Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2017

Philippe Portier et Alain Dieckhoff présentent L'Enjeu mondial

 

 

L'enjeu mondial from CERI SciencesPo CNRS on Vimeo.

06/09/2017

Vient de sortir : L'enjeu mondial, religion et politique

gsrl, ceri, presses de sciences po, enjeu mondial, livre, philippe portier, alain dieckhoff, religion, politique, religion et politique, évangéliquesDieu n'est pas mort. Il fait de la politique. Partout dans le monde, le religieux est de retour. Son ascendant se ressent à l'intérieur des États comme sur la scène internationale et ce, jusqu’en Occident, où il semblait promis à une irrémédiable occultation. Le constat, enthousiasmant pour les uns, dérangeant pour les autres, est sans appel : la modernité n’a pas induit la disparition sociale, ni surtout politique, du religieux. Trois phénomènes majeurs le traduisent : la polarisation des sociétés partagées entre effacement et réaffirmation des croyances, la politisation renouvelée des religions, la spiritualisation des politiques. Pour autant, il ne s’agit en aucun cas d’un retour aux temps anciens, quand toute vie sociale était configurée par le religieux.

Fruit d’une coopération entre le Centre de recherches internationales de Sciences Po et le Groupe sociétés, religions, laïcités de l’École pratique des hautes études, cet ouvrage révèle toute la complexité d’un espace contemporain en tension perpétuelle entre sécularisation et réenchantement du monde.

Lien.

08/05/2017

Il s'appelle Emmanuel...

 liberté,égalité,fraternité,france,république,emmanuel macron,messianisme,présidentielles 2017,démocratie,religion,politique,politique et religion

... Mais il ne se prend pas pour le messie.

L'élection hier soir à la Présidence de la République d'Emmanuel Macron tourne la page d'un long chapitre marqué par la tentation française des "politiques du salut séculier".

La France s'est longtemps distinguée par un messianisme politique qui fait de l'Etat une quasi Eglise de substitution. François Hollande, avant son élection en 2012, avait une nouvelle fois réactivé cette "politique enchantée" dans son fameux discours du Bourget (le "rêve français" etc). Mais les flots de promesses intenables se sont heurtés à une réalité massivement constatée par les citoyennes et citoyens; au lieu de "changer la vie", les politiques ont navigué à vue, et se sont parfois servis dans la caisse. Ils ont fait la démonstration, mandat après mandat, de l'imposture du messianisme politique.

En se réclamant souvent de la "bienveillance", de l'"humilité", du refus du sectarisme (il est le seul à toujours avoir refusé de faire siffler ses adversaires), Emmanuel Macron désenchante la politique. Moins de grandes promesses, plus de pragmatisme. Moins de prêchi-prêcha, plus d'écoute des compétences de la société civile.

A l'hebdomadaire protestant Réforme qui l'interrogeait, il y a quelques semaines, Emmanuel Macron affirmait: «Je ne promets ni le bonheur, ni la transcendance. Je laisse cela aux religions. Autrement, ce seraient des projets totalitaires.» (lien)

Face à une Marine Le Pen qui s'inscrivait dans la continuité du messianisme politique français (avec une inflexion frontiste orientée vers une quasi religion nationaliste), Emmanuel Macron marque une rupture choisie par presque deux électeurs sur trois. En marche.

03/03/2017

Enjeux de la traduction de Jean-Jacques Rousseau (Bordeaux)

En matière politique et religieuse, la philosophie de Jean-Jacques Rousseau () est une des matrices de la modernité. C'est pourquoi les enjeux de traduction de sa pensée méritent étude. D'où cette belle journée proposée par l'Université Bordeaux-Montaigne (cliquer sur l'affiche pour agrandir).

affiche_Rousseau_17mars(3).jpg

31/01/2017

Le programme complet du colloque AFSR 2017

Programme AFSR 2017.jpg

14/11/2016

Le travail de fond du Forum de Regardsprotestants

CxJG6GaXAAUtE6i.jpgA l'heure du règne du buzz et de la courte vue, il faut d'autant plus signaler les initiatives qui visent à la fois approfondissement et long terme.

C'est le cas du Forum de Regardsprotestants, impulsé de main de maître par l'intellectuel et philosophe Olivier Abel, qui a tenu hier sa quatrième convention sur le thème (actuel!): "Détresse du politique?"

Ce forum, qui vise à faire bénéficier au débat public français de la diversité de l'apport intellectuel protestant, propose aussi un riche site internet, où l'on lira notamment avec intérêt l'excellente tribune d' Yves Buchsenschutzf sur le déclin de la démocratie représentative.

Lien.

09/11/2016

Séisme électoral de magnitude 10: Donald Trump élu président des USA

5027851_9_c39e_new-york-ny-november-09-republican_749407299c45af8fc5a976007b71f586.jpg

Très largement soutenue par l'establishment financier, médiatique et politique des Etats-Unis, Hillary Clinton, femme-courage hyper compétente, était partie pour être la prochaine présidente des Etats-Unis.J'avais préparé ma blognote à 2H30 du matin, saluant l'événement, qui aurait été aussi un jalon fort dans la conquête, par les femmes, de la magistrature suprême...

Mais la crise sociale et culturelle aux Etats-Unis était telle que le vote populaire a déjoué tous les pronostics. Le ticket Trump-Pence l'a emporté. C'est une énorme surprise, un gigantesque choc, car jamais un président américain n'a été à ce point peu préparé à gouverner. Et jamais un candidat n'avait manié à ce point le registre ordurier dans une campagne américaine. La démocratie a parlé. Donald Trump sera le prochain locataire du Bureau ovale, et Twitter va chauffer comme jamais.

Ce séisme électoral de magnitude 10 doit inviter chacune et chacun à l'auto-examen. La remise en cause. N'avons nous pas sous-estimé la colère populaire? Ne sommes-nous pas tombés dans le piège du buzz, réduisant Trump à sa caricature, en oubliant trop facilement sa force de travail spectaculaire, et les axes d'une politique néo-protectionniste (pour l'intérieur) et anti-saoudienne (pour l'extérieur) qui méritent mieux que notre seul mépris?

Là-dessus, un des très rares intellectuels français (aimé ou détesté) qui avait perçu cela est Emmanuel Todd (lien), qui voit dans le vote populaire Trump un "recentrage démocratique". L'inquiétude, légitime, ne doit pas nous paralyser. Retroussons-nous les manches, allons sur le terrain avec pragmatisme, au plus près des hommes et des femmes qui souffrent et doutent, et redoublons de créativité et d'énergie pour construire un monde juste et fraternel.

20/10/2016

Les diasporas africaines aux urnes (Afrique Contemporaine)

afrique, afrique contemporaine, diaspora, diaspora africaine, politique, droit de voteLa religion transnationalisée est aujourd'hui massivement marquée par le phénomène diasporique.

La politique est impactée aussi. La plupart des pays africains permettent aujourd'hui à leurs résidents à l'étranger de participer aux élections. Ils n'étaient que cinq avant 1990. Comment comprendre la diffusion du droit de vote à distance en Afrique? Comment ce droit est-il appliqué d'un pays à l'autre? Quelles influences les diasporas africaines exercent-elles sur les élections?

Un excellent dossier de la revue Afrique Contemporaine (n°256)nous permet d'y voir plus clair.

Lien.

17/06/2016

France: à quand une VRAIE séparation entre médias écrits et Etat ?

pg-27-sarkozy-1-rex.jpgEn France, la nouvelle a été peu médiatisée, alors qu'elle aurait dû faire les gros titres durant une semaine, et provoquer la mise en retrait de la vie politique de Nicolas Sarkozy. On a appris, début juin, que le document Sarkozy/Kadhafi, tendant à prouver un financement libyen de la campagne du premier, est bel et bien authentique.

Le dictateur aurait donné 50 millions d'euros au candidat de l'UMP. Une bombe! Pourtant, l'écho médiatique est réduit en France. On se demande une fois de plus si l'absence de séparation financière entre Etat et médias écrits n'est pas responsable de ce bien étrange état de fait.

Si toutes les démocraties aident les médias, dans le domaine ciblé de la presse écrite, la France est de loin la plus subventionneuse. La subvention directe à la presse écrite est énorme en France (lien), quasi inexistante en Angleterre ou en Allemagne (lien). Les liens incestueux entre Etat et grands médias pousseraient-ils ces derniers à la prudence, devant un possible futur locataire de l'Elysée?

Une chose est sûre: il faudra un jour en France, après avoir séparé religions et Etat, séparer complètement grands médias écrits de l'Etat, en faisant cesser l'hypocrisie de subventionnements massifs qui compromettent un regard libre.

PS: Coup de chapeau, au passage, à Médiapart, qui s'est vaillamment engagé, à ses risques et périls, dans ce pas de liberté vis-à-vis de la perfusion d'argent public

07/10/2015

La défaite de la raison? Livre à lire de Charles-Eric de Saint-Germain

41YALi8MGsL._SX325_BO1,204,203,200_.jpgCharles-Eric de Saint-Germain (déjà présenté dans ce blog) est un philosophe engagé, pédagogue, qui écrit bien et ne suit pas les vents dominants. Traduction: le Petit journal de Canal + ou Télérama, thermomètres bobos de la bien-pensance stylée (contre)façon canaille, ne l'inviteront pas pour un grand entretien. Ciel!

Pour ces motifs, et pour beaucoup d'autres, cela vaut la peine de lire attentivement ce professeur de classe prépa talentueux, cultivé et roboratif, qu'on partage toutes ses options, ou pas. 

Venu au protestantisme évangélique, dans un parcours intellectuel et spirituel qu'il a exposé à ses anciens coreligionnaires catholiques dans un ouvrage de fond qui revisite la théologie paulinienne (lien), il n'a pas pour autant abdiqué son exigence philosophique et s'inscrit ici dans la filiation de Jean-François Mattéi (La barbarie intérieure) et Alain Finkielkraut (La défaite de la pensée), pour dénoncer une société consumériste pétrie de lâchetés à court terme, qui brouille les repères et cède, dit-il, au "fantasme de la toute puissance".

Son dernier ouvrage s'intitule La défaite de la raison (Paris, Salvator, 2015, 356p). Accrochez vos ceintures, il y a de quoi débattre!

Lien ici vers le livre (lien 1), et là vers un interview détaillé (lien 2). 

03/06/2015

Après Charlie, "La recherche mobilisée" (journal du CNRS)

jdc280_complet_bd3.jpg"Entre le moment de la diffusion des résultats d'une recherche et celui qui offre les conditions favorables à une mise en place des mesures qui en sont issues, des années peuvent s’écouler. Parfois, faute de ressources humaines, elles ne peuvent s’appliquer que progressivement alors que le besoin est immédiat".

Ces remarques pertinentes sont formulées par Patrice Bourdelais, directeur de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, dans la dernière édition du Journal du CNRS. Il y propose des pistes précieuses pour rapprocher la recherche et le lieu de la décision politique, dans un contexte "post-Charlie" marqué par bien des crispations. On lira aussi avec un vif intérêt dans le même numéro le décryptage de la laïcité aujourd'hui, proposé par Philippe Portier (directeur du GSRL). Lien.

05/02/2015

La laïcité en actes, une tribune de Rita Hermon-Belot

rhb_e.marchadour1.jpgDans les semaines qui ont suivi les attentats terroristes des 7-9 janvier 2015 en France, on a entendu beaucoup de réactions à chaud. Bien des approximations. On lira d'autant plus attentivement l'excellente clarification apportée par Rita Hermon-Belot (ci-contre), historienne et directrice d'études à l'EHESS, sur "la laïcité en actes".

En accès libre sur le site des ASSR, cette tribune rappelle que la laïcité ne se résume pas à un "vivre-ensemble" sympathique. Elle est aussi définition du politique, ciment de la communauté nationale, telle que l'immense manifestation du 11 janvier 2015 l'a illustré. 

Lire la suite

12/12/2014

Grand Dossier Sciences Humaines sur les mythes

14158934412_GDSH_37_258.jpgContrairement à un usage dévoyé du mot, les "mythes" ne sont pas des fables surannées ou des mensonges congelés dans la dévotion.

Ces grands récits, à la base de la structuration des sociétés, ont beaucoup à nous apprendre. C'est tout l'objet du Grand Dossier du magazine Sciences Humaines, qui nous propose ce mois-ci Les grands mythes, pourquoi ils nous parlent encore. En 80 pages rondement menées, une heureuse approche synthétique truffée de bonne biblio, à la croisée du Religieux, du Social, du Politique et du Culturel.

Lien.  

16/07/2014

Rattachement Picardie & Nord-Pas-de-Calais: une évidence historique

Huguenots picards.jpgRattrapés par la patrouille (européenne), et après avoir perdu deux ans en enterrant une réforme territoriale imparfaite, mais qui avait le mérite d'exister, le gouvernement et le parlement français s'attaquent enfin à la refonte/réduction des régions.

En débat notamment, le rattachement de la Picardie.... au Nord-Pas-de-Calais ou à la Champagne-Ardenne? En un mot comme en cent, disons tout net que du point de vue historique, culturel, linguistique, économique et social, il n'y a pas photo....

Lire la suite

07/04/2014

Jeu électoral francilien: l'arrivée remarquée du poids-plume évangélique

france,politique,matthieu grimpret,blanc-mesnil,charisma,bobigny,monique maah,nathalie kosciusco morizet,religion et politique,évangéliques,île-de-france,élections municipales,rudy kazi,kiese-deborah makouta,rudy tchikaya,actu-chrétienneHuit jours après le résultat du second tour des élections municipales en France, il est encore bien trop tôt pour l'historien pour tirer des conclusions d'ensemble.

Du point de vue de l'histoire et de la sociologie des religions, on ne saurait pourtant rester indifférent à quelques indicateurs locaux qui semblent, peut-être pour la première fois, indiquer une tendance: celle de l'influence électorale de l'évangélisme dans certaines municipalités franciliennes.

Lire la suite

21/03/2014

Démocratie, entre sacralité et démythologisation: lire Olivier Abel

olivier abel,philosophie,fonds ricoeur,démocratie,république,politique,sacré,débat,espace public,interculturalité,autrement,franceLe débat sur la "religion des droits de l'homme" (cf. ouvrage de V.Zuber) renvoie à des enjeux qui dépassent l'histoire et la sociologie. La philosophie, l'éthique apportent un éclairage nécessaire, à l'image des travaux du philosophe et intellectuel Olivier Abel, qui creuse depuis longtemps les problématiques du politique et du croire en les croisant avec la différence protestante, historiquement construite comme une contestation du "monopole (institutionnel) du vrai, du bien et du juste" (1).

La "tentation" est là,  "de plus en plus visible", souligne le philosophe, de voir la démocratie "se prétendre la religion de l'Occident", au risque d'un unanimisme qui tue le débat, la différence, le différend.

Lire la suite

14/03/2014

Penser la laïcité, synthèse de de Catherine Kintzler

Catherine Kintzler.jpgProfesseur honoraire à l'université Charles de Gaulle Lille 3, Catherine Kintzler fait partie de ces auteurs qui "donnent à penser".

Auteure en 2007 d'un Qu'est-ce que la laïcité, elle récidive en cette année 2014 avec Penser la laïcité (éditions Minerve). Elle y développe sa réflexion en six chapitres où alternent perspective théorique et analyse de l'actualité française.

Ecrit avec élégance et précision, ce livre très solidement étayé fait de la pédagogie et rappelle quelques évidences parfois oubliées (non, la religion n'est pas un service public...). Il met en perspective des enjeux brûlants et fait avancer la réflexion, à partir de l'éclairage philosophique de l'auteure.

Lire la suite