l'excellente analyse faite par mon collègue Stéphane François, sur France Info, à l'occasion de la tragique tuerie de Charleston qui coûta la vie à neuf méthodistes afro-américains (lien).

19/11/2012

Colloque "Ecologie et ésotérisme" (1er décembre 2012, EPHE)

arton7229.jpgA noter très prochainement le beau colloque organisé à l'EPHE (Paris) par la revue Politica Hermetica, sur le thème "Ecologie et ésotérisme".

Sous la présidence d'Emile Poulat, il donnera la parole à d'excellents spécialistes du sujet, parmi lesquels mon collègue Stéphane François (ci-contre), chercheur associé au GSRL, qui interviendra sur le sujet suivant:

"Panthéisme et néopaganisme dans l'écologie radicale"

Programme cliquable ici (lien).

22/01/2011

Une France oubliée, vers un exutoire néofasciste?

899841-1065258.jpgEntrepreneurs communautaires de tous poils et clergé du politiquement correct subventionné l'entonnent en boucle: pas assez d'argent pour "les quartiers", ou "les banlieues".

Et ce, même si les dits "quartiers" (certes en difficulté) reçoivent 5 à 10 fois plus d'argent public par tête d'habitant.... que les campagnes et bourgades de nos provinces françaises. 

Résultat: le vote Front National explose dans ces campagnes et petites villes, auprès de populations cyniquement abandonnées par la Gauche et moquées sans relâche par les bobos médiatiques de service (cf. les Deschiens et Cie).

Comme elles ont le sentiment d'être irrémédiablement oubliées, que leur reste-t-il?

Lire la suite

25/02/2009

Pour comprendre l’émergence d’une nouvelle contre-culture de droite

660456903.jpgLe programme GSRL Religions et religiosités minoritaires en ultramodernité a repris ses réunions, dans cette année de transition 2008-2009 (Un plan quadriennal terminé, un nouveau plan quadriennal pas engagé avant septembre 2009).

 

Le 23 février 2009, nous avons eu droit, au GSRL, à une réunion particulièrement stimulante autour des travaux de Stéphane François.

Lire la suite

13/04/2006

Pour une sociologie de l’ésotérisme : une journée prometteuse

Grâce à Jean-Pierre Laurant et Régis Dericquebourg, la journée d’étude du 13 avril 2006 organisée au GSRL autour de la question de l’ésotérisme a permis de soulever de nombreuses pistes fécondes, qui demanderont prolongement.

Au travers des discussions sur la définition de l’objet, on a bien perçu en quoi l’ésotérisme n’est pas seulement un corps de doctrines, mais aussi un mode de pensée et des formes sociales variées, qui invitent naturellement le sociologue (nourri par l’histoire) à en ausculter les caractéristiques et les tensions.

Lire la suite